Suzuki : d'abord le moteur, ensuite le châssis

Cinquième et sixième du test de Valence, les pilotes Suzuki ont tous deux accueilli avec satisfaction le prototype de moteur destiné à la saison 2020. Ils ont aussi testé de premières pièces sur le châssis, mais s'orienteront plus vers ce domaine à Sepang, en début d'année.

Suzuki : d'abord le moteur, ensuite le châssis

Le développement mené sur la GSX-RR cet hiver suit un plan de route très clair maintenant que les pilotes titulaires de Suzuki peuvent les découvrir et prendre le relais du travail mené en amont par Sylvain Guintoli. Les deux tests au programme de ce mois de novembre sont ainsi concentrés en grande majorité sur l'évaluation du moteur conçu pour 2020, tandis que ceux du début d'année permettront de se dédier plus au châssis.

Lire aussi :

Pour les deux premières journées qu'ils ont pu réaliser avec le nouveau bloc, Álex Rins et Joan Mir se sont montrés enthousiastes, rapportant un gain de traction à l'accélération et une amélioration de la vitesse de pointe. L'ampleur des progrès reste pour l'heure à préciser, puisque s'agissant de la phase initiale du travail mené par l'équipe de course, les avancées sur les réglages électroniques devraient permettre d'à la fois mieux contrôler cette puissance supplémentaire et de repousser les limites de la machine.

"J'ai senti une amélioration sur l'accélération et la vitesse de pointe. Je sens plus de vitesse au niveau du moteur, et un peu plus de traction. Nous devons nous ajuster sur le côté électronique, car avec plus de puissance la moto bouge un peu plus. Mais globalement je suis assez content", témoignait Rins après la première journée, dont il a signé son meilleur chrono avec cette nouveauté, comme le lendemain où il a même choisi de lui dédier la quasi-totalité de son temps.

"Ces journées ont été très positives pour moi et pour Suzuki. On a testé un nouveau moteur et des réglages sur la moto. […] Tout semble aller dans la bonne direction", se félicitait-il mercredi soir, satisfait d'avoir réduit les mouvements de sa machine. "On a amélioré cela avec l'électronique et on a fait un pas en avant. On a aussi essayé l'ancien moteur pour voir si je ressentais une différence ou pas, et franchement oui, j'en ai senti une assez grande."

"Je suis très content de ces deux jours à Valence", abondait Mir à l'heure de quitter Valence. "On a testé le nouveau moteur et travaillé sur l'électronique pour voir où est sa limite. Pour le moment, on est très contents du travail que l'on fait. Suzuki a aussi apporté de nouvelles pièces sur le châssis pour améliorer le passage des virages. Je suis très content."

Joan Mir, Team Suzuki MotoGP

Pour le jeune Espagnol, arrivé en MotoGP il y a à peine un an, ce nouveau moteur a une qualité principale. "Il est assez doux. C'est un bon point", juge-t-il, un peu moins convaincu par le gain de vitesse de pointe. "Avec le nouveau moteur, on semble en gagner un petit peu, pas trop. Ça n'est probablement pas le point le plus fort du nouveau moteur, mais on va continuer à travailler parce que l'électronique peut fortement le changer, alors on verra. […] Il est encore tôt pour dire si c'est le bon choix, on verra."

Choix final à Jerez, puis opération châssis

Le directeur technique, Ken Kawauchi, qui se dit "à 80% satisfait" de ce nouveau moteur, confirme que le choix définitif n'est pas encore fait : "Il est encore trop tôt pour dire que nous avons pris une décision finale quant au moteur, mais nous semblons clairement être en bonne voie. À Jerez, la semaine prochaine, nous nous concentrons encore sur le moteur, pour trouver de nouvelles solutions avec l'électronique qui nous aideront dans notre décision." Le travail va en effet se poursuivre en Andalousie, lundi et mardi, sur une piste qui devrait apporter des conditions plus favorables à l'évaluation du moteur, et cette fois en présence de Sylvain Guintoli.

Lire aussi :

"Cela a été un test positif, c'est certain", constate Davide Brivio, team manager, au site officiel du MotoGP. "Nous avons reçu ce nouveau moteur, qui semble être une amélioration positive, et nous avions aussi besoin de travailler autour de cela, sur l'électronique et les réglages, pour comprendre certaines choses. Il y a eu des choses prometteuses, qui ont plu aux deux pilotes. Nous avons aussi fait des comparaisons avec l'ancienne version, et nous avons obtenu un feedback positif. Pendant ces deux jours, nous avons aussi vérifié certaines choses au niveau des réglages, vérifié des pièces sur lesquelles nous avions des alternatives pendant l'année. C'était assez utile pour comprendre certaines choses."

"Maintenant l'important c'est de continuer, de vérifier cela à nouveau à Jerez où nous espérons avoir une confirmation de ces améliorations. Ensuite, nous attendrons Sepang où nous devrions recevoir beaucoup plus de choses, plus autour du châssis", explique Brivio, qui voit ces différentes étapes comme une manière de "terminer le puzzle en vue de la première course".

"Le travail se porte maintenant sur le moteur, car nous voulions plus de performance et de vitesse, et cela semble OK. Concernant le châssis, notre moto n'est pas mauvaise mais nous avons quelques domaines sur lesquels nous voulons progresser et nous nous sommes donc fixé quelques objectifs. Nous verrons si nous avons des pièces qui nous permettent d'améliorer le package complet pour la saison 2020."

Avec Michaël Duforest

partages
commentaires
Le moteur Yamaha, une étape qui appelle une autre évolution

Article précédent

Le moteur Yamaha, une étape qui appelle une autre évolution

Article suivant

Crutchlow voulait récupérer des membres d'équipe confiés à Álex Márquez

Crutchlow voulait récupérer des membres d'équipe confiés à Álex Márquez
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021