Les tests de Sepang, première échéance technique décisive pour Yamaha

La marque nippone sait devoir encore progresser sur ses avancées de la fin de saison dernière si elle veut se mêler de nouveau à la lutte aux avant-postes cette année.

Les tests de Sepang, première échéance technique décisive pour Yamaha
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Gros plan sur la moto de Valentino Rossi, Yamaha Motor Racing, YZR-M1
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing
Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing

Sortir de l'ornière et regagner sa place comme tête d'affiche en MotoGP : telle est la mission que s'est fixée Yamaha en 2019. Le constructeur japonais sort en effet de deux dernières saisons difficiles, marquées par des problèmes techniques qui n'ont qu'en partie été résolus.

Il s'agit bien sûr des lacunes de traction, qui ont si souvent compromis les résultats de la marque aux trois diapasons, et ce en dépit de progrès observés lors des ultimes manches de la campagne 2018.

Souvent considérée comme étant l'une, si ce n'est la moto la plus agile du plateau, la M1 a vu son châssis pointé du doigt l'an dernier au moment de rechercher les causes de son manque de compétitivité.

Lire aussi :

Poursuivre la dynamique enclenchée fin 2018

Un axe de progression qui a fini par être renié par Valentino Rossi, pour qui le moteur et l'électronique étaient bien plus à mettre sur le banc des accusés. De premiers changements n'ont pas tardé à porter leurs fruits, avec une victoire de Maverick Viñales en Australie, la première de Yamaha en plus d'un an, ainsi que des visées sur la victoire en Thaïlande et surtout en Malaisie.

Autant d'événements qui laissent à penser que le constructeur nippon a enfin trouvé le bout du tunnel. "Sur la base de l'expérience et des résultats de l'année dernière, nous avons dû travailler beaucoup sur l'électronique, le châssis et le moteur", a ainsi expliqué Kouichi Tsuji, le président de Yamaha Motor Racing, lors de la présentation de l'équipe effectuée ce lundi. "Nous allons travailler et essayer de retrouver le caractère de notre M1 cette année."

Concernant le moteur justement, Yamaha doit encore trancher pour la spécification qui sera utilisée lors de la prochaine campagne. Un choix crucial qui sera fait lors des essais officiels qui auront lieu à Sepang cette semaine.

Lire aussi :

Le choix crucial du moteur

Pas une mince affaire quand on sait cependant que Viñales et Rossi ne partageaient pas tout à fait les mêmes avis sur le sujet au cours des derniers tests en novembre dernier.

"Bien sûr, il nous faut créer une spécification pour le moteur, c'est le plus important, et chaque pilote a un style de pilotage différent, et ils ont chacun une évaluation différentes de ce dont ils ont peut-être besoin", tempère Lin Jarvis, le directeur exécutif de Yamaha Factory Racing. "Mais ces évaluations restent très proches, et ce qui est important c'est de faire la sélection finale du moteur à Sepang. Nous écoutons donc nos deux pilotes, nos ingénieurs vont prendre en compte tout cela, et ensuite ils décideront."

Lire aussi :

On le voit bien, les tests de Sepang qui se tiendront du 6 au 8 février prochains promettent d'être capitaux pour Yamaha, qui ne pourra plus faire marche arrière sur le choix de son bloc propulseur une fois ce dernier retenu.

L'électronique et le châssis seront néanmoins également au programme. "Nous allons avoir différentes spécifications moteur, différentes solutions au niveau de l'électronique ainsi qu'au niveau du châssis et des freins", reprend Jarvis.

L'absence du team manager Massimo Meregalli lors du lancement effectué à Jakarta aujourd'hui est aussi révélateur de l'implication de Yamaha, qui ne veut sous aucun prétexte rater ce premier rendez-vous décisif de l'année.

"L'absence de Maio Meregalli aujourd'hui est aussi indicative, car ce test qui approche à Sepang est très, très important pour nous", confirme Jarvis. "Avec les changements que nous avons au sein de l'équipe ainsi que chez YMC, nous avons choisi qu'il était plus important pour Maio d'être à Sepang en ce moment afin de tout préparer pour le test. J'ai confiance, avec les changements techniques que nous avons, avec les changements de personnels, et avec les pilotes et les sponsors que nous avons, nous pouvons prévoir une bonne saison."

Pas de pronostics avant Sepang

Jarvis ne veut cependant pas se voir déjà trop beau et, s'il est convaincu des progrès intrinsèques de ses troupes en vue de la nouvelle saison, il préfère aussi ne pas tirer de plans sur la comète tant qu'il n'a pas encore jugé du niveau de l'adversité auquel son équipe devra faire face dans quelques semaines.

"La semaine dernière, on m'a demandé en Italie comment est-ce que nous allions nous débrouiller cette année", se souvient-il. "Mais honnêtement je ne sais pas. Tant que nous ne sommes pas allés à Sepang, nous ne savons pas quel est le niveau de nos concurrents, et c'est très important, car peut-être qu'on peut se juger nous-mêmes pas si mauvais, mais si nos concurrents font un grand pas en avant, peut-être que nous ne serons pas compétitifs. Je suis donc vraiment très curieux de voir les performances de Ducati et Honda."

Avec Léna Buffa

partages
commentaires
Rossi : "Ce qui compte, ce sont les résultats"
Article précédent

Rossi : "Ce qui compte, ce sont les résultats"

Article suivant

Viñales, le plein de changements pour 2019

Viñales, le plein de changements pour 2019
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021