MotoGP
26 mars
EL1 dans
20 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
27 jours
16 avr.
Prochain événement dans
41 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
54 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
82 jours
03 juin
Prochain événement dans
89 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
103 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
110 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
124 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
159 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
173 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
187 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
194 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
208 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
215 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
229 jours
28 oct.
Prochain événement dans
236 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
250 jours

Le succès de Suzuki ? De l'intérêt de faire simple, selon Dovizioso

Pas besoin de faire compliqué ! Andrea Dovizioso estime qu'une moto peu complexe et une base "banale" ont permis à Suzuki et Joan Mir de faire la différence en 2020. De quoi inspirer certains constructeurs un peu trop innovants, à l'image de Ducati ?

Le succès de Suzuki ? De l'intérêt de faire simple, selon Dovizioso

La prise de pouvoir de Suzuki a surpris cette année. De retour dans la catégorie en 2015, la marque a rapidement réalisé quelques coups d'éclats, s'offrant des succès grâce à Maverick Viñales en 2016 et Álex Rins en 2019, mais le titre paraissait encore bien loin il y a seulement quelques mois. L'équipe basée à Hamamatsu a toutefois très rapidement changé de statut, décrochant la couronne mondiale tant chez les pilotes, grâce à Joan Mir, que chez les teams.

Fabio Quartararo, leader du championnat une grande partie de la saison, a vite identifié la menace que Suzuki et Mir représentaient. Au mois de septembre, alors qu'Andrea Dovizioso venait de lui prendre la première place du championnat, c'est l'Espagnol qui inquiétait le plus le pilote du team Petronas, lui qui ne voyait pas de véritable faiblesse sur la GSX-RR et estimait qu'elle était "globalement la meilleure moto du plateau." Mir, qui ne comptait alors que deux podiums dans la catégorie et aucun succès, avait à l'époque balayé le commentaire en soulignant que la Yamaha enchaînait poles et victoires.

Trois mois plus tard, le pilote majorquin a profité de sa constance au premier plan pour décrocher la couronne mondiale dans une saison très atypique, en raison de l'absence de Marc Márquez et de la pandémie de coronavirus, qui a poussé le MotoGP à modifier totalement le rythme de la saison, avec un calendrier profondément remanié. À l'issue du championnat, un Dovizioso lui-même déçu que Ducati n'ait pu saisir l'opportunité qui s'offrait aux concurrents de Márquez, estimait que ces circonstances n'enlevaient aucun mérite à Joan Mir, titré dès sa deuxième année dans la catégorie, et à Suzuki.

Lire aussi :

"Je ne peux pas être trop surpris de la victoire [de Mir]", déclarait alors le pilote italien. "OK, ça a été une année assez imprévisible pour plein de raisons, mais franchement je ne lie pas sa victoire à cette année particulière. Oui, ça peut l'avoir un peu influencée, mais je ne donne pas cette explication à ce résultat. Mir a démontré qu'il avait un talent particulier dès le Moto3. En Moto2 il n'a pas gagné le titre, mais il est vite passé en MotoGP, alors c'est un des pilotes chez qui on voyait qu'il avait quelque chose de différent. Après, il est logique qu'il faille beaucoup de choses mises ensemble pour en arriver à ce résultat."

Et au cœur de ces éléments figure la Suzuki, une moto "simple" qui a offert à l'équipe et au Majorquin une base saine permettant d'en tirer plus facilement le meilleur selon Andrea Dovizioso, chez qui il est difficile de ne pas deviner une critique en creux à l'égard de la direction technique de Ducati... "Premièrement, Mir a confirmé être le talent que beaucoup pensaient qu'il était, et il a gagné le championnat, point. Deuxièmement, Suzuki a démontré qu'on peut gagner le championnat en travaillant sur certaines bases qui peuvent sembler 'banales'. En travaillant sur certaines choses, il n'y a pas besoin d'aller inventer quoi que ce soit de particulier, parce que ça permet d'être constant et compétitif comme l'ont été les deux pilotes toute l'année. […] À mon avis, la Suzuki était la moto la plus simple, à tous les niveaux." 

Une leçon pour les constructeurs ?

La réussite de Suzuki poussera peut-être les marques à modifier leur approche de la compétition, en cherchant moins à lancer des innovations que la concurrence pourra ensuite copier pour privilégier la facilité d'exploitation, pour le pilote comme pour les ingénieurs qui l'entourent. Les innovations de la Ducati ont souvent inspiré la grille, qu'il s'agisse d'ailettes de plus en plus abouties sur le carénage ou du holeshot device, mais certaines machines sont devenues très complexes, à l'image de la Honda, une moto que Marc Márquez semble être le seul en mesure d'exploiter pleinement, ou de la Yamaha, dont le manque de constance a été régulièrement mis en avant par les pilotes cette année.

Valentino Rossi attribue lui aussi les titres de Mir et de son équipe à une certaine simplicité et donc à une certaine efficacité, des éléments qu'il juge nécessaires. "Suzuki a fait du très bon travail", a souligné le septuple champion de la catégorie reine. "C'est sûrement une moto beaucoup plus simple que la Ducati, qui travaille beaucoup et essaye toujours d'apporter quelque chose de nouveau. La Suzuki est une moto beaucoup plus simple, mais ils ont bien travaillé en essayant de progresser sur leurs points forts. Ils ont travaillé sur le moteur, sur l'aéro, et ils ont fourni aux pilotes une moto 'rider friendly', qui aide à piloter, or sur l'ensemble d'un championnat c'est quelque chose de très important."

Faut-il tirer des leçons d'une saison 2020 si particulière ? Danilo Petrucci, qui va abandonner la Ducati officielle pour la KTM du team Tech3, préfère rester prudent et estime qu'il est "difficile de dire" si la Suzuki est véritablement la meilleure moto du plateau face à une Desmosedici souvent novatrice, tout en reconnaissant qu'une machine plus simple à manier est un atout non négligeable.

"La Suzuki a semblé une moto complète mais on le découvre maintenant, à la fin de l'année", a rappelé le pilote italien, qui n'oublie pas que c'est la Yamaha qui s'est imposée sur la majorité des courses. "Après Jerez, je crois qu'on avait un autre avis quant à la moto la plus performante. Ce qui est certain c'est que Ducati a fait le maximum par rapport à ce qu'étaient ses connaissances, et je dois dire qu'ils ont toujours apporté des révolutions qui ont été copiées par les autres. Je parle des solutions aéro, du holeshot device pour abaisser la moto en sortie de virage… Maintenant tout le monde l'a, alors qu'au début c'était juste nous. Même chose pour les ailerons ou d'autres solutions."

"Mais il est clair que tout le monde aimerait avoir le châssis de Suzuki ou la fourche de la Yamaha – je dis ça comme ça, parce que je ne les ai jamais essayés. En tout cas, c'est facile de vouloir avoir le beurre et l'argent du beurre ! Mais je crois que Ducati a travaillé sur les domaines où ils étaient les plus forts."

Lire aussi :

Petrucci n'oublie pas le rôle des pilotes pour arriver sur les courses avec une moto facile à exploiter. "Nous, les pilotes, on ne peut que transmettre nos sensations et ce qui est ensuite difficile pour les ingénieurs, c'est de transformer les sensations pour en faire quelque chose de concret, de projeter et de concevoir quelque chose qui fonctionne, ça n'est absolument pas facile", a expliqué le #9, soulignant aussi les difficultés pour faire évoluer les machines en 2020 : "Cette année a été très dure pour nous car on n'a pratiquement pas fait de tests, on n'a pas testé de choses vraiment différentes."

partages
commentaires
Pol Espargaró se sentait "traité comme un enfant" avant KTM

Article précédent

Pol Espargaró se sentait "traité comme un enfant" avant KTM

Article suivant

Valentino Rossi résiste toujours au renouvèlement générationnel

Valentino Rossi résiste toujours au renouvèlement générationnel
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Valentino Rossi , Andrea Dovizioso , Danilo Petrucci
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Vincent Lalanne-Sicaud
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020