Rossi : des progrès dus autant à Yamaha qu'à Michelin

Le pilote italien estime que les améliorations apportées à la M1 cette année expliquent en partie le meilleur niveau affiché lors des tests de Sepang. Mais les nouveaux pneus aussi pèsent dans la balance.

Rossi : des progrès dus autant à Yamaha qu'à Michelin

Valentino Rossi a conclu les premiers essais de l'année le sourire aux lèvres, avec la cinquième place en poche. Lui qui n'a manqué aucune édition du Grand Prix de Malaisie depuis sa première édition en 1999, il a pourtant été l'auteur d'un temps de 1'58"541 qui bat largement ce qu'il avait été en mesure de réaliser sur la piste de Sepang par le passé. Mais c'est surtout le potentiel général affiché pour ces premiers essais avec le package désormais complet de la M1 2020 qui alimente sa confiance.

"Cela a été un premier test positif, car on a testé beaucoup de choses et bien travaillé. J'ai fait un bon tour [dimanche], j'ai été rapide dans le time attack, parmi les cinq premiers. J'ai réussi à tourner en 1'58, ce que je n'avais jamais fait pendant ma carrière, alors c'est bien", se félicite-t-il. "Le rythme non plus n'est pas mauvais même si beaucoup de pilotes sont rapides. On a testé beaucoup de choses, certaines choses ont été très bonnes, d'autres moins. Il y a encore du travail à faire mais à mon avis ça a été un bon test."

Lire aussi :

Très souvent mis en difficulté par le manque d'adhérence à l'arrière, le pilote italien observe des progrès significatifs sur ce point qui ne peuvent que peser dans son bilan : "Je me sens plutôt bien parce qu'on a progressé. Il est vrai que tout le monde est fort et a amélioré son temps, et on est tous très proches, mais les sensations sont bonnes car il semble que l'on ait gagné du grip et on semble aussi avoir amélioré l'usure du pneu arrière, qui est notre principal problème."

Alors que l'on a beaucoup entendu Andrea Dovizioso s'alarmer sur le nouveau pneu arrière introduit par Michelin pour cette saison, craignant qu'il ne favorise les moteurs quatre-cylindres en ligne et par conséquent les Yamaha et les Suzuki, Rossi admet que ce changement pèse dans la progression réalisée par les M1. "À mon avis, c'est moitié-moitié", juge-t-il au micro de DAZN en évoquant la proportion due à Michelin et celle venant des propres évolutions de la Yamaha. "Le nouveau pneu Michelin est bien, tout le monde a été plus rapide et nous on se trouve mieux. Mais le travail qu'ils ont fait aussi, sur le châssis surtout et aussi sur le moteur, était tourné vers cela et à mon avis on a progressé sur la moto."

Des progrès à confirmer à Losail

Le pilote Yamaha semble donc apercevoir la lumière au bout du tunnel, néanmoins à l'heure d'évaluer les forces en présences avec les nouvelles machines il n'est pas dupe : la concurrence reste féroce, et notamment en interne. Et puis, le vétéran en a vu d'autres et il attend maintenant la confirmation de sa propre compétitivité : "Ce n'est qu'une piste, il faut maintenant qu'on vérifie cela au Qatar et sur d'autres pistes. La nouvelle moto est un peu différente alors il faut que l'on travaille pour comprendre tout son potentiel."

"En ce qui concerne Honda et Márquez, je pense qu'on ne peut pas le voir [leur niveau] parce qu'il ne va pas bien alors il va falloir attendre. Il me semble que ceux qui ont été plus forts que tous en termes de rythme sont Viñales et Rins. Ils ont tout le temps réussi à tourner en 1'59 bas et à faire des runs de dix tours", souligne-t-il. "Quartararo a été très rapide sur le tour lancé, mais sur le rythme il a eu un peu plus de mal qu'eux deux. Les Ducati m'ont semblé ne pas être très rapides, mais c'est seulement le premier test. Les motos me semblent toutes être rapides et les plus forts sont Viñales et Rins."

Lire aussi :

Seule ombre au tableau, la vitesse de pointe, qui pour Yamaha reste relativement modeste. La plus élevée parmi les M1 a été celle affichée par Maverick Viñales samedi, à 329,2 km/h, là où Rossi a atteint au mieux les 326,2 km/h : c'est suffisant pour rivaliser avec les Suzuki et Aprilia, mais inférieur aux pointes atteintes par les autres marques. "On a progressé un peu en vitesse mais l'écart est encore assez grand", constate le #46.

"J'espérais être un peu plus rapide en ligne droite, mais je savais que ce serait dur. Ça n'est pas facile, c'est un peu la caractéristique de la Yamaha", rappelle-t-il. "De ce que l'on comprend, le quatre-cylindres en ligne est un peu plus facile à piloter mais il est un peu plus lent. C'est toujours difficile parce que les moteurs en V sont plus rapides en ligne droite, mais aller plus vite en ligne droite c'est gratis, on n'a pas besoin de fournir un gros effort. Notre moto semble un peu plus rapide dans les virages, mais pour cela il faut toujours prendre des risques et faire de gros efforts. Mais c'est notre ADN, la Yamaha est comme ça et je pense qu'elle gardera toujours le quatre cylindres en ligne alors il faut qu'on fasse le maximum avec ça."

partages
commentaires
Comme Márquez, Oliveira et Nakagami souffrent encore de l'épaule

Article précédent

Comme Márquez, Oliveira et Nakagami souffrent encore de l'épaule

Article suivant

Espargaró loue l'Aprilia 2020, qui "ouvre une nouvelle voie"

Espargaró loue l'Aprilia 2020, qui "ouvre une nouvelle voie"
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021