Suzuki prépare son "holeshot device" pour le Qatar

Álex Rins a confirmé que Suzuki développe actuellement son propre système visant à améliorer les départs et que celui-ci sera introduit au Qatar, soit lors du prochain test soit pour le premier Grand Prix de la saison. Et ce n'est qu'une des nombreuses nouveautés préparées par le constructeur.

Suzuki prépare son "holeshot device" pour le Qatar

O.P., Sepang - L'année dernière, Ducati a introduit un dispositif permettant aux pilotes d'abaisser leur suspension arrière au moment du départ, un système depuis connu sous le nom de "holeshot device". Comme bien souvent, les innovations du constructeur italien font des émules et c'est ainsi que Yamaha a travaillé sur un système similaire pendant l'hiver et l'a introduit lors des essais de cette semaine, à Sepang. Et Suzuki n'est pas loin derrière : l'équipe d'Hamamatsu est sur le point de disposer elle aussi d'une fonctionnalité similaire sur sa GSX-RR.

Lire aussi :

Le plan de Suzuki est de pouvoir présenter son "holeshot device" lors du prochain test, qui se tiendra au Qatar du 22 au 24 février, ou au plus tard lors du premier Grand Prix deux semaines plus tard. "Suzuki y travaille. Si ce n'est pas pour le test du Qatar, je pense que ce sera pour la course", confirme Álex Rins. "Cela améliore de petites choses. L'année dernière, on a déjà vu quelque chose dans les lignes droites sur les Ducati, avec l'arrière qui s'abaissait. On verra, il faut que l'on innove."

Un programme d'essais très riche

Suzuki ne s'est pas contenté de travailler sur ce dispositif cet hiver. Le constructeur s'est en effet présenté sur ces essais avec un programme on ne peut plus chargé. Châssis, bras oscillant, électronique, package aéro, nouvelles fourches, travail sur les réglages et les stratégies, spécification moteur à reconfirmer… Hamamatsu avait vu grand pour son programme d'essais !

"Avant le début de ces essais, j'avais peur que nous n'ayons pas le temps de tout passer en revue, mais nous y sommes parvenus et nous avons trouvé une bonne direction. Ce test visait à essayer ces nouvelles pièces, puis au prochain test nous travaillerons pour confirmer le package plus précisément et tout finaliser", explique Ken Kawauchi, directeur technique.

Ces châssis et carénages étaient la partie la plus visible du travail d'Álex Rins et de Joan Mir cette semaine, et si des points négatifs ont été identifiés, c'est bien le nouveau châssis qui semble emporter leur approbation. "Je suis assez content de ce test", commente Rins, qui a notamment réalisé aujourd'hui deux petites simulations de huit tours visant à comparer le châssis standard et le nouveau, des séries de tours durant lesquelles il s'est montré rapide et régulier.

"J'ai essayé deux ou trois châssis, des pneus, de l'électronique, des petites choses. Avec le nouveau châssis, on a été très rapides dans les premiers tours et aussi assez constants. Il offre plus de stabilité et il m'aide. J'ai amélioré mon temps au tour et mon rythme. Au Qatar, il faudra que l'on compare à nouveau ces deux châssis et d'autres détails", explique le pilote catalan. "Sur le châssis, je pense que nous avons fait un gros pas en avant. Je peux être plus constant au niveau du chrono pour la course, j'ai fait beaucoup de tours en 1'59 [samedi], ça veut dire que nous sommes sur le bon chemin."

Lire aussi :

Álex Rins a terminé ces essais avec le troisième meilleur temps, à un dixième seulement de Fabio Quartararo. Satisfait de son rythme, qui a impressionné la concurrence, le Catalan est surtout heureux d'avoir progressé sur un tour, lui qui a souvent péché en qualifications et s'est ainsi compliqué la vie pour les débuts de course en 2019. "J'ai essayé les nouveaux pneus et j'ai pu faire un bon tour. On est très compétitifs en termes de rythme et sur le temps au tour, ce qui m'a posé problème l'année dernière. Quand on se sent à l'aise sur la moto, on peut se donner un peu plus", souligne-t-il.

Joan Mir n'a pas non plus démérité, alors qu'il s'est classé 11e aux temps combinés. Lui aussi convaincu par le nouveau châssis, il lui trouve des avantages dans les virages et sur les freins, mais estime que le grip doit encore être amélioré. "On dirait qu'avec le nouveau châssis, la moto tourne plus facilement. Il n'est pas meilleur sur un seul domaine, il est un peu mieux dans tous les domaines, donc c'est assez intéressant. Aujourd'hui, je n'ai pas pu l'essayer, j'ai dû travailler avec l'ancien. Je pense que nous avons quand même fait du bon travail", retient-il.

Le Majorquin, qui a également travaillé cette semaine à l'amélioration de sa position de pilotage afin d'optimiser la répartition des masses, se dit satisfait, bien qu'il n'ait pas réalisé de vrai time attack ce dimanche, ayant déjà utilisé le pneu adéquat hier : "Nous avons mis le pneu soft hier et ces trois dixièmes qui me manquent, je pense qu'ils sont dans ce pneu. Ce sont trois journées positives de tests, je pense que nous sommes parmi les plus rapides donc c'est important. Nous verrons au Qatar."

Le travail des titulaires a été appuyé par celui de Sylvain Guintoli, qui a réalisé un peu plus de 300 tours pour en six jours, et de Takuya Tsuda, qui a pris le relais dimanche en fin de journée. Il se poursuivra dans deux semaines au Qatar, pour le dernier test permettant de préparer le début de saison.

La nouvelle Suzuki vue de plus près :

Cliquez sur les flèches pour passer d'une photo à l'autre.

Gros plan sur la Suzuki

Gros plan sur la Suzuki
1/15

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Gros plan sur la Suzuki

Gros plan sur la Suzuki
2/15

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Gros plan sur la Suzuki

Gros plan sur la Suzuki
3/15

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Gros plan sur la Suzuki

Gros plan sur la Suzuki
4/15

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Gros plan sur la Suzuki

Gros plan sur la Suzuki
5/15

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Gros plan sur la Suzuki

Gros plan sur la Suzuki
6/15

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Gros plan sur la Suzuki

Gros plan sur la Suzuki
7/15

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Gros plan sur la Suzuki

Gros plan sur la Suzuki
8/15

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

La Suzuki

La Suzuki
9/15

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Álex Rins

Álex Rins
10/15

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Álex Rins

Álex Rins
11/15

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Álex Rins

Álex Rins
12/15

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Joan Mir

Joan Mir
13/15

Photo de: Motogp.com

Joan Mir

Joan Mir
14/15

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Sylvain Guintoli

Sylvain Guintoli
15/15

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Avec Michaël Duforest

partages
commentaires
Pas de Yamaha 2020 pour Lorenzo, qui le déplore

Article précédent

Pas de Yamaha 2020 pour Lorenzo, qui le déplore

Article suivant

La dernière journée des tests de Sepang en photos

La dernière journée des tests de Sepang en photos
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021