Rossi retrouve la Q2 grâce à des sensations en progrès

Valentino Rossi est satisfait de s'être invité en Q2 au GP de Catalogne, même si une chute l'a peut-être privé d'un top 10. L'Italien estime que certains réclament sa retraite trop vite, en sautant sur la moindre contre-performance.

Valentino Rossi a atteint la Q2 pour la troisième fois de l'année à Barcelone, après Losail, en ouverture de la saison, puis Le Mans. Ce résultat paraissait pourtant bien lointain vendredi, le #46 ayant terminé les deux premières séances dans les dernières positions après avoir opté pour de mauvais réglages. De retour en piste avec une Yamaha mieux adaptée à ses besoins ce samedi, Rossi a pris la neuvième place dans la matinée, obtenant par la même occasion sa qualification directe pour la Q2, une séance débutée sur une chute au virage 3, avant de monter sur sa deuxième machine pour signer un 11e temps qui ne le satisfait pas totalement

"Aujourd'hui c'était bien pour moi parce qu'on a modifié la moto ce matin et que j'avais de bien meilleures sensations entrée de courbe, pour faire tourner la moto, déjà en EL3", se réjouit le pilote du team Petronas. "J'ai beaucoup amélioré mon rythme. Au final, j'ai pu entrer en Q2, avec un top 10. Les EL4 ont été une bonne séance parce qu'on a testé le pneu dur et qu'on a encore progressé dans les réglages de la moto. Mon rythme n'était pas mauvais et j'ai fini septième."

"En Q2, malheureusement je suis tombé avec le premier pneu et après c'était difficile parce que j'ai dû sauter sur l'autre moto. J'ai fini 11e. Je pense que j'avais plus de potentiel mais c'est comme ça. On va voir maintenant. On va attendre la course demain, pour comprendre la météo. On espère que le ciel va tenir et que ça va rester sec cette nuit. Le choix du pneu arrière reste ouvert pour demain, entre le medium et le tendre, et on verra."

Lire aussi :

Valentino Rossi restait sur plusieurs contre-performances inquiétantes qui ont fait naître des débats sur son niveau après 25 ans dans le Championnat du monde. L'intéressé estime que ses progrès sont dus à son aisance sur cette piste et à de meilleurs réglages, et que les difficultés rencontrées récemment ne méritaient pas que l'on annonce déjà sa retraite sportive.

"J'aime le circuit. J'ai toujours été bon à Barcelone. On a aussi amélioré les réglages de la moto. Je pense qu'on a fait une erreur vendredi, en suivant une mauvaise route, mais ça arrive tous les week-ends, à plus ou moins tous les pilotes. Le problème est que quand ça m'arrive, on dit 'Rossi est trop vieux, il doit s'arrêter !' après une mauvaise séance. Mais c'est normal : on a choisi une mauvaise voie mais j'étais content de mes sensations aujourd'hui, je n'étais pas mauvais en piste et j'ai pris du plaisir."

Rossi se sent soutenu dans le team Petronas

Et alors que selon les informations de Motorsport.com, le team Petronas commence à réfléchir à un remplaçant pour 2022, Rossi perçoit plus du soutien qu'une pression pour obtenir de meilleurs résultats : "Je suis très content du comportement de l'équipe, de l'atmosphère dans le garage, parce que je reçois un vrai soutien. Tous les mecs comprennent que c'est un défi difficile. Tout le monde est très triste quand mes performances sont mauvaises, comme vendredi, quand j'étais 18e et que j'avais un très mauvais rythme."

"Ils savent qu'on a besoin de bons résultats et qu'on pourra faire de bonnes courses, il faut être forts de mon côté des stands, mais les autres me soutiennent vraiment et c'était bien aujourd'hui. Atteindre la Q2 était un bon résultat. C'est plus ça que de la pression. Je ne pense pas que l'équipe a beaucoup de pression. Ils veulent rouler devant, ce qui est normal. Je ne sens pas plus de pression, mais un vrai soutien."

Lire aussi :

L'expérience du septuple Champion de la catégorie pourrait s'avérer précieuse dans une course qui s'annonce dictée par la gestion des gommes, très délicate depuis le début du week-end. Rossi pense que cet élément pourrait aider certains pilotes à faire la différence en course, même si se montrer agressif dans les premiers tours restera essentiel : "C'est vrai que la dégradation des pneus est un gros problème pour tout le monde ici. Il sera important de comprendre les conditions et le bon choix, surtout pour le pneu arrière, mais aussi pour l'avant."

"Mais je pense quand même que ça sera une course sprint, dès le premier virage, le premier tour, les deux ou trois premiers tours. Ça va déjà déterminer 85% de la course en MotoGP. Et après, une autre longue course va débuter, qui va déterminer les 15% restants. Tout le monde va beaucoup attaquer dès le début."

partages
commentaires

Voir aussi :

Miller "en un seul morceau" et "excité" après une journée agitée
Article précédent

Miller "en un seul morceau" et "excité" après une journée agitée

Article suivant

GP de Catalogne MotoGP - Programme et guide d'avant-course

GP de Catalogne MotoGP - Programme et guide d'avant-course
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021