Smith ne se fait "pas d'illusions" face à la menace Kallio

Le pilote anglais subit la pression de KTM pour réussir et sait que le retour de Kallio en Aragón pourrait le mettre en difficulté.

Smith ne se fait "pas d'illusions" face à la menace Kallio
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Changement de moto au stand pour Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Charger le lecteur audio

Bradley Smith a terminé 17e du Grand Prix de Grande-Bretagne, dimanche, à 48"6 du vainqueur et 18"3 de son coéquipier. Un bilan des plus décevants pour le pilote KTM, mis sous pression par son équipe pour inverser la tendance et entamer une courbe de progression comparable à celle que suit Pol Espargaró cet été.

"Comme vous pouvez l'imaginer, cela m'a vraiment fait mal d'être le dernier à passer la ligne d'arrivée sur mon Grand Prix à domicile, à Silverstone", écrit dans son blog Bradley Smith, qui assure toutefois avoir été reboosté par le soutien des fans et être "encore plus déterminé à [se] battre durant cette période difficile dans [sa] carrière", alors que "tout semble être contre [lui] en ce moment".

Le pilote anglais estime avoir fait le mauvais choix de pneus, dimanche, en optant pour la paire hard-hard, pourtant majoritaire dans le peloton et également utilisée par son coéquipier. Après de premiers tours agressifs, il s'est trouvé en difficulté et n'a pu que faire le nécessaire pour rallier l'arrivée sans parvenir à se battre pour améliorer sa position. Voilà qui n'aide pas à redorer son blason, lui qui figure à la 22e place du championnat avec seulement huit points, 18 de moins qu'Espargaró. Depuis Assen, l'un a marqué 20 points, l'autre deux.

"Je ne me fais pas d'illusions quant au fait que la pression est sur moi en particulier, et sur le team, après cette récente série de mauvais résultats. L'équipe KTM et en particulier les gars qui sont dans mon stand ont été fantastiques et j'ai tout leur soutien", assure le pilote anglais. "La pression extérieure est différente, mais je l'ai ressentie auparavant de la part des médias et des réseaux sociaux. Cela fait partie intégrante de ce job."

"Je ne me fais pas d'illusions face à cette situation. Chez KTM, ils ont été fantastiques et surtout mon team manager, Mike Leitner. Ils veulent vraiment que je réussisse et ils font leur possible pour m'aider. Cependant, le Grand Prix qui fera suite à Misano sera celui d'Aragón, en Espagne, où le pilote essayeur Mika Kallio va se joindre à moi et Pol dans l'équipe. Si Mika me bat avec la même avance que ce qu'il a fait en Autriche il y a deux semaines, je suis sûr que de grandes questions seront posées", admet Smith.

Déjà présent en Allemagne et en Autriche, Mika Kallio s'est en effet vu offrir ce qu'il demandait, un nouveau ticket pour s'aligner dans trois semaines en Aragón, après avoir obtenu la dixième place sur le Red Bull Ring, ce qui constitue le deuxième meilleur résultat de KTM après la neuvième place de Pol Espargaró à Brno. Smith n'a, lui, pas fait mieux que 13e cette saison.

"Silverstone ne s'annonçait pas comme un week-end facile, parce que c'était la première visite de KTM et on n'avait pas de données, on est donc partis de zéro comme on a souvent dû le faire. Misano devrait être différent", espère-t-il, rassuré par un récent test sur place. "À Silverstone, on a essayé une nouvelle façon d'organiser le week-end, en utilisant le premier jour les mêmes pneus pendant les deux séances d'essais. On recherche toutes les façons possibles d'inverser la tendance. On ne peut pas faire de miracles d'un jour à l'autre dans ce sport, mais chaque petit progrès porte à de meilleurs résultats."

partages
commentaires
Un Grand Prix MotoGP en Thaïlande en 2018 : c'est signé
Article précédent

Un Grand Prix MotoGP en Thaïlande en 2018 : c'est signé

Article suivant

Il y a 20 ans, Valentino Rossi devenait Champion du monde

Il y a 20 ans, Valentino Rossi devenait Champion du monde
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021