Rossi est "peut-être resté un peu trop longtemps", selon Burgess

Le pilote italien aurait-il déjà dû mettre un terme à sa carrière ? C'est ce que suggère son ancien chef mécanicien, perplexe face au manque de performance du #46 en course.

Rossi est "peut-être resté un peu trop longtemps", selon Burgess

Jeremy Burgess parle peu depuis qu'il a quitté le paddock MotoGP, mais sa parole obtient toujours une attention toute particulière, et surtout lorsqu'il évoque Valentino Rossi. Bras droit du Docteur durant ses sept titres en catégorie reine après avoir déjà accompagné Mick Doohan ou encore Wayne Gardner, le chef mécanicien australien connait on ne peut mieux son talent et ses ressources, l'ayant épaulé chez Honda, Yamaha et aussi Ducati.

Burgess a été remplacé par Silvano Galbusera fin 2013, quatre ans après le dernier titre en date de Rossi. Depuis, malgré l'éclosion de nouveaux talents et les difficultés qu'il doit lui-même traverser, le #46 poursuit inlassablement sa carrière, à désormais 40 ans. Or son ancien acolyte, qui observe toujours attentivement les Grands Prix, se doit de constater que le pilote de Tavullia est à la peine depuis sa dernière victoire en date, qui remonte au mois de juin 2017. Interrogé par le site officiel du Grand Prix d'Australie, il en vient à suggérer que Rossi aurait peut-être dû raccrocher alors que d'autres pilotes ont pris le dessus dans le clan Yamaha.

"Peut-être qu'il est resté un peu trop longtemps", déclare Jeremy Burgess. "Ce qu'il y a d'inquiétant, et de triste pour moi, c'est qu'il termine aux alentours des places auxquelles il se qualifie. Il y a quelques années, nous ne nous inquiétions jamais quand il se qualifiait dixième, nous savions qu'il récupérerait quatre ou cinq places et qu'il serait sur le podium ou en bagarre pour y monter. De là à savoir s'il s'agit d'une autre étape sur la pente descendante ou pas, qui sait ?"

Lire aussi :

Ces difficultés à remonter le peloton en course, Rossi les évoquait à l'arrivée du Grand Prix du Japon, dimanche, constatant avec frustration qu'il est plus difficile de faire la différence. "Au départ, tout le monde part très fort, surtout avec les systèmes de launch control. Avant, il y avait plus de disparité et si on arrivait à faire un meilleur départ on pouvait peut-être sauter une ligne, mais maintenant tout le monde part plus ou moins pareil. Et puis tous les pilotes sont très préparés dès le début, à partir du premier tour", pestait-il.

Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, et Jeremy Burgess

Depuis peu, Rossi a dépassé le nombre de points qu'il a marqués en 2011 et il a donc l'assurance que 2019 ne sera pas sa plus mauvaise saison en MotoGP. Pour autant, il a connu au Japon son quatrième abandon sur chute, une première pour lui en catégorie reine, et n'affiche qu'un maigre capital de 145 points. Cela lui vaut aujourd'hui la septième place du championnat, la même qu'il occupait au terme de cette rude première année avec Ducati il y a huit ans. Dépassé par le rookie Fabio Quartararo (163 points), il l'est aussi par son coéquipier Maverick Viñales (176), deux pilotes qui ont obtenu six podiums chacun, alors que Rossi n'en a remporté que deux en début de saison.

Lire aussi :

Une rupture difficile avec Burgess

En marge du Grand Prix de Thaïlande, début octobre, Rossi a annoncé qu'il se séparerait à la fin de la saison de son chef mécanicien actuel, qui sera remplacé par David Muñoz Torras, pour l'instant inexpérimenté en catégorie reine. Le #46 avait alors assuré que cette décision s'était prise en accord avec son responsable d'équipe, lui-même désireux de changer de rythme pour se consacrer dorénavant au team test de Yamaha.

"Avec Jeremy, ça avait été différent", avait alors expliqué Rossi. "Ça avait été beaucoup plus difficile et d'autant plus qu'on était ensemble depuis 15 ans. Jeremy, j'avais un peu l'impression qu'il n'avait plus beaucoup de motivation. Et puis passer beaucoup de temps hors de la maison, loin de l'Australie… Je le voyais un peu fatigué. Avec Silvano, ça a été différent, mais c'est toujours difficile parce qu'au-delà du rapport professionnel, quand on passe beaucoup d'années ensemble on se lie à la personne. Cependant, je vois qu'il est détendu et je sais qu'il nous encouragera même s'il est dans l'équipe de test."

partages
commentaires
Nakagami craignait de ne pas pouvoir faire plus de trois tours

Article précédent

Nakagami craignait de ne pas pouvoir faire plus de trois tours

Article suivant

Lorenzo remercie Honda pour sa compréhension et sa patience

Lorenzo remercie Honda pour sa compréhension et sa patience
Charger les commentaires
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021