Rossi impuissant face à Márquez et aux Ducati

Au guidon d'une Yamaha qui souffre de la comparaison avec les puissantes Honda et Ducati, le Docteur n'a rien pu faire pour obtenir plus que la cinquième place du Grand Prix de France. Le constat des progrès à accomplir s'impose déjà avec limpidité.

Rossi impuissant face à Márquez et aux Ducati

L.B., Le Mans - Qualifié cinquième, Valentino Rossi savait qu'il pourrait particulièrement tenter de capitaliser sur sa bonne position de départ si la météo venait jouer les trouble-fêtes pour la course mancelle, ce dimanche. Car, si ses performances de vendredi, sur le sec, n'avaient rien d'éclatant, le temps lui a manqué par la suite pour tenter de rectifier le tir. La pluie a toutefois décidé de laisser les pilotes MotoGP tranquilles et, bien que l'air ambiant soit resté humide et frais, il a bel et bien fallu boucler les 27 tours de course en pneus slicks.

Lire aussi :

Pour le pilote Yamaha, les difficultés se sont confirmées rapidement. Avec une différence au tour de deux à quatre dixièmes sur les Ducati de pointe, le numéro 46 n'a pu se porter au niveau des leaders, ni résister au retour de Petrucci, en route vers le podium. La hiérarchie dans le top 5 s'est toutefois équilibrée dans la dernière dizaine de tours, suffisamment pour que Rossi revienne au contact et reste en embuscade, mais ce sont bien les Desmosedici qui ont eu le dernier mot, derrière un Marc Márquez imbattable.

"Ça a été une course difficile", reconnaît Rossi. "Heureusement, je suis parti devant et mon départ n'a pas été mauvais, j'ai essayé de faire le maximum. Mais je n'étais pas assez rapide, je perdais trop en ligne droite, je perdais trop à l'accélération à la sortie des virages à vitesse basse. Pendant toute la course, j'ai essayé de rester là et de ne pas perdre l'aspiration pour tenter de monter sur le podium. C'était mon objectif, mais malheureusement ça n'a pas été suffisant face aux Ducati. À la fin j'ai été bon, j'ai réussi à revenir. Cette année, il semble que dans les derniers tours on a moins de problèmes que l'année dernière. C'est positif, mais malheureusement ça n'a pas suffi pour essayer de décrocher le podium."

Un déficit en ligne droite qui se paye cash

À l'issue d'une course difficile et qui le laisse donc sur sa faim, Valentino Rossi a les idées parfaitement claires quant au domaine dans lequel doivent se concentrer les efforts de Yamaha pour progresser. Car, s'il a signé le sixième meilleur temps de la course, le pilote italien se distingue en revanche en n'affichant que la 19e vitesse de pointe sur 22 pilotes, avec un déficit de 10,8 km/h sur la meilleure, celle d'Andrea Dovizioso : le point faible de la M1 version 2019 est donc dorénavant bien identifié.

"La différence est très grande en ligne droite. Il suffit de regarder la feuille des vitesses", pointe-t-il. "Sur toutes les courses, on souffre beaucoup. Et puis, malheureusement, je suis aussi le plus lent des Yamaha, alors il faut qu'on fasse mieux. Je suis toujours dernier ou avant-dernier, parfois avant-avant-dernier... mais en tout cas très loin du sommet."

"On a amélioré la durée de vie des pneus, avec différentes choses sur la moto, la moto est très bonne à piloter", souligne l'Italien, qui utilisait par ailleurs ce week-end un carénage différent. "Au final, on parle beaucoup des ailerons, mais c'est une petite partie. C'est une petite amélioration à l'accélération, mais en vitesse de pointe on perd beaucoup. C'est difficile particulièrement en course, parce qu'il faut se battre [contre Honda et Ducati], mais ils sont très rapides en ligne droite et il est donc difficile de gérer les dépassements. Cette année, on semble beaucoup souffrir en ligne droite et les autres semblent meilleurs. Pour le reste, la moto a été bonne à piloter et j'ai été rapide jusqu'au bout, mais pas assez."

Lire aussi :

"Historiquement, depuis très longtemps, depuis 2004, jamais la Yamaha n'a été fantastique en ligne droite, mais cette année on semble perdre beaucoup", poursuit le numéro 46, parfaitement conscient cependant des limites qui se dressent face à Yamaha en ce sens compte tenu du fait que le moteur ne peut être. "Le problème, c'est que le moteur est celui-ci, alors je ne pense pas qu'on pourra beaucoup améliorer cela cette année. Mais la situation est celle-ci, il faut qu'on donne le maximum. On peut se battre pour monter sur le podium et la moto est bien à piloter, on a de bonnes choses, ça va donc beaucoup dépendre d'une piste à l'autre, mais c'est la réalité du moment. Peut-être qu'on peut trouver quelque chose à l'accélération, parce qu'on perd là aussi. On verra."

partages
commentaires
Quartararo, une huitième place en alignant les tours qualifs

Article précédent

Quartararo, une huitième place en alignant les tours qualifs

Article suivant

Viñales envoyé au tapis, la conséquence de l'erreur de samedi

Viñales envoyé au tapis, la conséquence de l'erreur de samedi
Charger les commentaires
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021