Rossi : "L'un des pires week-ends depuis très longtemps"

Valentino Rossi a connu un cauchemar lors du Grand Prix d'Italie MotoGP, qu'il n'a pas terminé suite à une chute.

Rossi : "L'un des pires week-ends depuis très longtemps"

Devant ses supporters (qui scandaient encore son nom plusieurs minutes après la fin des cérémonies protocolaires), Valentino Rossi a connu un véritable week-end à oublier au Mugello. L'Italien n'a même pas pu voir le drapeau à damier de son Grand Prix à domicile. Le nonuple Champion du monde a renoncé sur chute, après avoir passé l'un des pires week-ends de sa carrière. Le calvaire a débuté dès les essais libres, où Rossi n'a jamais semblé dans le rythme, et s'est poursuivi en qualifications avec une très lointaine 18e place sur la grille de départ.

Lire aussi :

"C'était un week-end vraiment difficile, l'un des pires depuis très longtemps car nous n'avons jamais été rapides. Nous sommes arrivés ici en sachant que ça allait être difficile mais nous nous attendions à être plus forts ici au Mugello. Malheureusement ça ne s'est pas passé comme ça, dans toutes les séances je n'étais pas rapide."

Alors qu'il avait pu remonter quelques positions, Rossi s'est accroché au cinquième tour avec Joan Mir et sa Suzuki. De quoi faire tomber le numéro 46 au dernier rang... avant qu'il ne tombe au sens propre du terme dans la huitième boucle, mettant fin à son calvaire.

 

"En course, partir de loin est toujours difficile, et ça l'a été aussi car mon rythme n'a pas été fantastique. J'ai tout perdu quand j'ai touché Mir, j'ai essayé de le dépasser mais nous nous sommes touchés et nous sommes sortis. Après ça, c'était très difficile car je n'étais pas rapide. C'était un week-end très difficile globalement, de par les choses qui se sont passées, mais aussi car nous étions globalement assez lents, et nous avions du mal en course quand il fallait rouler contre d'autres motos. Nous ne sommes pas rapides en ligne droite mais aussi à l'accélération. Une course comme ça, c'est très difficile, nous devons essayer de faire quelque chose", explique-t-il.

Ce n'est pas la première fois ces dernières années que Valentino Rossi ne parvient pas à terminer au Mugello. En 2016, alors qu'il s'était élancé de la pole position, il avait subi une casse moteur dans les premiers tours de la course. Le pilote Yamaha explique que les sensations à l'issue de la course d'aujourd'hui sont différentes de celles d'il y a trois ans. "Ce sont des sensations très différentes, mais je veux dire que c'est pire cette année. En 2016, je partais depuis la pole position, et en course j'étais très fort donc je pouvais gagner et le moteur a cassé, donc je me sentais vraiment désemparé, mais un peu optimiste car j'étais rapide. Ici, je ne ressens pas la même chose, je suis beaucoup plus triste car je suis lent. C'est le plus important."

Déjà au Mans, un "grand bazar"

Après avoir sauvé les meubles il y a deux semaines lors du Grand Prix de France, avec une cinquième place, Rossi n'a donc pas pu enrayer la spirale négative dans laquelle il se trouve. En Sarthe déjà, il s'estimait chanceux avec les résultats qu'il a pu obtenir, et il l'a rappelé ce dimanche.

"J'ai essayé d'entamer cette partie de la saison en étant vraiment prêt car je sais que c'est très important pour moi d'ici jusqu'au Sachsenring. L'an dernier j'ai pu y marquer beaucoup de points. Mais déjà au Mans, c'était un grand bazar car nous étions lents. Là-bas nous avons pu jouer le pari du slick en Q1, et puis en Q2 c'était sur le mouillé, et en général dans ces conditions je suis rapide, donc j'ai pu démarrer cinquième. J'ai fait une course sans erreur, toujours à l'aspiration, et j'ai fini cinquième. Ici malheureusement, ça a été plus difficile, nous avons fait des erreurs... Si je n'en fais pas en EL3 au dernier virage, je passe directement en Q2, je peux démarrer en troisième ligne, et après ça devient une autre course."

S'il est l'un des pilotes les plus titrés de l'Histoire de la moto, Rossi n'en perd pas pour autant le goût de la victoire, et estime que les places d'honneurs pour lesquelles il parvient parfois à se battre ne sont pas suffisantes : "Mais bon, ça aurait été cinquième, sixième ou septième [s'il était parti de la troisième ligne], nous voulons essayer d'obtenir plus. Nous travaillons pour ça."

partages
commentaires
Quartararo en difficulté avec une pression de pneu très élevée

Article précédent

Quartararo en difficulté avec une pression de pneu très élevée

Article suivant

Petrucci est "vraiment désolé" après sa manœuvre sur Dovizioso

Petrucci est "vraiment désolé" après sa manœuvre sur Dovizioso
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021