Tech3 et KTM "d'accord à 99%" pour rester unis jusqu'en 2026

Hervé Poncharal prépare l'avenir de son équipe, qu'il s'agisse de sa propre succession, qu'il commence à évoquer, ou des contrats de ses pilotes pour 2022, qui seront bientôt à l'étude. Mais une quasi-certitude existe déjà : Tech3 et KTM resteront liés pendant cinq autres années au moins.

Tech3 et KTM "d'accord à 99%" pour rester unis jusqu'en 2026

Ce début d'année coïncide avec une vague massive de nouveaux contrats en MotoGP, et une fois n'est pas coutume, ce n'est pas le marché des pilotes qui s'anime, mais celui des équipes et des constructeurs. Chacun est lié à la Dorna jusque fin 2021 et tous sont appelés à renouveler un à un leur engagement pour une nouvelle période de cinq ans.

Honda, Ducati et KTM l'ont d'ores et déjà fait. Du côté des équipes, les teams Gresini et LCR ont également officialisé leur nouveau contrat, et Tech3 aussi a pris cet engagement, quoique plus discrètement d'un point de vue médiatique. Si l'équipe française fera donc bel et bien partie du paysage MotoGP sur ces cinq prochaines saisons, elle doit encore sceller un accord avec un constructeur pour être fournie techniquement. Et sur ce point, Hervé Poncharal assure que l'affaire est bien avancée.

Après un premier contrat de trois ans le liant à KTM de 2019 à 2021, le patron du team de Bormes-les-Mimosas souhaite en effet poursuivre ce partenariat en scellant cette fois un accord portant sur l'ensemble de la période pour laquelle il s'est engagé avec la Dorna.

"J'ai toujours dit que j'aime travailler d'une façon très loyale. Je pense que le succès ne vient pas uniquement de la continuité, mais la continuité est souvent une part du succès", estime Hervé Poncharal. "J'ai passé 20 années consécutives avec Yamaha, dont 18 dans la catégorie reine, et je n'ai pas signé avec KTM pour faire juste trois ans et ensuite essayer d'aller ailleurs."

Lire aussi :

Une première entente de principe est intervenue en marge du dernier Grand Prix de la saison passée, à Portimão. "J'ai dit à Stefan Pierer [PDG de KTM, ndlr] que j'allais signer pendant le Grand Prix du Portugal le nouvel accord de cinq ans avec la Dorna, de 2022 à 2026. J'ai donc la licence pour deux places jusque fin 2026 en tant qu'équipe. Ensuite nous avons parlé de ce qui allait se passer avec notre constructeur. Et il m'a demandé si je serais prêt à m'engager dans un nouveau contrat, sur le long terme. Je lui ai dit : 'Stefan, si tu le souhaites, je suis prêt à signer un contrat de cinq ans avec toi, car je suis très satisfait et je détesterais que tu ailles parler avec quelqu'un d'autre'. Pit Beirer [directeur de KTM Motorsport] était aussi autour de cette table. Il m'a dit : 'OK, travaillons là-dessus'."

"Nous avons donc commencé à y travailler, mais franchement, le plus important était de finaliser toute la logistique et tout ce que nous avions à faire pendant l'hiver. Les deux parties, KTM et Tech3, sont d'accord, nous voulons le faire. Nous devons passer en revue quelques détails, parce qu'il s'agit de cinq ans, c'est une longue échéance, il peut se passer beaucoup de choses pendant ces cinq années, mais je dirais que nous sommes d'accord à 99% et j'espère vraiment que nous arriverons à officialiser ce partenariat avant le début de l'été. C'est comme en course : quand on tombe dans le dernier virage, on n'a pas gagné la course. Rien n'est donc signé à 100% mais la volonté est là pour les deux parties, et c'est ce sur quoi nous travaillons actuellement avec Pit Beirer."

Motos de Danilo Petrucci, Red Bull KTM Tech 3 et Iker Lecuona, Red Bull KTM Tech 3

Les pilotes évalués après cinq à six courses

Autre sujet de discussion qui occupera Hervé Poncharal dans les prochains mois : celui des contrats de ses pilotes. Iker Lecuona, qui entame sa deuxième saison, et Danilo Petrucci, qui rejoint l'équipe cette année, n'ont en effet pas pour le moment de garantie de toujours courir pour Tech3 en 2022.

"Nos deux pilotes ont un contrat d'un an plus un an. Ils le savent clairement, tout le monde est content de la situation actuelle, personne n'a été forcé à signer. C'est la façon dont nous avons toujours travaillé avec KTM", précise Hervé Poncharal.

Lire aussi :

"Autour du Mugello ou de Barcelone, c'est le moment où l'on commence à comprendre ce que sera la saison suivante. Alors je dirais que les cinq ou six premières courses seront très importantes pour préparer 2022. Mais notre position est toujours d'essayer tout ce que nous pouvons pour continuer à travailler avec les mêmes pilotes", précise le patron français, qui dit aimer voir que chez KTM "on essaye de mettre l'accent sur la stabilité", ce qui s'illustre notamment par l'accompagnement des pilotes à tous les échelons de la compétition dès que c'est possible.

"Personne n'est irremplaçable"

S'il évoque aisément les projets d'avenir de son équipe, Hervé Poncharal n'en oublie pas qu'à l'approche de ses 64 ans, il se doit de penser également à la transmission qu'il mettra en place. Le team Tech3 pourra-t-il exister sans lui lorsque le moment viendra ? "Personne n'est jamais irremplaçable", sourit-il sereinement.

"Je me rappelle qu'il y a un certain nombre d'années, il y avait des clauses intuitu personae, ça veut dire que quand Hervé Poncharal n'est plus là, les contrats sont caducs", ajoute-t-il. "Je souhaite vraiment que Tech3 continue apprès Hervé Poncharal. Carmelo [Ezpeleta] est en train de préparer le futur avec Carlos, et je pense que tout manager visionnaire se doit de préparer le futur. Je ne suis plus tout jeune, donc Tech3 continuera d'exister et de performer, je le souhaite vraiment."

partages
commentaires
KTM assure ne pas avoir développé de tout nouveau moteur
Article précédent

KTM assure ne pas avoir développé de tout nouveau moteur

Article suivant

Photos - Toutes les motos de Tech3 en 500cc et MotoGP

Photos - Toutes les motos de Tech3 en 500cc et MotoGP
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021