Les stoppies à la Miller ou à la Razgatlioglu vus par Brembo

Le stoppie fascine les fans, mais qu'en est-il du point de vue des techniciens ? Brembo, fournisseur de freins, explique ce qui se passe exactement lorsqu'un pilote réalise cette figure acrobatique en MotoGP ou en WorldSBK.

Les stoppies à la Miller ou à la Razgatlioglu vus par Brembo

Au cours des dernières décennies, c'est principalement en réalisant des wheelies que les pilotes ont laissé libre cours à leurs émotions après une séance ou une course. Mais dernièrement, les stoppies, c'est-à-dire le fait de piler avec la roue avant et de faire décoller la roue arrière, sont devenus très à la mode. Une figure acrobatique portée notamment par deux maîtres en la matière, le nouveau Champion du monde de Superbike, Toprak Razgatlioglu, et un pilote Ducati en MotoGP, Jack Miller.

Mais que se passe-t-il lorsqu'un pilote réalise un stoppie ? "Dans un stoppie, la roue avant reste collée au sol et c’est la roue arrière qui est catapultée vers le ciel : pour réaliser cette acrobatie, il n’est pas nécessaire d’aller très vite, une vitesse élevée pouvant même se révéler contre-productive pour la réussite de la figure. Tous les cascadeurs expliquent qu’il est possible de réaliser un stoppie dès 40 à 60 km/h", explique le fournisseur de freins Brembo.

Les longs stoppies de Toprak Razgatlioglu, qui pilote une Yamaha d'usine en WorldSBK, sont particulièrement impressionnants. "Sa technique habituelle consiste à entrer dans la pitlane à 80 km/h en seconde puis à exercer une pression de 12 à 14 bars sur le frein avant", explique Brembo. "Lorsque la roue arrière se soulève, Razgatlioglu réduit la pression à 2 ou 3 bars, en conservant l’équilibre. Il rétrograde ensuite en première et enfin utilise le frein arrière pour retrouver le contact avec le sol."

Toprak Razgatlioglu

Toprak Razgatlioglu

Ça vous parait déjà compliqué ? Mais avez-vous pensé à comment positionner le corps pour réussir votre figure ? "La position du corps est très importante, à commencer par les coudes, qui ne doivent pas être rigides, et par les genoux fortement serrés autour du réservoir", décrit Brembo. "Il est déconseillé de pencher le buste vers l’avant dans une position qui n’est pas naturelle, car le centre de gravité de l’ensemble moto-pilote s’en trouverait déséquilibré."

"Pendant que les dixièmes de seconde s’écoulent, la pression sur le frein avant doit se réduire progressivement pour éviter de basculer vers l’avant. À ce moment-là, la roue arrière est décollée du sol", ajoutent les experts italiens du freinage.

Lorsque le pilote fait se soulever sa roue arrière, une charge de 6,5 à 7,2 kg doit être exercée sur le levier de frein via les doigts. C'est plus que lors d'un freinage brutal en bout de ligne droite, comme celui que l'on observe par exemple à Losail.

 

Pourtant, ces arrêts brusques ne représentent pas une grande contrainte pour les systèmes de freinage en raison de la faible vitesse à laquelle va la moto. "La température des plaquettes et du liquide de frein est assez basse, et le système ne risque donc pas de subir de stress thermique", confirme Brembo.

"Toutefois, ces évolutions ne sont pas bien perçues par plusieurs responsables d’écurie", ajoute le fournisseur. "Il ne s’agit pas tant du risque de détériorer les composants mécaniques, même si certains craignent le déplacement de l’huile à l’intérieur des moteurs, que du risque de chute qui pourrait bêtement causer des blessures, casser certaines pièces de la moto ou même simplement ridiculiser le pilote devant les caméras et les appareils photo."

Lire aussi :

partages
commentaires
Claudio Domenicali veut voir Ducati en MotoGP "comme Ferrari en F1"
Article précédent

Claudio Domenicali veut voir Ducati en MotoGP "comme Ferrari en F1"

Article suivant

Dovizioso s'est parfois perdu en étudiant Rossi

Dovizioso s'est parfois perdu en étudiant Rossi
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021