Rossi : "Je n'aurais sûrement pas parié sur moi pour le podium !"

Après des essais compliqués, le Docteur est parvenu à sauver à Losail une troisième place qui le contente amplement.

Battu, mais heureux ! Valentino Rossi avait le sourire jusqu'aux oreilles ce dimanche soir, après avoir décroché la troisième place du Grand Prix du Qatar. Un podium inespéré après de longues semaines de difficultés pour le pilote italien, qui concédait à chaud, dans le parc fermé : "Je n'aurais sûrement pas parié sur moi pour le podium, pas même dix euros !"

Pour parvenir à ce résultat, le pilote Yamaha a d'abord dû se sortir d'une grille de départ qui n'était pas à son avantage, puisqu'il s'élançait de la quatrième ligne, une place héritée au cumul des essais libres sachant que les qualifications n'ont pas pu avoir lieu samedi. Septième à passer les premiers virages, il a également dû passer au travers d'un contact, qui aura fait pour seule victime sa caméra arrière.

Ensuite, il lui a fallu se défaire de Dani Pedrosa, un adversaire coriace dont il est venu à bout dans le quatrième tour. Loin d'être distancé par Maverick Viñales comme cela était pressenti, Rossi était alors dans la roue de son coéquipier et tous deux ont grappillé les dixièmes pour recoller au petit groupe de leaders qui s'était formé. Iannone dans le gravier, Márquez détaché dans la seconde moitié de la course, et voilà que les pilotes Yamaha se sont replacés dans la bagarre pour la victoire, face à Andrea Dovizioso.

Durant plusieurs tours, le Docteur est apparu comme l'homme le plus rapide en piste, de quoi lui donner quelque espoir de se battre pour le gros lot. Mais, pensant trop flirter avec la limite, il a relâché son attaque dans les quatre derniers tours, sachant se contenter d'une troisième place déjà très satisfaisante au regard d'une intersaison compliquée.

"Un podium c'est toujours une très bonne façon de commencer la saison. C'est mieux que l'année dernière. Je sors d'une période difficile, avec de très mauvais essais hivernaux", explique le pilote Yamaha. "Depuis novembre, depuis Valence quand j'ai testé la nouvelle moto, je ne me suis jamais bien senti. Mais je dois adresser un grand merci à Yamaha et à tout mon team, car pendant toute cette période j'ai toujours ressenti beaucoup de soutien et de confiance en moi."

Tout aussi en difficulté lors des premiers essais libres qu'il ne l'était pendant la pré-saison, Rossi a connu un tournant vendredi, durant la deuxième soirée de roulage à Losail, lorsque le travail a permis de stabiliser son train avant. "Quelque chose a changé entre jeudi et vendredi. Jeudi, on avait toujours les mêmes problèmes que pendant tous les tests et c'était assez frustrant, mais vendredi c'était mieux. J'étais encore trop lent mais j'ai commencé à progresser et, à partir de ce moment-là, j'étais assez optimiste quant à l'idée de terminer dans les cinq premiers."

"Ensuite, samedi on n'a rien fait et [dimanche] le warm-up a été très difficile ; j'ai beaucoup souffert des fortes températures, des dix degrés de plus qu'on avait de jour, mon pneu était fini au bout de trois virages. Les conditions de la course m'ont aidé, c'était mieux", pointe-t-il, alors que le départ a été donné à 21h45.

"On a changé la moto encore une fois et je me sentais bien, j'ai pris un très bon départ, je ne suis pas tombé au premier virage alors qu'un train m'est passé dessus ! Ensuite j'ai pris beaucoup de plaisir, déjà parce que j'ai vu Maverick pendant toute la course, ce qui ne s'était jamais produit pendant les tests. J'espérais que Dovi serait plus en difficulté avec le pneu arrière soft, mais j'étais moi aussi en difficulté avec l'avant et le flanc droit, alors si j'avais attaqué et fait une faute, j'aurais été très en colère. Ce podium est important pour moi."

Ses très bons chronos à quelques tours de l'arrivée révèlent-ils une tentative d'attaque ? "Je voulais essayer, oui. C'était difficile avec Maverick parce qu'il était toujours un peu plus rapide – quoiqu'il n'était pas trop loin devant –, mais j'ai essayé d'attaquer avant tout parce que je pense que tout le monde était très à la limite avec le pneu avant, alors quand vous commencez à vous battre, tout peut arriver. J'espérais que Dovi aurait plus de mal avec le pneu soft dans les derniers tours, je voulais donc essayer, mais au final c'était trop risqué, je n'avais pas assez [de marge] pour essayer."

Encore une fois, Valentino Rossi et son team ont donc su renverser une situation bien mal engagée. "Si je vais trop vite en essais, alors une troisième place c'est un mauvais résultat, donc c'est mieux comme ça !" sourit le pilote avec malice, pas mécontent d'avoir engrangé de gros points dans ces circonstances.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP du Qatar
Sous-évènement Course
Circuit Losail International Circuit
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Réactions