Suzuki ne s'est pas vu en défenseur du titre en 2021

Décidée à repartir à la conquête des meilleurs résultats en 2021, Suzuki n'a cependant pas pu rivaliser avec les leaders du championnat et a notamment payé le prix de son manque de développement et de ses lointaines qualifications.

Suzuki ne s'est pas vu en défenseur du titre en 2021

Après avoir dépassé les attentes en 2020 en décrochant le premier titre mondial de la marque depuis vingt ans, Suzuki a connu un championnat moins satisfaisant cette saison. Certes, Joan Mir s'est maintenu dans le trio de tête du MotoGP, ce qui est loin d'être un faible résultat, mais jamais il n'a semblé en mesure de réellement contrer Fabio Quartararo ou son rival le plus proche, Pecco Bagnaia. Aucune victoire n'est venue enrichir le palmarès de Suzuki au cours de cette campagne, durant laquelle Ducati a incontestablement pris le leadership technique tandis que Quartararo affichait son autorité parmi les pilotes, capable de trouver la régularité qui lui avait fait défaut l'an dernier.

"Nous avons obtenu le titre pilotes l'année dernière et aussi celui des équipes. Par rapport à cela, cela a été une saison très difficile pour nous cette année", a reconnu Shinichi Sahara. Le patron du programme a souligné toutefois que son équipe a voulu se remettre en jeu à l'entame de ce championnat : "Nous avons débuté cette saison en décidant non pas de défendre notre titre, mais d'être à nouveau des prétendants pour atteindre la première place à chaque course. Le résultat est que nous avons vécu des moments difficiles au milieu de la saison, et aussi dans la première moitié de la saison sans le device sur notre moto alors que les autres constructeurs l'avaient déjà auparavant."

Le holeshot device, plus justement appelé variateur de hauteur désormais, aura en effet cristallisé l'infériorité technique de la GSX-RR cette saison, la machine n'en étant équipée qu'à partir de l'été, avec une première version qui a ensuite eu besoin d'une évolution avant la fin de la saison. Un ajout tardif et qui n'a pas permis à la machine japonaise de rattraper la concurrence, très en avance sur ce point.

Joan Mir, qui a souvent exprimé le souhait de recevoir de nouveaux développements, a cherché en vain à rééditer la victoire qu'il avait obtenue en 2020, mais ni lui ni son coéquipier Álex Rins n'y sont finalement parvenus, seulement récompensés par sept podiums (dont six pour le #36) en 18 courses. Le Majorquin n'a pas masqué notamment sa lassitude face à ses lointaines qualifications, une marque de fabrique un peu pesante pour la Suzuki et qu'ont fini par faire mentir les deux derniers Grands Prix de la saison.

"Heureusement, nous avons deux solides pilotes", a souligné Shinichi Sahara. "Joan est très régulier et il est rapide. Nous avons juste besoin d'un petit quelque chose de plus pour obtenir plus de vitesse et de meilleurs résultats. Et comme tout le monde le sait, la Suzuki est en difficulté en qualifications et cela nous en coûte dans le résultat des courses, donc c'est difficile."

Inlassablement interrogé sur la grille de départ sur la position lointaine de ses pilotes, le responsable japonais a tenté de garder le sourire, mais il a bien conscience de la faiblesse de ses machines. "Chaque fois, je dis : 'Cette position sur la grille n'est pas idéale pour nous, mais notre rythme de course est bon et nous permettra de rejoindre le groupe de tête'. Je fais toujours le même commentaire ! [rires] Mais je pense que nous avons déjà commencé à dépasser cela pour l'année prochaine et je pense que l'année prochaine nous serons en position de nous battre pour le podium et la victoire", promettait-il en marge du dernier Grand Prix.

Depuis, les premiers essais d'intersaison ont vu de premiers développements d'importance être proposés aux pilotes. Une première étape, certes, à confirmer, mais que Hamamatsu veut voir comme un nouvel élan.

"Je pense que ça n'a pas été la meilleure saison pour nous, par rapport à la précédente, mais le travail de l'équipe est resté très bon", veut retenir Sahara dans le bilan qu'il dresse pour le site officiel du MotoGP. "Tous les membres de l'équipe, notamment les chefs mécaniciens, nous ont apporté leur feedback pour le développement. Nos progrès n'ont pas été aussi grands qu'un an auparavant, mais nos ingénieurs à l'usine ont fait le maximum et je pense qu'il ne nous manque que peu de choses afin d'être assez compétitifs pour nous battre au sommet. Nous serons prêts pour la saison prochaine."

En termes d'organisation aussi, l'équipe devra montrer qu'elle sera prête. Sahara ayant aisément admis que les tâches qui lui sont revenues après le départ inattendu de Davide Brivio l'hiver dernier étaient trop lourdes à porter pour lui, un nouveau team manager doit rejoindre Suzuki en vue de 2022. Sa nomination se fait toutefois attendre.

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Valentino Rossi a testé l'Audi du team WRT à Valence
Article précédent

Valentino Rossi a testé l'Audi du team WRT à Valence

Article suivant

Bagnaia admiratif des débuts de Martín et Bastianini

Bagnaia admiratif des débuts de Martín et Bastianini
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021