Actualités

Le secret des départs de KTM ? "Les qualifications"

Quel peut bien être le secret de KTM pour prendre des départs aussi impressionnants cette saison ? Le team manager de l'équipe autrichienne promet qu'il n'y en a aucun et que la clé vient de bonnes qualifications.

Brad Binder, Red Bull KTM Factory Racing

Si l'on se penche sur les vingt départs des courses qui ont eu lieu à ce stade du championnat, entre les sprints et les épreuves longues, les pilotes officiels KTM n'ont perdu des positions qu'à deux reprises par rapport à leur position sur la grille. En l'occurrence, c'est Jack Miller qui a rétrogradé de deux places le samedi puis d'une place le dimanche lors de la première manche, à Portimão. Hormis cet épisode, l'Australien et son coéquipier Brad Binder ont systématiquement gagné du terrain.

Le Sud-Africain s'est montré particulièrement impressionnant dans cet exercice. On se souvient en effet de la course sprint du GP d'Argentine, lorsqu'il est passé de la 15e place sur la grille à la cinquième au premier virage, d'emblée lancé vers la victoire. Miller a quant à lui été particulièrement inspiré à Austin, tant le samedi (il est passé de la dixième à la cinquième place) que le dimanche (de la dixième à la quatrième place). À Jerez, les deux KTM officielles, qualifiées deuxième et quatrième, se sont tout bonnement portées en tête au premier virage lors des deux courses, implacables.

Cette efficacité a bien évidemment attiré l'attention des autres constructeurs, convaincus que la marque de Mattighofen a trouvé une solution secrète. Gino Borsoi, team manager de Pramac Racing, indiquait à Motorsport.com il y a quelques jours que c'était "un sujet de débat chez Ducati", tant "le launch control qu'ils ont développé est imbattable".

Nous avons donc demandé directement à KTM s'ils ont effectivement travaillé sur un composant spécifique au cours de l'hiver pour optimiser les départs. Et d'après Francesco Guidotti, non.

"Il n'y a rien de différent sur cette moto par rapport à la moto de l'année dernière. Le secret de ces départs se trouve dans les qualifications", explique celui qui est team manager de KTM depuis l'année dernière.

"Notre objectif était d'améliorer la moto dans son ensemble, en nous concentrant sur différents aspects. Nous avons essayé d'obtenir un petit progrès avec l'embrayage, un autre avec l'électronique, et ainsi de suite, pour évoluer dans la bonne direction. Mais en ce qui concerne le système de départ, il n'y a pas d'élément différent par rapport à 2022", assure Francesco Guidotti.

C'est par le développement de la RC16 que le responsable italien explique cette efficacité au départ, la moto offrant désormais beaucoup plus d'alternatives qu'il y a encore peu de temps.

"Tout est lié. Auparavant, nous ne pouvions utiliser que le pneu avant dur, maintenant ce n'est plus le cas. Cela a eu un impact très important en termes de potentiel sur un tour, ce qui nous a permis de beaucoup mieux nous positionner sur la grille. Avec le nouveau format, il est encore plus important qu'avant d'être positionné devant."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Márquez chez Ducati ? "Pas la bonne chose pour nous"
Article suivant RNF annonce le retour d'Oliveira au GP d'Italie

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France