Sérénité et comparaison face au "magicien" Rossi pour Viñales

Sixième sur la grille de départ du Grand Prix d’Argentine, Maverick Viñales aborde la course de dimanche avec sérénité.

Certes, l'Espagnol a devant lui une paire de clients en Marc Márquez et Karel Abraham, qui ont montré un rythme intéressant sur piste humide comme en conditions sèches ce week-end, à Termas de Río Hondo. Mais le vainqueur de la manche inaugurale de la saison croit qu’il a lui aussi ce qu’il faut pour envisager une course devant dans les conditions sèches qui sont attendues dimanche.

Quelques domaines de performance restent à optimiser au cours du bref warm-up : le temps passé sur piste sèche est demeuré limité ce week-end.

"Je me sens très bien ; je suis très en confiance avec l’avant et dans les virages rapides", commente Viñales. "Je ne sais pas pourquoi, mais nous ne sommes pas si bons dans les sorties de virages et l’on glisse un peu ; même dans les lignes droites, on glisse beaucoup."

Rien qui ne déstabilise pour autant l’équipier de Valentino Rossi, qui partira juste derrière, en septième position.

Une comparaison directe avec le "magicien" de la pluie

Ce week-end a certes été altéré par les conditions changeantes liées aux caprices de la météo, mais ces précipitations sont finalement arrivées à un bon moment de la saison : le #25 a ainsi pu évaluer sur quoi travailler dans ces conditions et dispose d’une référence de premier ordre sur piste humide de l’autre côté du garage. Valentino Rossi a rappelé à tous sa virtuosité avant que la piste n’assèche, lors de la Q1, en ne laissant qu’à Dani Pedrosa le luxe de boucler un meilleur chrono que lui.

Son niveau sur piste humide, parfois légitimement questionné l’an dernier, a cette fois pu être comparé à celui d’un expert en la matière, à moto égale…

"Oui !" s’esclaffe Viñales. "J’ai découvert [mon niveau] car Valentino est le magicien sous la pluie. Et il est toujours devant. Et j’étais à 0"2. Donc je suis là. Je suis assez heureux et confiant dans le fait qu’en conditions de pluie, avec une moto qui dispose de la bonne traction, je peux clairement être là."

"Je suis content ! Je suis confiant, et me sens bien", poursuit le leader du championnat. "On doit travailler sur l’électronique dans les conditions humides et sur mon style de pilotage, qui est totalement différent de celui de Jorge [Lorenzo, son prédécesseur chez Yamaha, ndlr]. Je veux être devant, mais pour une première fois [avec la YZR-M1] sur le mouillé, ce n’est pas mal."

"Au moins une seconde" de progression possible avec le bon pneu

En qualifications, Viñales a signé un chrono de 1’49’’218 l’ayant positionné à plus de 1"7 du poleman Marc Márquez. Mais encore une fois, le confiant jeune homme n’est nullement perturbé par un tel gouffre. Selon lui, passer le pneu medium à l’arrière lui aurait au moins permis de gagner une seconde, et donc de se placer devant la Ducati GP15 de Karel Abraham, en seconde position de la grille.

"La stratégie n’était pas la meilleure", admet-il. "Je pense que nous aurions pu faire un meilleur chrono avec le pneu medium arrière. Nous avons choisi le tendre car nous n’avions pas suffisamment d’informations : mais après trois virages, le pneu était déjà fini ! Je sais qu’avec le medium, j’aurais pu faire tomber le temps d’au moins une seconde. Je suis assez satisfait, je suis relax."

"À la fin c’était presque sec, ça aurait été des conditions pour les intermédiaires, car c’était sensible dans seulement deux freinages. Mais avec les pneus pluie tendres, c’est impossible de faire quoi que ce soit ! Même un tour complet…"

De nombreux candidats à la victoire

En course, Viñales se promet de ne pas céder à l’impatience dès le départ, confiant qu’il est dans le rythme de sa Yamaha sur un long relais. Au moment d’identifier qui seront les protagonistes pour la victoire, l’Espagnol ne s’exclut nullement et désigne ses rivaux. Selon lui, l’étonnante Aspar n’est nullement à exclure !

"Ce sera difficile avec Abraham ! Il est rapide dans les lignes droites et s’il prend un bon départ, il pourrait prendre ses distances devant. Je vais y aller tour après tour, y aller 'easy'. Je sais en termes de rythme que je peux être dans les 1’39. Je peux être calme et n’ai pas besoin de prendre trop de risques dans les premiers tours. Je dois gagner des positions mais je ne vais pas pousser comme un fou pour me retrouver premier dès le premier tour !"

"Marc [Márquez] sera là, sans aucun doute. Il a une bonne moto ici et un bon potentiel. Il est toujours là, sur toutes les courses. Cal [Crutchlow] peut être là aussi, il a vraiment fait un bon tour samedi matin. On verra. Ils sont nombreux à pouvoir être là en course. J’inclus toujours Valentino [Rossi]. En warm-up, avec un bon feeling… Il commence septième. Il est là."

Reste encore à définir quel sera le choix de pneu arrière en particulier pour mener à bien sa mission de seconde victoire consécutive en 2017.

"Le warm-up sera la clé. Mais honnêtement, c’est un peu perturbant, ce warm-up : il fera frais alors qu’en course il fera plus chaud. On essaiera, on verra."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Argentine
Sous-évènement Qualifications
Circuit Autodromo Termas de Rio Hondo
Pilotes Valentino Rossi , Maverick Viñales
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Réactions
Tags pluie