Une chaleur en course et un abandon qui tombe mal pour Syahrin

Le pilote Tech3 a décidé de rentrer prématurément au stand pendant le Grand Prix d'Italie, en proie à de mauvaises sensations. Un abandon qui intervient au mauvais moment, alors qu'il venait de marquer ses premiers points au Mans.

Une chaleur en course et un abandon qui tombe mal pour Syahrin

Hafizh Syahrin a connu une fin de course peu banale, au Mugello. Pour la première fois de la saison, le Malaisien n'a pas vu l'arrivée du Grand Prix, poussé à rentrer au stand par de mauvaises sensations après s'être fait une frayeur. Parti 21e, il avait gagné quatre places et se trouvait dans le sillage des Aprilia lorsque son pneu avant s'est brutalement dérobé. S'il a réussi à rester sur ses roues, il n'a alors plus été suffisamment en confiance pour poursuivre.

"Tout à coup, je me suis fait une grosse chaleur à l'avant, un très gros lowside et je n'ai pas pu récupérer mes sensations avec la moto", explique le pilote Tech3 à Motorsport.com. "Je ne suis pas tombé, mais j'ai eu de la chance de pouvoir me rattraper avec mon genou et mon coude. Ensuite, j'ai essayé de revenir sur Miguel [Oliveira] et d'attaquer, mais je n'avais plus les mêmes sensations qu'avant. J'ai vraiment essayé et je suis très déçu. J'ai décidé de m'arrêter et j'ai essayé de l'expliquer à l'équipe. Ils ont bien vu qu'il y avait un problème."

Lire aussi :

"Du début au milieu de la course, je me sentais vraiment bien avec la moto. Je pensais pouvoir marquer quelques points – certes, un ou deux, mais cela aurait voulu dire beaucoup pour mon team et moi, ainsi que pour KTM. En tout cas, j'ai affiché un très bon rythme pendant la course, mais je n'ai pas pu me remettre de cette sensation de lowside. J'ai essayé de prendre quelques tours pour avoir à nouveau un retour de la moto, mais le feeling n'est pas revenu et j'ai donc décidé de m'arrêter. Je pensais que le pneu avait un problème. Il semblait bien de l'extérieur, mais la température était un peu plus élevée [que la normale]."

Classé devant son coéquipier durant la journée de vendredi, Hafizh Syahrin a marqué le pas samedi matin, avant de le battre à nouveau en qualification. Dimanche, il affichait un rythme qui lui donnait bon espoir pour la course, lorsque cet incident l'a stoppé dans son élan. "Le rythme de tout le monde était lent, mais le mien n'était pas mauvais, je n'étais qu'à trois dixièmes de mon temps de qualifs. Je pense qu'on aurait pu obtenir un bon résultat, mais on va garder les choses positives avec nous pour la prochaine course, et quant aux choses négatives on va essayer de progresser et d'améliorer l'ensemble de la situation", souligne-t-il.

Pas de promesses pour l'avenir

Avec seulement deux points à son compteur à ce stade de la saison, obtenus au Mans, Hafizh Syahrin n'a donc pas réussi à redorer son bilan en Italie. À l'approche d'un Grand Prix de Catalogne qui pourrait donner le coup d'envoi des mouvements sur le marché des transferts, le pilote malaisien se sait menacé, son adaptation à la KTM restant difficile. Il assure toutefois qu'il respectera la décision qui sera prise à son égard, quelle qu'elle soit.

"On essaye de travailler dur et dans le même temps de comprendre quelle est la situation. Les discussions d'avenir arrivent très vite", concédait-il auprès de Motorsport.com dès l'entame du week-end. "Je ne sais pas pourquoi mes progrès sont un peu lents. Maintenant j'ai juste besoin de faire de mon mieux course après course et on verra ce qui se passera pour l'avenir. Je ne peux rien promettre, cela dépend de ce que le boss décidera. Je respecte toutes les décisions."

Lire aussi :

"Le problème, c'est que je n'ai pas le rythme pour être aussi rapide que l'année dernière, si je compare avec ce que je faisais. Avec la nouvelle moto, je n'ai pas la même vitesse qu'avec celle de l'année dernière. Et puis j'ai toujours des sensations un peu différentes parce qu'à chaque séance je change de petites choses sur la moto, alors que l'année dernière on ne changeait pas grand-chose", tente-t-il d'expliquer. "En EL1 il semble que je pilote avec le style de la Yamaha et ensuite à partir de là je change mon pilotage. C'est la raison pour laquelle pendant la course j'arrive [...] parfois à faire un temps. Mais parfois cela arrive un peu tard pour moi, j'ai besoin d'être un peu plus rapide dès le début. C'est pour cela qu'il faut que je change quelque chose. Ça n'est pas facile de changer, mais il faut qu'on le fasse."

Syahrin espère désormais que le prochain rendez-vous sera à son avantage, sachant qu'il apprécie tout particulièrement le circuit de Barcelone. "J'ai essayé de marquer quelques points ici, mais je n'ai pas réussi. La prochaine course a lieu sur ma piste préférée, à Barcelone. L'année dernière j'ai eu un bon rythme. Je sais que c'est une moto différente, mais quand vous avez une piste favorite vous pouvez avoir un peu plus de motivation et attaquer, comme cela a été le cas au Mans qui est aussi une piste qui me plaît beaucoup. La Catalogne c'est ma deuxième maison parce que je vis à Barcelone, je m’entraîne là-bas, alors j'espère pouvoir obtenir un bon résultat et essayer de progresser à tous les niveaux. C'est difficile à dire, tout peut arriver en course, mais je veux juste obtenir un bon résultat."

Propos recueillis par Jamie Klein

partages
commentaires
V-max : un nouveau record et de plus en plus de pilotes à 350 km/h

Article précédent

V-max : un nouveau record et de plus en plus de pilotes à 350 km/h

Article suivant

Espargaró satisfait de son résultat malgré une touchette avec Zarco

Espargaró satisfait de son résultat malgré une touchette avec Zarco
Charger les commentaires
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021