Suzuki perd ses concessions et s'en réjouit

Grâce à ses bons résultats, le constructeur d'Hamamatsu devra suivre les mêmes règles que Honda, Ducati et Yamaha la saison prochaine.

Suzuki perd ses concessions et s'en réjouit

Le Grand Prix d'Aragón a marqué un cap que Suzuki attendait avec une impatience non dissimulée : celui de la perte des concessions que lui octroie le règlement. Et ça n'est pas une mauvaise nouvelle pour le constructeur japonais, bien au contraire.

Le règlement MotoGP prévoit que les constructeurs qui font leur arrivée dans le championnat ou qui obtiennent de faibles résultats aient quelques libertés supplémentaires par rapport aux autres marques. Il s'agit en l'occurrence de leur consentir l'utilisation de neuf moteurs par pilote au lieu de sept, tout en permettant leur développement en cours de saison ; de ne pas restreindre les tests privés des titulaires, là où les autres concurrents sont limités à cinq jours dans la saison ; et d'aligner jusqu'à six wild-cards et non trois.

Sa faible courbe de résultats en 2017 avait vu Suzuki récupérer ces concessions réglementaires pour cette année, néanmoins la GSX-RR semble désormais de retour sur de bons rails à en croire les résultats obtenus à ce stade du championnat. La marque d'Hamamatsu, qui a retrouvé le podium dès le deuxième Grand Prix de l'année, vient en effet de conclure la dernière course en date avec une nouvelle troisième place à mettre au profit d'Andrea Iannone, et ce alors qu'Álex Rins a enchaîné deux quatrièmes places à Misano et Aragón.

Lire aussi :

La conséquence est toutefois claire, selon le règlement : Suzuki va une nouvelle fois perdre ces fameuses concessions. En effet, sur un total de six "points de concessions" consentis, le constructeur est arrivé à la limite du possible, puisqu'il compte désormais à son palmarès 2018 quatre troisièmes places valant un point chacune et une deuxième valant deux points.

La perte des libertés sur les tests privés est immédiate, tandis que les changements liés au nombre de wild-cards et au moteur s'appliqueront la saison prochaine. Suzuki devra alors s'aligner sur les constructeurs de pointe du MotoGP, que sont Honda, Ducati et Yamaha. Il sera primordial de ne pas commettre la même erreur que fin 2016, lorsqu'une mauvaise direction avait été prise dans le développement du moteur et que Suzuki n'avait pas eu la possibilité de rectifier le tir une fois le championnat lancé.

Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP

"Nous avons perdu les concessions et c'est un bon signe parce que cela démontre que nous sommes devenus beaucoup plus compétitifs. Alors merci à tout le monde ici et au Japon pour le travail abattu. Nous allons essayer de terminer la saison sur une note positive", promet Davide Brivio, team manager, ravi de ce cinquième podium de la saison quoi qu'en soient les conséquences.

"Ça a été une excellente course pour nous parce que nous sommes restés très proches des leaders et nous sommes battus pour la victoire jusqu'à la toute fin de la course, ça a été fantastique. C'est formidable d'avoir nos deux pilotes si proches de la première place, nous sommes très heureux. Andrea a été très fort et Álex a très bien piloté, ils ont tous les deux biens géré les pneus et notre choix a payé", se réjouit-il.

Lire aussi :

Grâce à ces résultats, Suzuki compte par ailleurs 147 points au championnat constructeurs et 200 au classement par équipes, des résultats dans la lignée de la saison 2016.

"Nous n'avions pas entamé la seconde moitié de la saison de façon fantastique, ce résultat et celui de Misano sont donc très spéciaux à nos yeux", souligne Ken Kawauchi, directeur technique. "Nos deux pilotes ont fait du très bon travail et tous les deux se sont battus pour le podium. Merci à toute l'équipe, aux pilotes et à tous ceux qui ont développé la moto. Nous allons maintenant sur beaucoup de pistes qui font partie de nos favorites avant la fin de la saison, alors nous allons essayer d'obtenir encore plus de bons résultats."

partages
commentaires
Ezpeleta espère que Romano Fenati reviendra un jour

Article précédent

Ezpeleta espère que Romano Fenati reviendra un jour

Article suivant

Un autre changement à prévoir dans le team d'Aleix Espargaró en 2019

Un autre changement à prévoir dans le team d'Aleix Espargaró en 2019
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021