Smith plus à l'aise "pour piloter que pour marcher" après sa blessure

Le pilote anglais, blessé lors des 8 heures d’Oschersleben l'été dernier, affirme s'être bien remis de son accident, même s'il est plus facile pour lui de piloter que de marcher ou courir.

Bradley Smith déclare que le genou où il s’est blessé en 2016 est à présent totalement rétabli pour pouvoir piloter, plutôt que pour marcher ou courir. Le Britannique a été impliqué dans un crash durant les essais des 8 heures d’Oschersleben en août dernier, où un impact avec un retardataire a sévèrement touché les ligaments de son genou droit.

Smith, qui pilotait à ce moment pour Yamaha Tech3, a manqué trois courses, mais est revenu à la compétition alors qu'il  manquait de mobilité au niveau de l'articulation. Après avoir passé l’hiver à se remettre de cette blessure, avec un programme dédié de rééducation au sein du Centre d’Entraînement et de Diagnostics de Red Bull (sponsor de KTM) en Autriche, Smith peut de nouveau piloter sans restriction.

"Je suis ravi que cela ne se soit pas détérioré durant ces trois jours", a-t-il déclaré à la suite des essais de Sepang. "Le travail que nous avons accompli ne m’affecte plus du tout sur la moto, la flexibilité est là et je peux à présent prendre les bons angles dont j’ai besoin. Du point de vue du pilotage, on peut à présent cocher la case ‘pas de problèmes supplémentaires’. De façon générale, le fait de marcher ou de courir va me poser un problème peut-être pour le reste de ma carrière. Mais en termes de performance sur la moto, aucun problème."

Un rythme de travail différent chez KTM

Smith a rejoint KTM après avoir passé cinq saisons en MotoGP avec l’équipe satellite Tech3, au guidon d’anciennes Yamaha, et déclare que la vie est "plus compliquée et meilleure" en tant que pilote d’usine. Les trois journées d'essais de KTM à Sepang la semaine dernière n'ont pas permis aux RC16 de jouer la performance pure, ses deux pilotes Bradley Smith et Pol Espargaró ne terminant respectivement qu'aux 21e et 23e positions au global, à environ deux secondes des leaders.

Mais la marque autrichienne a cependant témoigné d'une bonne fiabilité, à défaut d'une vitesse en ligne droite en berne par rapport à la concurrence. "Les journées sont plus longues, je pense que nous avons été chanceux d’être de retour juste à temps pour manger, chaque soir à 22 heures [lors des tests de Sepang]. C’est assez différent de ce à quoi j’étais habitué, normalement on a tout rangé assez tôt ici. Mais il y a beaucoup de débriefings, de discussions et d’analyses de données afin d’essayer d’apprendre et de comprendre. Mais vous pouvez passer une heure lors d’un débriefing, et le jour suivant rouler une seconde plus rapide. Et je me suis toujours demandé comment il faisait pour faire ce genre de choses."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Bradley Smith
Équipes Red Bull KTM Factory Racing
Type d'article Actualités