Pour Rossi, Yamaha "est très en retard" sur la concurrence

La fin de saison n'apporte pas de soulagement au clan Yamaha et Valentino Rossi continue à s'interroger sur l'origine des problèmes rencontrés, particulièrement sur le mouillé.

Pour Rossi, Yamaha "est très en retard" sur la concurrence
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing avec une Grid Girl
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

Alors que le châssis actuellement utilisé par les pilotes officiels Yamaha, après qu'ils l'ont testé à Misano en août, se voulait un avant-goût de la moto 2018, le constructeur d'Iwata semble avoir encore du chemin à parcourir avant de sortir de ses difficultés. Valentino Rossi a d'ailleurs confirmé à Sepang que la nouvelle version de la Yamaha ne serait pas présente à Valence pour les premiers essais de l'intersaison.

Il faudra donc attendre encore un peu avant de comprendre si le constructeur d'Iwata a trouvé comment inverser la tendance l'an prochain et, en attendant, les courses se suivent et ne se ressemblent pas pour ses pilotes officiels. En Malaisie, Rossi a eu une nouvelle confirmation de la grande instabilité de sa performance car, une semaine après avoir pris part à la bagarre pour la victoire en Australie, la course de Sepang l'a vu évoluer dans le ventre mou du peloton pour finalement passer la ligne d'arrivée à 30 secondes du vainqueur.

"On avait besoin d'un autre bon résultat, parce que je crois qu'on n'a jamais fait deux très bonnes courses de suite", constatait le pilote Yamaha à l'heure de débriefer cette avant-dernière manche de la saison, dans la déception. "On a un peu manqué de chance avec la météo parce qu'à mon avis j'étais compétitif sur le sec. J'aurais pu faire une bonne course et me battre pour le podium. Sur le mouillé, on sait qu'on a un peu de problèmes."

Classé sixième au terme de la première journée d'essais, Rossi a tenté, avec son équipe technique, de trouver une clé à ses problèmes lorsque la pluie a fait son retour pour la course... en vain. "On a complètement changé la moto et essayé autre chose, mais les problèmes étaient exactement les mêmes que vendredi. Ça a été une course vraiment difficile parce qu'on n'a pas de grip arrière, on ne peut jamais ouvrir les gaz, on a la sensation que dès qu'on essaye de faire un petit peu plus on tombe, comme ça m'est arrivé au Japon. J'ai donc essayé de rester concentré, de ramener un peu de points et j'ai fini septième", relatait-il.

S'il se trouve plutôt rapide sur le sec, le pilote italien se heurte véritablement à un mur lorsqu'il s'agit d'améliorer sa performance sur piste mouillée, où le manque de grip arrière est toujours aussi criant. "On ne sait pas quelle est la solution", admettait-il, observant la course aux avant-postes de Johann Zarco, qui pilote la version précédente de la Yamaha : "Zarco a fait une très belle course, il est monté sur le podium. Cette moto-là fonctionne bien, l'année dernière j'avais fait deuxième ici en me battant contre Dovizioso. Mais c'est étrange qu'on n'arrive pas à comprendre ce qui ne va pas."

"À mon avis le potentiel de la moto n'est pas mauvais, le problème c'est que les pneus ne travaillent pas", poursuivait dimanche. "À mon avis, la moto du début d'année avait de gros problèmes. Cette moto-ci on ne l'a que depuis quelques mois, depuis Silverstone − et entre-temps je me suis cassé la jambe −, et on est donc très en retard par rapport aux autres. Mais sur le sec, on a compris des choses importantes."

"C'est en tout cas une saison difficile. Très. Parfois tu es rapide et une semaine plus tard il n'y a aucun moyen de piloter", pestait Valentino Rossi, sans parvenir à expliquer ce scénario qui aura véritablement marqué la saison 2017. "Beaucoup de choses ont changé entre Bridgestone et Michelin, mais aussi par rapport à l'année dernière avec Michelin", pointait-il. "Ça a été un championnat bizarre sous de nombreux aspects : sur certaines courses, ça va tout de suite bien, sur d'autres en revanche ça va mal et tu n'arrives plus à récupérer."

"Mais, franchement, je ne veux pas y penser. Il faut continuer à faire son travail et c'est tout, d'autant que ça n'est pas quelque chose que l'on peut changer", ajoutait le pilote, défaitiste.

partages
commentaires
Van der Mark : 1er Grand Prix convaincant qui appelle à une suite

Article précédent

Van der Mark : 1er Grand Prix convaincant qui appelle à une suite

Article suivant

Dorna et organisateurs ouverts à l'idée d'un GP d'Australie plus tôt

Dorna et organisateurs ouverts à l'idée d'un GP d'Australie plus tôt
Charger les commentaires
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021