Rossi et Viñales ont les idées claires sur les progrès à accomplir

La première journée du test de Sepang semble avoir créé le consensus chez Yamaha, dont les deux pilotes officiels dressent un bilan similaire : les sensations sont bonnes et les zones encore perfectibles sont identifiées.

Rossi et Viñales ont les idées claires sur les progrès à accomplir
Charger le lecteur audio

Parmi les trois constructeurs les plus en vue du championnat, Yamaha est assurément celui pour qui les essais de ce début d'année revêtent la plus grande importance. Après avoir vu Honda et Ducati prendre l'avantage ces deux dernières années, Iwata doit réagir et aux changements opérés en interne pendant la trêve hivernale doivent maintenant répondre les performances en piste.

Lire aussi :

Côté moteur, Yamaha attend de ses pilotes la confirmation que la direction prise après les tests de novembre est la bonne, une étape essentielle afin de placer la M1 sur de bons rails pour la saison à venir. Valentino Rossi et Maverick Viñales bénéficient pour cela d'un seul modèle, et non plus de deux comme ce fut le cas en Espagne il y a un peu plus de deux mois.

"Ce choix me convient. De toute façon, il n'y avait pas tellement de différences entre les deux. Le moteur est pas mal, oui", souligne Rossi au terme de cette première journée. "Il faut qu'on utilise ce moteur, alors je me suis beaucoup concentré là-dessus pour essayer d'être plus rapide avec ce que j'ai", renchérit Viñales, lui aussi plutôt satisfait par ce choix.

La case moteur étant cochée, reste à voir comment optimiser le reste de la moto. En ce sens, les pilotes travaillent également cette semaine sur l'électronique et bénéficient de nouveaux éléments de châssis à tester, un programme complet visant à replacer l'équipe sur le devant de la scène. "C'est un tout : moteur, électronique et aussi châssis. On essaye aussi de travailler en pneus usés", confirme Rossi.

"Cette première journée est plutôt positive parce que j'ai eu de bonnes sensations avec la moto dès le début et il semble aussi que ça ne soit pas mal en pneus usés – ce qui est notre point faible", observe le pilote italien. La dégradation pneumatique aura en effet été un point important dans les difficultés récentes de Yamaha, et Viñales s'y est également intéressé aujourd'hui. "J'ai essayé de rouler en pneus usés, mais ça dépend comment vous les gérez", explique l'Espagnol. "Si je m'arrête beaucoup, alors l'usure des pneus est très rapide, mais si je continue à rouler, par exemple si je fais des runs de sept tours, alors l'usure des pneus est assez bonne, ça n'est pas mal. On travaille beaucoup dans ce domaine, aujourd'hui on a fait d'assez longs runs. On va voir, car il reste encore le fait qu'après le Moto2 le grip est bas et la moto est difficile [à piloter]."

Et maintenant, se plonger dans les réglages

Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing

Le bilan est donc globalement bon dans le stand Yamaha au terme de cette journée de rentrée, cependant les pilotes n'ont pas l'intention de s'arrêter en si bon chemin.

"À Valence et Jerez, on avait de petites choses, pas très importantes. Ici, on a des choses plus importantes. Je suis content de la voie qu'on suit et surtout de voir que, quand on parle ensemble, avec les ingénieurs et aussi avec Maverick, on va tous dans la même direction. On est donc d'accord quant au point faible de la moto. Maintenant pour le régler, il faut qu'on travaille !" prévient Rossi, qui annonce la couleur : "On a besoin d'un peu plus."

Lire aussi :

Le pilote italien a signé le sixième temps de cette journée, à 0"433 du leader. Avec, comme son coéquipier, environ 4h30 de roulage à son actif, Viñales s'est montré plus rapide d'un peu plus d'un dixième et s'est classé troisième. Désormais, lui aussi a une idée très claire des progrès à accomplir pour la suite.

"Il faut qu'on continue à beaucoup travailler parce qu'il me manque encore beaucoup au freinage. C'est surtout quand j'appuie sur les freins : il faut que j'exerce une pression forte et la moto ne s'arrête pas, et puis j'ai beaucoup de mal avec le pneu avant alors il faut qu'on travaille beaucoup sur ce point", explique-t-il. "Demain on va essayer plusieurs set-ups, parce qu'aujourd'hui c'était moteur, moteur, moteur, et je n'ai donc pas pu tester de réglages, j'avais les mêmes qu'à Jerez."

"Demain sera une journée très importante pour bien progresser parce que trois jours, ça passe très vite", poursuit Viñales. "On va tester différentes choses sur le set-up, essayer d'être meilleurs au freinage parce que pour le moment ça ne me plaît pas. Je n'arrive pas à faire trois tours avec les mêmes temps alors ça ne me plait pas beaucoup, il faut que je joue beaucoup avec la moto et ça n'est pas bien, je n'arrive pas à être régulier. Demain il faut donc qu'on essaye d'arranger ça avec les réglages et je crois aussi qu'on a des choses sur le châssis, peut-être un peu plus de rigidité. […] Je crois qu'on va pousser plus sur le pneu arrière pour voir si on arrive à avoir plus de grip."

partages
commentaires
Sepang, J1 : Márquez déjà leader, Rins bien placé
Article précédent

Sepang, J1 : Márquez déjà leader, Rins bien placé

Article suivant

Márquez s'attendait "à mieux" malgré son meilleur temps

Márquez s'attendait "à mieux" malgré son meilleur temps
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021