Rossi : "Quand j'arrêterai, ce sera un moment très difficile"

partages
commentaires
Rossi :
Par : Léna Buffa
21 août 2018 à 17:45

Il a beau avoir toujours repoussé la retraite, le nonuple Champion du monde sait pertinemment qu'il lui faudra tôt ou tard changer de vie.

Le deuxième, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Luca Marini, Sky Racing Team VR46, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Podium : le deuxième, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Podium : le deuxième, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Le deuxième, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Le deuxième, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

À 39 ans, Valentino Rossi est déjà de longue date le vétéran du plateau MotoGP, en plus d'être le détenteur du plus gros palmarès de l'ère moderne. Mais l'éternel jeune homme prouve chaque week-end qu'il reste toujours autant excité par l'adrénaline et la quête de succès, et il ne donne aucun signe de fatigue, croisant le fer sans rechigner avec des jeunes loups d'à peine plus de 20 ans pour certains d'entre eux.

Si la question de sa retraite est devenue l'un des sujets de discussions préférés en MotoGP, Rossi peut éprouver un certain soulagement d'être aujourd'hui engagé jusque fin 2020 avec Yamaha, s'assurant ainsi deux autres années de tranquillité avant de devoir prendre sa prochaine décision : une fois ce nouveau contrat achevé, sera-t-il alors temps de raccrocher ? Pour l'heure, le principal intéressé n'exclut aucune option et, surtout, il veut attendre le bon moment pour y réfléchir.

Lire aussi :

"Dans deux ans, je déciderai si j'arrête ou si je continue. Sincèrement, pour le moment je ne sais pas, et puis c'est encore long parce qu'on va encore faire deux saisons et demie. Mais mon problème est que je suis vieux, alors à un moment donné il va falloir que je m'arrête !" sourit Valentino Rossi en évoquant le sujet auprès du site officiel du MotoGP.

Une chose est d'ores et déjà certaine : le Valentino Rossi retraité ne désertera pas les pistes et les garages, sa passion pour la compétition occupant une part bien trop importante de son quotidien. "La course est ma vie, alors si j'arrête la moto je vais essayer de courir en voiture. C'est mon objectif dans la vie et c'est surtout ce que je veux faire, mais [je le ferai] de façon plus relax", promet-il.

"Dans le même temps, [j'aimerais] continuer à travailler avec les jeunes pilotes à l'Academy parce qu'on prend beaucoup de plaisir, et peut-être étendre aussi au MotoGP notre team aujourd'hui engagé en Moto2 et en Moto3. Ce ne sont que des idées, je ne sais pas. Il est clair que quand j'arrêterai, ce sera un moment très difficile, très triste", pressent en tout cas le pilote Yamaha, présent en Championnat du monde depuis 1996.

Lire aussi :

Une quête ininterrompue de progrès

En attendant, pas question de se reposer sur ses acquis : si d'aucuns le jugent surcoté compte tenu de son manque de réussite au championnat depuis son dernier titre en date, qui remonte à neuf ans, Valentino Rossi n'a en tout cas jamais reculé devant les challenges. Engagé dans la catégorie reine depuis 2000, il a connu tous les changements de cylindrée, mais aussi de manufacturier et d'électronique, le tout au guidon de Honda, Yamaha et Ducati. Et tout au long de son parcours, celui qui dit être "toujours en évolution" n'a eu de cesse de retoucher son style de pilotage pour rester dans le coup face aux pilotes de la nouvelle génération, particulièrement lors de ses retrouvailles avec Iwata.

"Ma plus grande motivation est d'être en mesure d'améliorer mes compétences et de faire quelque chose de nouveau sur la moto. Quand j'arrive à changer mon style, ma position de pilotage et ma façon de freiner ou de relever la moto à l'accélération, c'est génial parce que je suis vieux mais j'y arrive ! Si vous n'avez pas cela, il vaut mieux que vous restiez à la maison, relax, à boire une bière dans le canapé", sourit le Docteur, visiblement clairvoyant. Plus que la pression extérieure, c'est peut-être le regard qu'il porte sur lui-même qui finira par le décider, un jour, à raccrocher.

Prochain article MotoGP
Officiel - Baz va remplacer Espargaró à Silverstone

Article précédent

Officiel - Baz va remplacer Espargaró à Silverstone

Article suivant

Crutchlow : Pedrosa ne ferait pas un bon pilote d'essais

Crutchlow : Pedrosa ne ferait pas un bon pilote d'essais
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Valentino Rossi Boutique
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Léna Buffa
Type d'article Actualités