"Rien de spécial" à tester et pas d'amélioration pour Rossi

Le pilote italien ne s'en cache pas : il n'y a pas grand-chose à retenir du test de lundi à Barcelone.

Les Grands Prix se suivent et le bilan reste sensiblement le même pour Valentino Rossi, qui n'a pas encore réussi à faire mieux que troisième cette année : la Yamaha doit progresser et une implication du constructeur est attendue, principalement sur le front de l'électronique. Le test post-course de lundi, à Barcelone, avait donc toute son importance pour le clan d'Iwata, qui tenait là une rare occasion de mener ses titulaires en piste et de leur proposer des nouveautés.

Las, alors que Marc Márquez attirait l'œil en testant une évolution de sa Honda, les M1, elles, n'avaient pas un cahier des charges très fourni. Surtout, les tests réalisés n'ont pas particulièrement apporté de satisfaction à Rossi, qui attend bien plus pour espérer replacer la Yamaha sur les rails de la victoire.

"On avait un peu de choses à tester, surtout pour améliorer l'accélération, mais sincèrement on n'a rien trouvé. On a donc testé d'autres choses, on a essayé un pneu Michelin qui n'était pas mal. On a un peu travaillé, mais malheureusement rien de spécial", regrette le pilote italien, 14e de la journée en 1'40"124 − soit deux dixièmes plus rapide qu'en course, dimanche.

"On avait quelque chose en termes d'électronique mais ça reste quelque chose de petit, on ne s'attendait pas à une grande avancée", souligne Rossi, qui a pu tester un nouvel échappement. Il s'est aussi essayé à une nouvelle position de pilotage – "des détails", juge-t-il. "À mon avis, ça n'est pas ce dont on a besoin maintenant, il faut qu'on travaille sur autre chose. On avait certaines choses mais malheureusement on n'a pas réussi à améliorer notre performance d'hier [dimanche]."

"On n'avait rien de gros, rien de spécial. On a deux ou trois idées de petites choses dont j'espère qu'elles nous aideront à l'accélération, mais malheureusement j'étais comme hier. Quand on regarde les datas, on n'arrive hélas pas à être plus rapides. C'est dommage, mais c'est comme ça, ça n'est pas facile, c'est un long travail."

Le championnat retrouvera la semaine prochaine Assen, théâtre de la dernière victoire en date de Rossi et aussi, plus généralement, de Yamaha. Or, à l'heure de passer ce cap symbolique d'une année sans succès, le Docteur espérait que ce test permettrait de franchir un cap, le prochain n'étant prévu qu'au mois d'août.

"Ce test pouvait être important pour faire un petit step parce que le prochain sera à Brno, après la pause, mais pour les prochaines courses le plan est simplement de courir avec la moto d'hier. On espère progresser sur les prochaines courses", pointe Rossi, désabusé. Que peut-il attendre pour la suite ? "On a de petites choses ici, mais maintenant le prochain test sera le lundi de Brno, alors on espère trouver quelque chose d'autre là-bas. D'ici à Brno on va courir avec la même moto."

Viñales veut une M1 à son goût

De son côté, Maverick Viñales (neuvième en 1'39"797) a beaucoup œuvré pour tenter de régler ses difficultés personnelles sur la première partie de la course, en cherchant à perfectionner ses réglages lorsque le réservoir est plein. Il regrettait lui aussi le manque de nouveautés à évaluer. "Un peu d'électronique mais pas le step qu'on attendait", notait-il, soulignant malgré tout quelques progrès.

Le pilote espagnol a par ailleurs tenté d'adopter une position de pilotage différente, inspirée de celle de Johann Zarco, mais ce test n'a pas été concluant. "Je me suis juste assis un peu plus en arrière", explique-t-il. "J'ai essayé d'avoir un style un peu plus similaire au sien, mais ça a fini par chambouler la moto, ce sont deux motos différentes. […] Au final la moto bouge beaucoup et il est donc difficile de piloter. Je dois continuer avec mon style, qui m'aide à être rapide."

Si les nouvelles pièces demandées avec insistance à Yamaha se font désirer, Viñales n'avait au final pas de quoi s'ennuyer et ses essais de réglages étaient une autre étape essentielle en vue de sa progression. Lorsqu'il est interrogé sur ce qu'il a demandé à Yamaha, il répond sans hésiter : "Avant tout d'avoir une moto à mon goût. Cette année, j'ai peut-être parfois suivi la direction opposée de celle que je voulais. On va donc essayer de régler la moto à mon goût, surtout pour les premiers tours."

Avec Oriol Puigdemont et Pablo Elizalde

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement Test post-course Barcelone
Circuit Circuit de Barcelona-Catalunya
Pilotes Valentino Rossi , Maverick Viñales
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Actualités