Aucun appel dans l'affaire Yamaha : Dovizioso ne comprend pas

Critiques à l'égard d'une décision jugée trop clémente de la part de la FIM à l'égard de Yamaha, Andrea Dovizioso et Álex Rins se sentent lésés par le fait que les points des pilotes au championnat ne soient pas impactés.

Aucun appel dans l'affaire Yamaha : Dovizioso ne comprend pas

La pénalité décidée jeudi par le panel de commissaires MotoGP de la FIM laisse certains adversaires de Yamaha circonspects. La marque et ses équipes ont été sanctionnés au championnat après avoir utilisé deux types de soupapes différents sans obtenir au préalable l'accord des autres constructeurs, mais les pilotes ont, eux, été épargnés. Et c'est bien là un détail qui n'en est pas un aux yeux de ceux qui jouent le titre face à Quartararo, Viñales ou encore Morbidelli.

S'ils avaient été privés des points retirés à leur équipe respective (correspondants au GP d'Espagne et, dans le cas de Morbidelli, également au GP de Styrie), Fabio Quartararo et Maverick Viñales seraient descendus à 98 unités et Franco Morbidelli à 100 : ils se trouveraient par conséquent derrière Andrea Dovizioso (109) et Álex Rins (105) au championnat pilotes, et à une distance nette de Joan Mir (137).

Une autre interprétation peut même laisser imaginer quelle serait la situation si la victoire conquise par Quartararo à la première course était revenue sur tapis vert au second, à savoir Dovizioso. "C'est ce que je ne comprends pas", a réagi ce soir le pilote Ducati, alors qu'aucun appel n'a été déposé pour contester la décision des commissaires. "Je ne comprends pas la stratégie des différents constructeurs, car ils semblent s'être mis d'accord pour ne pas porter de réclamation. Je ne connais pas tous les détails, alors je ne veux pas porter de jugement, mais c'est quelque chose qui me semble très étrange. Cela ne me semble pas logique."

Lire aussi :

"Si une situation non conforme aux règles a été identifiée et que l'on a décidé de la pénaliser, je ne comprends pas pourquoi on pénalise le constructeur, alors que c'est un championnat qui ne rapporte ni argent ni rien d'autre, à part le prestige, et non pas le championnat pilotes qui est celui qui intéresse tout le monde. Ça me semble tellement étrange qu'il y a peut-être quelque chose que j'ignore", a ajouté Andrea Dovizioso.  "Je veux un peu mieux comprendre auprès de Ducati ce qui s'est passé, car personne ne m'en a parlé", a-t-il précisé.

Pour Rins, "Viñales devrait partir de la pitlane à chaque course"

Actuellement sixième du championnat, à quatre points de Dovizioso, Álex Rins s'est montré plus radical, estimant qu'il ne s'agissait que d'une mauvaise décision de plus de la part de commissaires pointés du doigt quasiment à chaque Grand Prix cette saison. "Au final, il y a tellement de mauvaises décisions qui sont prises par les commissaires qu'il faut les accepter", a déclaré le pilote Suzuki. "Peu importe le nombre de pénalités qui sont infligées et le nombre de fois où les pilotes se sont plaints, rien ne change."

"J'aime gagner en piste, pas en dehors, et cela va me motiver à être encore plus fort pour me battre. Si on gagne, on le fera en ayant plus de mérite", a estimé Rins. "Je me souviens que quand j'étais petit, j'ai couru dans le championnat de Méditerranée, et là-bas aussi il y a eu de la triche et pourtant j'ai réussi à gagner. J'espère donc qu'un jour je gagnerai aussi en MotoGP."

Lire aussi :

Mais le pilote Suzuki estime qu'il y a dans cette affaire une autre "injustice" à ses yeux, celle de n'infliger un départ de la pitlane à Maverick Viñales que pour ce Grand Prix. Le pilote Yamaha, qui utilise depuis ce vendredi un sixième moteur alors que cinq seulement lui sont consentis pour la saison, sera en effet sanctionné comme le prévoit le règlement, mais c'est encore trop clément aux yeux de Rins.

"En dehors de cette question [la pénalité de Yamaha au championnat], il y a aussi d'autres injustices, que l'on ne voit pas ou sur lesquelles on ne se pose pas de questions. Par exemple, Maverick utilise un nouveau moteur et doit partir des stands uniquement pour cette course, alors qu'il en profitera sur d'autres courses parce qu'il a un moteur affichant moins de kilomètres, on n'en parle pas. Il y a tellement d'injustices et on n'en parle pas. Il faut les respecter et se battre."

Quelle serait donc, selon lui, la bonne sanction dans une telle situation ? "S'il monte un nouveau moteur à Valence 1 et qu'il continue à l'utiliser sur les courses suivantes, il a clairement un avantage. Il serait donc logique qu'il parte de la pitlane à chaque fois qu'il utilise ce nouveau moteur. Mais les règles sont faites ainsi."

Au sujet de la pénalité que subira dimanche Maverick Viñales, troisième du championnat avec neuf points d'avance sur lui, Andrea Dovizioso ne voit finalement qu'un maigre avantage pour son cas personnel. "Si je devais me battre uniquement contre Maverick, oui, mais malheureusement il y a quatre autres pilotes !" a-t-il souri lorsqu'il lui a été demandé si cela lui relançait ses espoirs pour le titre, avant de concéder tout de même : "C'est positif pour nous, car ce sera clairement très difficile pour lui de partir derrière. Dans le MotoGP actuel, il est très difficile de rattraper et de gagner beaucoup de positions, alors il est clair qu'il va perdre des points par rapport à certains pilotes."

Avec Germán Garcia Casanova

partages
commentaires

Voir aussi :

Viñales n'y croit plus : "Nous gâchons nos chances tous les ans"
Article précédent

Viñales n'y croit plus : "Nous gâchons nos chances tous les ans"

Article suivant

Álex Márquez : Yamaha a "triché" et les pilotes le savaient

Álex Márquez : Yamaha a "triché" et les pilotes le savaient
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021