MotoGP
11 sept.
Événement terminé
18 sept.
Événement terminé
25 sept.
Événement terminé
09 oct.
Événement terminé
16 oct.
Événement terminé
23 oct.
Événement terminé
06 nov.
EL1 dans
5 jours
13 nov.
Prochain événement dans
11 jours
20 nov.
Prochain événement dans
18 jours

Stats - La jeunesse prend le pouvoir sur une saison toujours plus folle

partages
commentaires
Stats - La jeunesse prend le pouvoir sur une saison toujours plus folle
Par :

Les Grands Prix disputés à Misano se sont inscrits dans la tendance d'une saison 2020 folle, qui a déjà connu six vainqueurs en sept Grands Prix et vu 12 pilotes différents sur le podium. Et on n'en est qu'à la moitié !

On l'a longtemps attendue, cette saison 2020, et la première moitié qui vient de s'achever aura été étourdissante. Après sept Grands Prix, les dix premiers au championnat ne sont séparés que par 27 points et le top 4 se tient en quatre points ! Considérablement ouverte en l'absence de Marc Márquez, la course au titre oscille d'une piste à l'autre, alors que les vainqueurs s'enchaînent et que les performances des top pilotes font le yo-yo comme jamais.

La jeunesse en force

>> Les deux Grands Prix qui viennent de se dérouler à Misano ont apporté leur lot d'intrigue, propulsant de nouveaux noms dans les tablettes du championnat. On a notamment vu Franco Morbidelli remporter sa première victoire MotoGP lors du Grand Prix de Saint-Marin, devenant ainsi le 113e vainqueur de la catégorie reine et le 28e depuis la création du MotoGP en 2002.

>> En s'imposant pour la première fois, Morbidelli est venu ajouter son nom à la liste de nouveaux vainqueurs de ce cru exceptionnel, après Fabio Quartararo, Brad Binder et Miguel Oliveira. La saison 2020 compte donc déjà autant de nouveaux vainqueurs que les championnats 1949, 1974, 1976, 1982 et 2016... et la catégorie reine n'a jamais fait mieux !

>> Au succès de Morbidelli a fait suite celui de Maverick Viñales, qui lui aussi s'imposait pour la première fois cette saison : en sept Grands Prix, la saison MotoGP a donc déjà consacré six pilotes différents ! Quartararo reste le seul à s'être imposé plus d'une fois, grâce à son doublé en ouverture de championnat à Jerez.

Lire aussi :

>> Alors que Morbidelli fêtait sa première victoire lors du Grand Prix de Saint-Marin, son collègue de la VR46 Riders Academy, Pecco Bagnaia, signait pour sa part son premier podium, tous deux réalisant un doublé pour le moins inédit. Ils sont désormais 12 pilotes différents à être montés sur la boîte cette année. Alors que le cap de la mi-saison vient d'être atteint, on est déjà à un cheveu du record établi sur l'ensemble d'une saison depuis la création du MotoGP, et qui est de 13.

>> Dans la foulée de son premier podium, Bagnaia a bien failli faire lui aussi main basse sur le trophée de vainqueur, car pour la première fois, il a mené une course MotoGP, et ce durant 15 tours lors du Grand Prix d'Émilie-Romagne avant de chuter.

>> Et puis, il y a Joan Mir. Le jeune pilote Suzuki s'est octroyé deux podiums sur ces deux épreuves, les premiers que Suzuki obtenait à Misano depuis 2008. Et si l'on ajoute à ses performances de Misano sa deuxième place en Autriche, les quatre dernières courses à elles seules valent à Mir d'être, avec Viñales, celui qui compte le plus de trophées grâce à ses trois podiums ! De plus en plus menaçant, il est, et de loin, celui qui a marqué le plus de points au cours de ces quatre épreuves : 69, contre par exemple 53 pour Andrea Dovizioso, toujours leader du championnat malgré tout.

Joan Mir, Team Suzuki MotoGP

Misano plus rapide que jamais

>> Cette saison, qui semble vouloir nous tenir en haleine de bout en bout, se dispute à un rythme effréné, et Misano n'a pas fait exception à la liste de records qui ne cessent de tomber. La piste italienne a notamment rejoint celles sur lesquelles les MotoGP ont dépassé les 300 km/h en compétition, sa V-max ayant été battue à plusieurs reprises au cours des deux Grands Prix. Le nouveau record est à présent de 302,5 km/h, établi par Pecco Bagnaia pendant le second week-end. Jack Miller a lui aussi passé cette référence en atteignant les 301,6  km/h et Andrea Dovizioso en 300,8 km/h. Dans le calendrier moderne, seules les pistes de Jerez et du Sachsenring affichent encore une V-max inférieure à 300 km/h.

>> Autre nouvelle référence enregistrée : celle de la pole position, et là aussi le même pilote a battu le record coup sur coup à chacun des deux Grands Prix. C'est Maverick Viñales qui s'est adjugé les deux poles, d'abord en 1'31"411 au premier Grand Prix, puis en 1'31"077 lors du second. La moyenne au tour passe ainsi à 167,0 km/h.

Lire aussi :

>> En course également, le record du meilleur temps a été battu. C'est Pecco Bagnaia, encore lui, qui s'est approprié en 1'32"319 la nouvelle référence lors du Grand Prix d'Émilie-Romagne, qu'il menait avant de chuter.

>> Lors du premier de ces deux Grand Prix, le top 15 était tellement resserré qu'il s'est propulsé au troisième rang de l'Histoire : 20"152 seulement séparaient le vainqueur du 15e pilote à l'arrivée. Le record est de 15"093, établi l'année dernière à Losail.

Yamaha reprend de l'air, Honda s'enfonce

>> Avec l'arrivée sur une piste différente, une fois encore la hiérarchie a connu de fortes variations à Misano. Yamaha, qui avait quitté le Red Bull Ring avec un résultat des plus faibles, n'ayant pas placé son premier pilote aussi bas depuis 2007, s'est adjugé à Misano les deux pole positions et les deux victoires. Lors du premier Grand Prix, la marque a même verrouillé les quatre premières places de la grille de départ, du jamais-vu depuis 1988 !

>> Pour Honda, le calvaire se poursuit. La marque a placé sa première machine en 14e puis en 12e position seulement sur la grille de départ de ces deux Grands Prix, et en course le podium a continué à lui échapper, une situation inédite depuis son retour en catégorie reine en 1982…

>> Takaaki Nakagami parvient tout de même à se maintenir à la septième place du championnat grâce à sa régularité, sachant qu'il est le seul à n'avoir jamais manqué le top 10 à ce stade de la saison. Seul Andrea Dovizioso a également, comme lui, marqué des points à chaque course, et il en résulte une place de leader conservée… pour un point !

À suivre…

Tito Rabat : "On m'enterre avant ma mort"

Article précédent

Tito Rabat : "On m'enterre avant ma mort"

Article suivant

9e place miraculeuse pour un Morbidelli malade et heurté par Espargaró

9e place miraculeuse pour un Morbidelli malade et heurté par Espargaró
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Émilie-Romagne
Lieu Misano World Circuit Marco Simoncelli
Auteur Léna Buffa