Un retard "absolument trop grand" qui surprend KTM

partages
commentaires
Un retard
Par : Medhi Casaurang-Vergez
12 nov. 2016 à 07:00

Pour sa première sortie en compétition, la KTM RC16 se retrouve reléguée à trois secondes des leaders ; de quoi faire sortir le Finlandais hors de ses discours policés.

Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing
Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing, et son ingénieur Paul Trevathan
Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing
Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing
La moto de Mika Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing
La moto de Mika Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing
La moto de Mika Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing
Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing

Pour son retour dans la catégorie reine, Mika Kallio ne s'est pas simplifié la tâche. C'est en effet à lui qu'incombe la responsabilité d'étrenner la KTM RC16 pour la première fois en compétition. Le Finlandais s'attendait à une entame de week-end laborieuse au sens propre du terme.

Kallio, de retour en MotoGP après six ans d'absence, ne s'est pas ennuyé lors des deux séances d'essais, vendredi. Après plus d'une trentaine de journées d'essais privés aux quatre coins de l'Europe, la machine autrichienne a droit à son galop d'essai grandeur-nature, comme ce fut le cas pour Suzuki en 2014 avec Randy de Puniet.

Cependant, avant de connaître le même destin que la marque japonaise, KTM a du pain sur la planche ! Avec deux séances d'essais conclues à trois secondes de la tête, la moto doit trouver "au minimum une seconde pleine", selon Kallio. "Peut-être que nous ne sommes pas les meilleurs sur un tour lancé, mais sur le rythme en course, cela pourrait être ok, et on pourrait être compétitif."

Problème d'adhérence à l'arrière

Le pilote d'essai KTM paraît optimiste ; pourtant, c'est plutôt la déception qui règne après la première journée. "L'écart avec les autres est absolument trop grand. C'est une grosse surprise pour nous, nous pensions être plus proches. Nous ne sommes pas satisfait de ce résultat pour le moment, il y a beaucoup de choses à améliorer", avance-t-il.

Le principal problème ? La tenue du pneu arrière. "Il ne fonctionne pas", lâche Kallio, "même si on modifie les réglages, ou utilise les durs et tendres. On a même essayé les deux motos disponibles. Il y a du patinage, et une perte d'adhérence quand on entre dans le virage. Le grip ne revient plus ensuite. On perd beaucoup de temps là-dessus."

"Nous étions ici il y a environ un mois, et nous étions plus rapides ! C'est pour ça que j'espère aller plus vite sur les deux jours restants." La KTM a cependant toujours subi ce problème d'adhérence, d'après le pilote essayeurr : "Cela a toujours été plus ou moins présent. Nous savons comment combler ce défaut, mais dans le même temps, cela peut provoquer une perte d'adhérence à l'avant, c'est une combinaison à trouver."

"Si nous trouvons une bonne solution pour le pneu arrière, nous pourrions sortir plus vite du dernier virage, et ainsi la vitesse de pointe serait bien meilleure", conclut Kallio, chronométré vendredi à 312,3 km/h, soit 10km/h de moins que la Ducati ayant enregistré la meilleure vitesse de pointe, mais plus rapide que les machines de Rabat et Baz.

Article suivant
Diaporama - Casey Stoner : le parcours fulgurant d'un champion hors-norme

Article précédent

Diaporama - Casey Stoner : le parcours fulgurant d'un champion hors-norme

Article suivant

Márquez veut que la Honda 2017 soit mieux équilibrée

Márquez veut que la Honda 2017 soit mieux équilibrée
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Valence
Catégorie Essais Libres - Vendredi
Lieu Valencia
Pilotes Mika Kallio
Équipes Red Bull KTM Factory Racing
Auteur Medhi Casaurang-Vergez
Type d'article Réactions