Suzuki dénonce l'absence de pénalité de Pol Espargaró

En Moto2 comme en MotoGP, l'arrivée de la course a vu un pilote dépasser les limites de la piste, or seul l'un des deux cas a entraîné une pénalité. S'estimant injustement privé d'un podium, le team manager Suzuki ne cachait pas sa colère.

Suzuki dénonce l'absence de pénalité de Pol Espargaró

L'arrivée haletante du Grand Prix de Styrie, dimanche au Red Bull Ring, n'a pas réjoui tout le monde. Dans le box Suzuki, Davide Brivio ne décolérait pas de voir son pilote, Joan Mir, privé du podium pour un dixième, alors que Pol Espargaró, devant lui sous le drapeau à damier, est largement passé au-delà des limites de la piste dans le dernier virage de la course.

En tête avant de l'aborder, le pilote KTM a subi une ultime attaque de la part de Jack Miller, une attaque manquée qui les a tous les deux privés de la victoire, puisque l'Australien a été obligé d'élargir sa trajectoire, poussant par conséquent Espargaró vers l'extérieur du virage : l'Espagnol n'a eu alors d'autre possibilité que de passer de l'autre côté des vibreurs et d'empiéter très nettement sur la zone interdite. "J'ai essayé de freiner tard mais je ne voulais pas aller au contact, c'est pour ça qu'on a tous les deux élargi", a-t-il expliqué.

Lire aussi :

Tandis que Miller et Espargaró se gênaient sans s'accrocher, Miguel Oliveira a saisi sa chance et s'est emparé de la première place, ce qui a eu pour conséquence de faire passer le pilote KTM de la première à la troisième position dans ce seul virage. Si le principal concerné doit penser qu'il a suffisamment perdu dans la manœuvre pour ne pas mériter de sanction supplémentaire, le directeur de l'équipe Suzuki juge en revanche qu'Espargaró aurait dû être rétrogradé d'une place comme d'autres l'ont été avant lui.

"Je n'arrive pas à comprendre ce que fabrique la direction de course, alors qu'ils sont déjà dans l'œil du cyclone en ce moment", commentait Davide Brivio furieux au micro de Sky Italia après l'arrivée. "Il y a un règlement et il est clair : si dans le dernier tour un pilote passe sur la zone verte, et donc sort des limites des la piste, il est pénalisé, on lui enlève une position. C'est arrivé en Moto3, en Moto2, ça a toujours été le cas."

"Nous ne sommes pas sur le podium, et c'est injuste", regrettait le patron de Joan Mir, suggérant même à demi-mot qu'être sur les terres de KTM et de Red Bull n'était peut-être pas pour rien dans cette clémence des commissaires, oubliant sans doute que Jorge Martín, qui porte les mêmes couleurs que Pol Espargaró, a été privé de la victoire Moto2 pour avoir commis la même faute.

Lire aussi :

Bien que se disant opposé à cette règle, Davide Brivio a surtout pointé du doigt une inconstance à ses yeux incompréhensible dans sa mise en pratique. "Parfois la règle est appliquée, et parfois non", s'est-il surpris. "Il est certain qu'ils vont trouver une excuse, mais la règle est claire : celui qui sort de la piste est pénalisé. Mir a été pénalisé au premier départ parce qu'il a élargi au virage 1 et il a dû rendre une position. Il l'a fait, c'est la règle."

Pol Espargaró s'est quant à lui défendu en arguant qu'il avait été poussé dehors alors qu'il était en pleine bagarre pour la victoire, et que cela lui avait déjà coûté deux places. "Je me suis rendu compte que je passais sur le vert, bien sûr, mais on m'y a poussé. Si on perd du temps on ne peut pas être pénalisé, clairement", a jugé le pilote. "Avec Miller on s'est bagarré pour la victoire. Il a essayé de passer, il a élargi et il m'a emmené avec lui, mais quand on joue la victoire dans le dernier virage, ça arrive."

Davide Brivio, lui, estime que cette zone d'asphalte au-delà du vibreur a aidé le pilote KTM à ne pas être dépassé par Mir. "De notre point de vue, sans son passage sur la partie de bitume vert, Espargaró aurait dû freiner et il aurait aussi été passé par Joan. Il a donc pu défendre sa position en élargissant", a-t-il souligné, en appelant à une application stricte du règlement. "Le problème c'est que si une règle s'applique sur la base d'interprétations subjectives, on n'en finira jamais de discuter. Si elle est appliquée de façon objective, par contre, il n'y a pas matière à discuter."

Lire aussi :

Une situation "hors de contrôle" selon Rossi

Dans un contexte déjà tendu, où les critiques fusent chaque jour à l'encontre de la direction de course, Valentino Rossi fait partie de ceux qui ont exprimé le même point de vue que celui de Davide Brivio, et ce alors même que la pénalité appliquée en Moto2 a mené à la victoire l'un de ses pilotes, Marco Bezzecchi.

"Il y a beaucoup de discussions, y compris à la Commission de sécurité, parce que la situation est hors de contrôle", estime le #46. "Pour moi, il ne faut jamais aller sur le vert. Or, maintenant tous les pilotes savent qu'ils peuvent passer trois ou quatre fois sur le vert pendant la course. En tant que pilote, on essaye d'exploiter cette règle au maximum. Pour moi, il faut qu'ils disent que chaque fois qu'on passe sur le vert on doit rendre une position ou alors perdre du temps."

Les zones de peinture verte placées au-delà des vibreurs se veulent une façon de limiter les risques pour les pilotes qui dépasseraient accidentellement les limites après des tentatives passées telles que l'astroturf (herbe artificielle) qui ont déjà prouvé leur dangerosité. "Maintenant les pistes sont plus sûres", pointe Rossi, "mais il faudrait se dire que là où il y a du vert il devrait y avoir du gravier ou de l'herbe. Personne ne devrait l'utiliser, du début à la fin [de la course], pour moi c'est la seule façon de régler cela."

"En ce qui concerne le Moto2, Martín était déjà passé sur le vert dans le dernier tour le week-end [précédent] : ils ne lui avaient rien fait, parce que la règle dit que si on a trois secondes d'avance ça ne compte pas. Déjà, ça, c'est une bêtise car les règles ne fonctionnent que si elles sont claires : on ne peut pas passer sur le vert dans le dernier tour, point. Si on y va, on rend une place."

"Donc, la semaine dernière ils ne lui ont rien fait et cette fois, par contre, ils l'ont pénalisé. Évidemment, c'était Bezzecchi, qui est notre pilote, alors on est contents, mais s'il y a une règle elle doit être la même pour tous", insiste Valentino Rossi, globalement mécontent du travail des commissaires de la direction de course : "Il faut qu'ils soient plus constants. Parfois ils font quelque chose, parfois non. Je sais que ce n'est pas un travail facile, y compris avec le Moto2 et le Moto3, mais je crois qu'il faut qu'on élève le niveau."

partages
commentaires
L'équipe de Viñales a ignoré les recommandations du fournisseur de freins

Article précédent

L'équipe de Viñales a ignoré les recommandations du fournisseur de freins

Article suivant

Nakagami déçu : "J'ai senti que je pouvais gagner"

Nakagami déçu : "J'ai senti que je pouvais gagner"
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021