Suzuki : Le titre ? "La raison pour laquelle nous sommes ici"

partages
commentaires
Suzuki : Le titre ?
Par :
16 janv. 2019 à 09:30

Après le rebond observé en 2018, le constructeur japonais espère bien poursuivre son chemin vers les sommets cette année, en dépit du retrait des concessions.

Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Joan Mir, Team Suzuki MotoGP, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Joan Mir, Team Suzuki MotoGP
Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Joan Mir, Team Suzuki MotoGP
Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Joan Mir, Team Suzuki MotoGP
Joan Mir, Team Suzuki MotoGP
Joan Mir, Team Suzuki MotoGP
Joan Mir, Team Suzuki MotoGP
Joan Mir, Team Suzuki MotoGP
Joan Mir, Team Suzuki MotoGP

La saison 2019 aura valeur de test pour Suzuki. Après une dernière campagne où le constructeur japonais a magnifiquement su réagir après un exercice 2017 très décevant, celui-ci devra en effet prouver que les leçons tirées des erreurs du passé ont été retenues.

Hors de question en effet de renouveler une saison comme celle de 2017 où, après une année 2016 très prometteuse marquée par un succès de Maverick Viñales à Silverstone (et qui reste pour l'heure la seule victoire de Suzuki depuis son retour en MotoGP en 2015), l'équipe n'avait pas su gérer le retrait des concessions par la suite.

Être sur un pied d'égalité avec les autres constructeurs

Un retrait des concessions qui la frappera donc de nouveau en 2019. La tâche ne devrait être rendue que plus difficile sous cet aspect, mais le patron de l'équipe, Davide Brivio, s'en satisfait et se montre même enthousiaste à l'idée de se battre sur un pied d'égalité face aux autres constructeurs.

"J'aime l'idée que maintenant nous sommes entrés dans la 'cour des grands'", déclare l'Italien, faisant montre d'un esprit de compétition irréprochable. "Nous avons désormais rejoint Honda, Ducati et Yamaha, et nous allons pouvoir nous battre à armes égales. C'est bien pour nous et c'est aussi plus juste. Par ailleurs, lorsque nous allons obtenir un bon résultat, ce sera d'autant plus satisfaisant de savoir que nous l'avons fait sans la moindre assistance."

Lire aussi :

Avec neuf podiums en 2018, dont une fin de saison en trombe marquée par deux deuxièmes places d'Álex Rins, passé tout près de la victoire sous le déluge valencien, la prochaine étape ne peut être que de renouer avec les lauriers.

"Le premier et le plus important rêve que nous avons, c'est de remporter une course", confirme Brivio. "Nous avons terminé en deuxième position à quatre reprises [en 2018], et trois fois par l'intermédiaire d'Álex, donc ce serait une évolution naturelle pour lui que d'essayer de gagner, et ce sera notre objectif, avec un peu de chance à court terme."

La victoire, suite logique pour Rins

Rookie en 2017, au cours d'une saison qui n'a en rien été facile pour lui avec des blessures et un manque de compétitivité de la GSX-RR, Rins a véritablement explosé en 2018, empochant la cinquième place au championnat des pilotes. La progression logique de l'Espagnol devrait l'amener à envisager la victoire, étape nécessaire avant de jouer le titre, finalité de la présence de Suzuki dans la catégorie reine.

"Il n'y a pas besoin de dire que notre objectif final, la raison pour laquelle nous sommes ici, c'est de tenter de remporter le championnat", reprend Brivio. "Tout ce qui arrive avant d'atteindre cet objectif n'est qu'une étape supplémentaire qui tend vers ce but. Remporter le titre, c'est quelque chose de très difficile à réaliser, donc notre objectif c'était de perdre les concessions le plus rapidement possible [...]. Je dois dire que 2018 a été meilleure qu'attendue vu que cela a été le cas."

Importance de l'équipe de test

Un premier objectif atteint avec la manière, et qui doit beaucoup à l'établissement d'une équipe de test, mesure prise directement après la déception de 2017. En ce sens, le travail de Sylvain Guintoli est apprécié à sa juste valeur au sein de l'équipe.

Lire aussi :

"Nous apprécions vraiment le travail de Sylvain ainsi que de l'ensemble de l'équipe de test, car ils ont la possibilité d'essayer plusieurs éléments plus en détails et au final ils nous fournissent une sorte de 'best-of'", explique le responsable italien. "Les éléments que nous avons essayés à Valence et Jerez avaient déjà été testés et validés par Sylvain, donc là c'était au tour des pilotes d'usine. Sylvain a beaucoup d'expérience et est très sensible aux changements opérés sur la moto, ses retours sont toujours très précis, ce qui est très apprécié des ingénieurs. Nous allons continuer à travailler avec lui cette année, car en 2018 c'était notre première saison avec une équipe d'essais et nous avons dû développer une nouvelle approche."

Suzuki se donne donc les moyens de ses ambitions pour 2019 et les années à venir, en retenant les erreurs du passé mais également en renforçant son équipe. C'est notamment la vocation de l'arrivée de Joan Mir, Champion du monde de Moto3 en 2017, et qui fait figure de relève dans la discipline. Avec un tel effectif, le constructeur nippon entend donc bien poursuivre sur la voie prise l'an dernier.  

Article suivant
Oncu, une 1re victoire qui en appelle d'autres

Article précédent

Oncu, une 1re victoire qui en appelle d'autres

Article suivant

Pour Ducati, Miller doit montrer qu'il sait allier vitesse et constance

Pour Ducati, Miller doit montrer qu'il sait allier vitesse et constance
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Sylvain Guintoli , Álex Rins , Joan Mir
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Willy Zinck