Spa-Francorchamps veut le retour du MotoGP

À la longue liste des pays intéressés par une place au calendrier MotoGP s'ajoute la Belgique, le circuit de Spa-Francorchamps ne cachant pas son souhait d'accueillir à nouveau les Grands Prix moto.

Directrice du circuit depuis l'an dernier, Nathalie Maillet a de nombreux projets pour l'avenir de Spa-Francorchamps. Parmi un vaste programme de développement des lieux, elle annonce vouloir œuvrer au retour du MotoGP dans les Ardennes belges, ce qui serait une première depuis le dernier Grand Prix 500cc disputé sur place en 1990.

"Je veux récupérer quelques gros événements comme le MotoGP. J’ai passé récemment une journée à Madrid à discuter avec les organisateurs du MotoGP", annonce Nathalie Maillet dans une interview à La Dernière Heure.

L'an dernier, le pilote MotoGP Bradley Smith s'était offert une petite escapade à Spa, pour y piloter une Yamaha ROC YZR-500 dans le cadre du regroupement de motos anciennes, Bikers' Classic. Cependant, le déplacement des Grands Prix mondiaux sur place a cessé en 1990. Inscrit au calendrier depuis la création du Championnat du monde en 1949, le Grand Prix de Belgique n'avait jusqu'alors été absent qu'une année (en 1987, faute de travaux pour améliorer la sécurité) et Spa n'avait, durant toute cette période, cédé sa place à Zolder qu'une seule fois, en 1980.

Après une si longue attente, Spa-Francorchamps aurait logiquement besoin de se mettre aux normes du MotoGP actuel, ce que Nathalie Maillet estime envisageable : "Les aménagements nécessaires pour accueillir à nouveau la moto ne sont pas irréalisables. D’ailleurs, il existe déjà neuf circuits bi, organisant à la fois la Formule 1 et le MotoGP."

"Je vais étudier le sujet plus profondément cette année, notamment au niveau de la rentabilité, du retour économique pour la région. Ce ne serait pas avant 2020. Mais je vise le long terme. Je suis là pour longtemps, sereine et bien entourée", promet la directrice des lieux.

Un circuit qui serait parmi les plus rapides

Au gré de la riche Histoire des deux-roues à Spa, les Duke, Surtees, Agostini s'y sont tous imposés, ainsi que les stars américaines des années 80 : Roberts, Mamola, Spencer, Rainey ou encore Lawson. Didier de Radiguès est, lui, l'un des très rares Belges à avoir gagné en Championnat du monde, et son Grand Prix national figure à son palmarès, grâce à sa victoire 250cc en 1983.

Il connaît le potentiel des lieux et sait que Spa pourrait devenir l'une des pistes les plus rapides du calendrier. "Dans la ligne droite qui suit le Raidillon, les pilotes atteindraient sans doute une vitesse maximale frôlant les 350 km/h, comme au Mugello ou à Sepang par exemple", détaille l'ancien pilote dans les colonnes de La DH, "mais plus que cette pointe vitesse, ce sont les longs virages rapides qui feraient le sel de cette manche du Mondial."

"Pour un pilote moto, c’est l’un des circuits sur lesquels on prend le plus de plaisir. Ce rendez-vous se forgerait très vite une place à part dans le calendrier et deviendrait aussi mythique que pour la Formule 1", assure par ailleurs De Radiguès, tout en jugeant l'échéance de 2020 "très optimiste."

Au-delà des délais nécessaires pour aménager la piste, il faut rappeler que la liste d'attente est longue pour intégrer le calendrier. L'Indonésie ou la Finlande sont sur les rangs depuis plusieurs années, tandis que la Hongrie annonçait il y a quelques jours sa volonté de ramener le Hungagoring au championnat. Et ce ne sont que des exemples parmi d'autres...

Rossi veut rouler à Spa

Si le projet n'est encore qu'à un stade précoce, l'idée de voir la catégorie reine de la moto concourir sur le toboggan des Ardennes a de quoi susciter bien des fantasmes. Il faut dire que Spa reste un circuit mythique et conserve une aura à nulle autre pareille dans l'esprit des pilotes.

Ainsi, le mois dernier, dans une interview accordée au Soir, Valentino Rossi exprimait son souhait de rouler un jour sur cette piste qu'il n'a encore jamais arpentée, quitte à en passer tôt ou tard par une autre discipline que le MotoGP.

"Je veux rouler à Spa-Francorchamps, sur ce superbe circuit, et je le ferai, c’est une certitude", affirmait-il. "C’est quelque chose que je dois absolument réaliser avant de prendre ma retraite. Les 24H à Spa-Francorchamps, je les ai mises dans la liste des courses que je veux faire, comme les 24H du Mans ou celles du Nürburgring."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP , Moto2 , Moto3
Type d'article Actualités
Tags nathalie maillet, spa francorchamps