Rossi retient son faible retard plus que sa 6e place

Le Docteur a beau assister à la domination de son nouveau coéquipier, il retient les écarts réduits des essais de Sepang pour évaluer sa performance personnelle.

Cette semaine comme en novembre dernier, Valentino Rossi a été éclipsé par son nouveau coéquipier, qui a une nouvelle fois dominé la hiérarchie lors des premiers essais de l'année, à Sepang. L'Italien doit se contenter du sixième chrono au classement combiné de ces trois jours, avec toutefois un retard limité dans lequel il puise une pointe de satisfaction.

C'est en se lançant dans un time attack, ce mercredi, que l'Italien a été chercher son meilleur chrono de la semaine, un tour en 1'59"589 qui le place à un peu plus de deux dixièmes du leader. "Il est vrai que je suis cinquième aujourd'hui et sixième au total, mais je suis à deux dixièmes de Viñales, qui est premier, ce qui n'est pas mal. Il a été très bon, il a fait un super temps. Les premiers ont été très compétitifs, notamment en termes de rythme, mais nous aussi on est dans le coup", estime le Docteur.

Satisfait de la dernière évolution en date de sa machine, le pilote Yamaha assure avoir trouvé durant cette dernière journée des solutions prometteuses pour poursuivre la progression. "Au final, ça a été un test difficile car très long, mais on a trouvé des choses positives", affirme-t-il, après avoir travaillé aujourd'hui sur les réglages de la YZR-M1 et en particulier sur son nouveau châssis.

"Le bilan final du test est positif, surtout car on a testé beaucoup de choses qui me plaisent et qui ont amélioré la moto", souligne-t-il en se gardant bien d'entrer dans le détail. "On a testé pas mal de choses et je suis content de mon chrono, qui est plutôt rapide. Cet après-midi, on a trouvé des solutions plutôt positives et j'ai aussi réussi à mieux piloter. Ça a donc été un bon test initial et on est tous plutôt contents."

Après avoir établi son meilleur chrono, le vice-champion du monde en titre a tenté de se lancer dans une longue série de tours, finalement vite avortée. "J'ai essayé de faire un long run, j'ai fait une dizaine de tours mais j'étais parti avec le pneu tendre parce qu'on voulait faire un test, sauf qu'au bout de six ou sept tours, j'ai dû ralentir car il était trop tendre", explique-t-il. "On a quand même obtenu des indications intéressantes, que ce soit pour le pneu arrière ou pour l'avant. La moto est plutôt compétitive, c'était surtout le cas cet après-midi où j'ai réussi à mieux rouler."

Sans s'arrêter sur les ailettes cachées à l'intérieur du carénage - sauf à préciser que "sur la M1, les ailerons n'ont jamais fait une grande différence" -, Rossi constate que les avancées réalisées cette semaine ne constituent qu'un point de départ et que les prochains essais, dans deux semaines en Australie, devront marquer une nouvelle étape.

"Naturellement, il faut encore travailler un peu sur tous les aspects, et aussi physiquement parce que je ne suis pas à 100%, mais il nous reste du temps. On est curieux d'aller à Phillip Island où il y aura des températures complètement différentes et qui est une piste différente, pour voir si la moto se comporte bien là aussi."

Lunettes de soleil Valentino Rossi
Lunettes de soleil Valentino Rossi, en vente sur Motorstore.com
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement Essais de janvier à Sepang
Sous-évènement Mercredi
Circuit Sepang International Circuit
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Réactions