Suzuki le sait : "La blessure de Rins a changé le visage de la saison"

Sa lourde chute pendant les qualifications du premier Grand Prix de la saison a assurément coûté cher à Álex Rins. Et pourtant, le pilote espagnol reste en lice pour le titre avant les trois dernières manches et Suzuki ne souhaite pas, à ce stade, lui donner la consigne de favoriser Joan Mir.

Suzuki le sait : "La blessure de Rins a changé le visage de la saison"

Depuis qu'Álex Rins a fait son retour sur le podium, au Grand Prix de Catalogne, le championnat multiforme de cette saison 2020 a encore pris une autre tournure. Suzuki a cumulé trois doubles entrées dans le top 3 en quatre courses, du jamais vu dans son Histoire, et a ainsi décuplé ses chances de titre, à tous les niveaux.

La formation d'Hamamatsu s'est notamment propulsée en tête du classement des équipes, en marquant 30 points de plus que Petronas, qui jusqu'alors dominait. Et elle a aussi pris l'avantage sur KTM et en revenant à seulement huit points de Ducati au championnat constructeurs, le seul qu'elle ne mène pas pour le moment.

Le plus gros coup d'éclat est assurément celui qui a été réalisé au classement des pilotes, puisque pour la première fois en 20 ans un représentant de la marque a pris les commandes. Joan Mir a toutefois marqué un peu moins que son coéquipier sur ces quatre courses, Rins affichant la plus grande réussite du plateau depuis qu'il a donné ce nouvel élan à sa saison.

Lire aussi :

Pour Davide Brivio, la saison 2020 aurait probablement connu un scénario très différent si Álex Rins ne s'était pas blessé à l'épaule dès le premier Grand Prix. "Álex est le pilote expérimenté de l'équipe et il s'est présenté sur la première course en grande forme. Je l'avais vu transformé et prêt aussi bien psychologiquement que physiquement. Son accident le samedi à Jerez a changé le visage de la saison", admet le directeur de l'équipe Suzuki auprès de GPone.

"Lors des quatre ou cinq épreuves suivantes, il a cherché à guérir tout en courant. Malgré cela, il a fait quatrième à Brno et en Autriche il est tombé alors qu'il était en tête. Et puis sont arrivés le podium de Barcelone et ceux d'Aragón : ce sont les résultats auxquels nous nous attendions en début d'année. Je pense que sans sa blessure, le Álex Rins que nous voyons actuellement aurait pu être celui de toute la saison."

Pas de consignes entre les pilotes, mais du respect

En l'espace de quatre courses, et malgré une chute au Mans, Rins est donc passé de 12e du championnat à sixième. Si son retard sur son coéquipier ne s'est réduit que de quatre points, il reste bel et bien en lice, avec 32 unités de déficit. "Rins aussi est en lutte pour le titre", assure Brivio.

Refusant d'entendre parler de consignes d'équipe tant qu'il conserve une chance mathématique, le Catalan sait bien que sa récente progression complique la vie de son directeur. "C’est difficile. Je sais que ce n’est pas une bonne situation pour Davide [Brivio] et Suzuki, parce qu'ils ont deux pilotes qui se battent pour la couronne", admet-il. "Je sais que Joan est très rapide, il est très régulier et a fait beaucoup de podiums, mais on garde nos chances à trois courses de la fin, donc on va faire de notre mieux."

"C'est un problème que je voudrais avoir tous les ans !" sourit quant à lui un Davide Brivio qui s'avoue étonné d'une telle situation à ce stade : "Je me serais attendu que nous soyons encore en lice, mais être en tête du championnat, franchement, je n'y avais jamais pensé. Je ne m'y attendais pas."

Joan Mir, Team Suzuki MotoGP, Alex Rins, Team Suzuki MotoGP

Reste l'épineuse question des consignes, et sur ce point aussi le patron de l'équipe va dans le sens de ses pilotes, qui tous deux ont jusqu'à présent repoussé cette idée. S'il attend du respect en piste et ne veut voir aucune opportunité gâchée par une concurrence interne qui dépasserait les limites de la correction, il souhaite en revanche que chacun joue ses chances jusqu'au bout, "avec ses propres forces".

"Quand les deux pilotes ont la possibilité de se battre pour le titre, cela exclut toute consigne d'équipe", assure Davide Brivio. "La seule stratégie dont nous avons parlé est celle selon laquelle les deux coéquipiers doivent se respecter en piste, être corrects l'un envers l'autre. Suzuki n'aime pas beaucoup les consignes d'équipe, nous avons dit à nos pilotes : que le meilleur gagne."

Lire aussi :

"Si nous devions arriver à la dernière course avec l'un d'eux hors-jeu, alors peut-être que nous en reparlerions. C'est peut-être trop romantique, mais c'est beau de voir un championnat être remporté sans aide, chacun se battant avec ses propres forces. Pour le moment, il n'y aura donc pas de consignes."

"Comme tous les coéquipiers, Joan et Álex sont adversaires entre eux et c'est ce que nous souhaitons", poursuit le directeur de l'équipe, qui affichait ouvertement son souhait de voir une émulation positive se mettre en place entre ses pilotes avant le début de cette saison, Mir apparaissant désormais plus menaçant après sa première année.

"Lorsque nous avons pensé mettre Mir et Rins ensemble, nous étions à la recherche deux pilotes qui se stimulent l'un l'autre car cela les fait progresser tous les deux et permet d'améliorer les résultats de l'équipe", souligne-t-il. Et cette approche n'a pas changé : "Nous souhaitons qu'ils cherchent à finir l'un devant l'autre, qu'il y ait une rivalité sportive, mais nous essayons aussi de leur faire comprendre l'importance de l'équipe. Naturellement, il s'agit d'un sport individuel, chacun court pour soi, mais aussi pour l'équipe et pour Suzuki. Il est important d'avoir l'esprit d'équipe."

Il reste à présent trois Grands Prix pour mettre à l'épreuve l'esprit d'équipe régnant entre les deux pilotes espagnols. Si Mir devait maintenir sa régularité et monter sur le podium lors des chacune de ces courses, trois victoires ne suffiraient pas à Rins pour lui chiper la couronne. Reste à voir ce qu'en diront les autres prétendants au titre, avec trois pilotes Yamaha également en concurrence et un Andrea Dovizioso, certes, abattu, mais pas encore vaincu.

partages
commentaires
La perte des concessions va changer le travail de KTM cet hiver
Article précédent

La perte des concessions va changer le travail de KTM cet hiver

Article suivant

Dovizioso et Yamaha en négociations pour un poste de pilote d'essais

Dovizioso et Yamaha en négociations pour un poste de pilote d'essais
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021