Au pied du podium, Nakagami était en pleurs après l'arrivée

Malgré une bonne course à Jerez, Takaaki Nakagami n'a pas pu contenir ses larmes à l'arrivée, frustré d'être passé à côté de son premier podium pour moins d'une seconde.

Au pied du podium, Nakagami était en pleurs après l'arrivée

Une fois le Grand Prix d'Espagne terminé, les caméras du MotoGP ont montré un Takaaki Nakagami désemparé dans le box du team LCR. Le Japonais venait pourtant de décrocher son meilleur résultat de la saison et même d'égaler la meilleure performance de sa carrière en franchissant la ligne d'arrivée à la quatrième place, mais à ce moment-là, la déception d'avoir vu son premier podium tant attendu en MotoGP lui échapper a pris le pas.

"Après la course, j'ai pleuré parce que j'étais un peu déçu d'être passé à côté de mon premier podium", a confessé Nakagami, finalement partagé entra sa bonne prestation et la frustration d'avoir échoué à 0"690 de la troisième place de Franco Morbidelli, ses deux précédentes quatrièmes places l'ayant aussi vu arriver à moins d'une seconde du podium : "Je suis content de moi. La course a été assez dure, les 25 tours ont été difficiles. Mais de l'autre côté, je suis très fier et content de la performance du jour. Le rythme de course était très élevé mais on a pu le conserver. J'avais de très bonnes sensations sur la moto du début à la fin. J'étais très proche de la troisième place, donc du podium."

"Les sensations étaient mitigées après la course. J'ai pleuré après l'arrivée. Je suis à 50% fier et satisfait, et 50%... je ne sais pas comment exprimer ce que je ressens, mais en revenant dans le box, j'ai pleuré, parce que j'ai commencé à me dire que j'aurais pu décrocher mon premier podium. J'étais un peu déçu mais c'est la course. Je suis content qu'on ait retrouvé notre place. La quatrième place est bonne pour nous. Maintenant on a le rythme, on a la vitesse, donc je suis pressé d'être au Mans."

Lire aussi :

Cinquième sur la grille de départ, Nakagami n'était plus que huitième après les deux premiers tours. Dans la troisième boucle, il gagné deux positions en profitant de la chute d'Álex Rins puis d'une petite erreur de Joan Mir au dernier virage. C'est à nouveau coup sur coup que Nakagami a gagné les deux dernières positions, dans le 19e tour, avec un dépassement audacieux sur Aleix Espargaró en sortant du virage 4 puis à l'extérieur de la courbe suivante, avant une nouvelle manœuvre sur Fabio Quartararo, diminué par son arm-pump, au virage 6. Nakagami a longtemps étudié l'endroit idéal pour porter son attaque sur l'aîné des frères Espargaró.

"Pendant de nombreux tours, je suis resté derrière Aleix et je me demandais où je pourrais le doubler. Je me demandais si je pouvais passer à l'intérieur au dernier virage, mais il y avait toujours un écart après le virage 12 et je ne pouvais rien tenter. Puis Fabio a commencé à perdre du temps, Aleix a aussi perdu deux dixièmes au tour. Je me suis dit que c'était ma chance et que si je passais à côté, Mir pourrait entrer dans la lutte."

"Donc j'ai fermé les yeux, j'ai plongé au virage 4, j'ai essayé de fermer la porte au virage 5. Il a essayé de rester à l'intérieur, on s'est touché, vous pouvez voir une grosse trace noire sur mon épaule noire parce que son pneu m'a touché. C'était une belle manœuvre et je suis fier de ce dépassement, il était plutôt bon. Après, j'ai pu doubler Fabio au virage 6, donc ces deux dépassements ont été bons."

Ce résultat a également été rendu possible par la bonne condition physique de Takaaki Nakagami. Deux semaines après sa lourde chute en EL2 à Portimão, le #30 craignait des douleurs au niveau de l'épaule droite mais il n'a pas ressenti la moindre gêne en course. "Il n'y eu absolument aucun problème", a rassuré Nakagami. "Avant la course, j'avais un peu peur d'avoir mal en fin de course, mais c'était plutôt bon. C'était parfait sur le plan physique. J'avais encore pas mal d'énergie après la course, donc c'était parfait physiquement. Aucun problème."

"C'était bien pire l'an dernier, parce que la température était différente et que j'avais songé à abandonner en fin de course", s'est-il souvenu. "Cette fois, après la course les sensations sont bonnes, et je n'ai pas de conséquences de la blessure de Portimão. [...] Physiquement, je me sens plutôt bien. S'il y avait une course de plus, je pourrais la faire, donc je me sens bien !"

Le meilleur pilote Honda à l'arrivée était également le seul de la marque à disputer la course avec la version 2020 de la RC213V, après avoir comparé ce modèle avec la spec 2021 au cours des essais du vendredi. Nakagami estime avoir fait "le bon choix" pour Jerez, sans certitude pour la suite de la saison, même s'il a encore roulé avec ce modèle lundi dans le test post-course.

partages
commentaires

Voir aussi :

Course au développement : Márquez veut que les pilotes s'expriment

Article précédent

Course au développement : Márquez veut que les pilotes s'expriment

Article suivant

La joie tout en nuance de Ducati après un doublé historique à Jerez

La joie tout en nuance de Ducati après un doublé historique à Jerez
Charger les commentaires
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021