Rossi impuissant face à Márquez et aux Ducati

Au guidon d'une Yamaha qui souffre de la comparaison avec les puissantes Honda et Ducati, le Docteur n'a rien pu faire pour obtenir plus que la cinquième place du Grand Prix de France. Le constat des progrès à accomplir s'impose déjà avec limpidité.

Rossi impuissant face à Márquez et aux Ducati

L.B., Le Mans - Qualifié cinquième, Valentino Rossi savait qu'il pourrait particulièrement tenter de capitaliser sur sa bonne position de départ si la météo venait jouer les trouble-fêtes pour la course mancelle, ce dimanche. Car, si ses performances de vendredi, sur le sec, n'avaient rien d'éclatant, le temps lui a manqué par la suite pour tenter de rectifier le tir. La pluie a toutefois décidé de laisser les pilotes MotoGP tranquilles et, bien que l'air ambiant soit resté humide et frais, il a bel et bien fallu boucler les 27 tours de course en pneus slicks.

Lire aussi :

Pour le pilote Yamaha, les difficultés se sont confirmées rapidement. Avec une différence au tour de deux à quatre dixièmes sur les Ducati de pointe, le numéro 46 n'a pu se porter au niveau des leaders, ni résister au retour de Petrucci, en route vers le podium. La hiérarchie dans le top 5 s'est toutefois équilibrée dans la dernière dizaine de tours, suffisamment pour que Rossi revienne au contact et reste en embuscade, mais ce sont bien les Desmosedici qui ont eu le dernier mot, derrière un Marc Márquez imbattable.

"Ça a été une course difficile", reconnaît Rossi. "Heureusement, je suis parti devant et mon départ n'a pas été mauvais, j'ai essayé de faire le maximum. Mais je n'étais pas assez rapide, je perdais trop en ligne droite, je perdais trop à l'accélération à la sortie des virages à vitesse basse. Pendant toute la course, j'ai essayé de rester là et de ne pas perdre l'aspiration pour tenter de monter sur le podium. C'était mon objectif, mais malheureusement ça n'a pas été suffisant face aux Ducati. À la fin j'ai été bon, j'ai réussi à revenir. Cette année, il semble que dans les derniers tours on a moins de problèmes que l'année dernière. C'est positif, mais malheureusement ça n'a pas suffi pour essayer de décrocher le podium."

Un déficit en ligne droite qui se paye cash

À l'issue d'une course difficile et qui le laisse donc sur sa faim, Valentino Rossi a les idées parfaitement claires quant au domaine dans lequel doivent se concentrer les efforts de Yamaha pour progresser. Car, s'il a signé le sixième meilleur temps de la course, le pilote italien se distingue en revanche en n'affichant que la 19e vitesse de pointe sur 22 pilotes, avec un déficit de 10,8 km/h sur la meilleure, celle d'Andrea Dovizioso : le point faible de la M1 version 2019 est donc dorénavant bien identifié.

"La différence est très grande en ligne droite. Il suffit de regarder la feuille des vitesses", pointe-t-il. "Sur toutes les courses, on souffre beaucoup. Et puis, malheureusement, je suis aussi le plus lent des Yamaha, alors il faut qu'on fasse mieux. Je suis toujours dernier ou avant-dernier, parfois avant-avant-dernier... mais en tout cas très loin du sommet."

"On a amélioré la durée de vie des pneus, avec différentes choses sur la moto, la moto est très bonne à piloter", souligne l'Italien, qui utilisait par ailleurs ce week-end un carénage différent. "Au final, on parle beaucoup des ailerons, mais c'est une petite partie. C'est une petite amélioration à l'accélération, mais en vitesse de pointe on perd beaucoup. C'est difficile particulièrement en course, parce qu'il faut se battre [contre Honda et Ducati], mais ils sont très rapides en ligne droite et il est donc difficile de gérer les dépassements. Cette année, on semble beaucoup souffrir en ligne droite et les autres semblent meilleurs. Pour le reste, la moto a été bonne à piloter et j'ai été rapide jusqu'au bout, mais pas assez."

Lire aussi :

"Historiquement, depuis très longtemps, depuis 2004, jamais la Yamaha n'a été fantastique en ligne droite, mais cette année on semble perdre beaucoup", poursuit le numéro 46, parfaitement conscient cependant des limites qui se dressent face à Yamaha en ce sens compte tenu du fait que le moteur ne peut être. "Le problème, c'est que le moteur est celui-ci, alors je ne pense pas qu'on pourra beaucoup améliorer cela cette année. Mais la situation est celle-ci, il faut qu'on donne le maximum. On peut se battre pour monter sur le podium et la moto est bien à piloter, on a de bonnes choses, ça va donc beaucoup dépendre d'une piste à l'autre, mais c'est la réalité du moment. Peut-être qu'on peut trouver quelque chose à l'accélération, parce qu'on perd là aussi. On verra."

partages
commentaires
Quartararo, une huitième place en alignant les tours qualifs

Article précédent

Quartararo, une huitième place en alignant les tours qualifs

Article suivant

Viñales envoyé au tapis, la conséquence de l'erreur de samedi

Viñales envoyé au tapis, la conséquence de l'erreur de samedi
Charger les commentaires
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021