Rossi n'a pas signé avec Petronas, mais c'est fait "à 99%"

Les rumeurs d'un accord déjà acté avec Yamaha et l'équipe Petronas ont été démenties par Rossi, bien qu'il ait effectivement décidé de poursuivre sa carrière en MotoGP.

Rossi n'a pas signé avec Petronas, mais c'est fait "à 99%"

Valentino Rossi se présente cette semaine sur le Grand Prix d'Espagne, à Jerez, alors que les spéculations se multiplient au sujet de son avenir. La presse italienne était secouée la semaine dernière par des rumeurs selon lesquelles le champion italien aurait déjà apposé sa signature sur le nouveau contrat qui le verra engagé avec l'équipe Petronas en MotoGP la saison prochaine.

S'il nie la véracité de cette annonce prématurée, le pilote italien assure qu'il ne reste plus vraiment de doutes quant au fait qu'il sera bel et bien engagé la saison prochaine avec l'équipe malaisienne. "L'info selon laquelle j'aurais signé le contrat n'est pas vraie, c'est faux", assure-t-il au terme des essais menés ce mercredi. "Mais on en est très proche. Je veux continuer en 2021, j'ai déjà parlé avec Yamaha et surtout avec Razlan,[Razali] Zeelenberg et Stiggy chez Petronas, et j'ai de très bonnes sensations."

Alors que Yamaha a formé dès le début d'année un line-up orienté vers l'avenir, en réunissant Maverick Viñales et Fabio Quartararo dans son équipe factory pour 2021 et 2022, Valentino Rossi s'est vu proposer une place dans le team satellite agrémentée d'une machine officielle. Il lui fallait toutefois prendre sa décision avant le début de la compétition, retardée de plus de quatre mois, et les discussions ont donc rythmé les dernières semaines.

Lire aussi :

Aujourd'hui, le pilote affirme avoir pris sa décision et souhaiter continuer à courir pour un, voire deux ans. Les dernières négociations portent sur la composition de son équipe technique, alors que Razlan Razali, patron du team Petronas, s'est d'emblée montré ferme sur la question. "À 99%, je courrai avec Petronas en 2021, même si je n'ai pas encore signé", affirme-t-il.

"On a quelques détails à régler, surtout concernant le team, les personnes qui travailleront pour moi", explique Rossi. "Quartararo prendra ma place, il y a donc beaucoup de pièces qui doivent trouver leur place. Je pense qu'il faudra encore du temps avant de signer. Mais on y est, à 99% je vais continuer et il ne manque que la signature. Il faudra encore un peu de temps, car c'est une sorte de jeu d'échec : l'un bouge, l'autre prend la place…"

"Les premiers choix reviendront à Quartararo car c'est lui qui vient dans l'équipe officielle. Mais on n'a pas beaucoup de pouvoir de décision", souligne le nonuple Champion du monde, assuré toutefois de garder son nouveau chef mécanicien. "David [Munoz] viendra sûrement, et pour les autres c'est plus une question qui se décidera entre les teams Petronas et factory. Je pense donc qu'il y aura pas mal de différences, dans une équipe comme dans l'autre."

Vétéran du plateau et pilote affichant le plus gros palmarès, Rossi se trouve donc dans une situation inédite, lui qui pour la première fois a aussi peu de pouvoir décisionnaire. "Je n'ai pas de gros problèmes", promet-il toutefois à cet égard. "Je suis prêt à tout, alors ça n'est pas un gros problème."

Un choix personnel acté

Après une période très inhabituelle et une absence de course qu'il n'avait plus connue depuis ses débuts il y a plus de 20 ans, Rossi admet avoir réuni les conditions nécessaires à la réflexion importante qu'il menait sur son avenir. Et avoir aussi découvert un nouveau rythme de vie qui, finalement, n'a fait que le rassurer.

"Ça a été assez intéressant. Ça ne m'était jamais arrivé dans ma vie d'avoir une longue période d'arrêt comme celle-ci, où je ne pilote pas et surtout où je ne cours pas. Je me sens bien ! Au début, c'état un peu ennuyeux mais ensuite rester à la maison avec mes amis, ma famille et ma petite amie, cela a été mieux de jour en jour."

"C'était donc aussi une période intéressante pour réfléchir à l'avenir, parce que si je veux continuer je sais qu'il va me falloir fournir un gros effort pour être préparé pour 2021. Mais au final j'ai décidé que je voulais être là aussi l'année prochaine. Même si je n'ai pas roulé, ça a été une bonne période pour réfléchir et mieux comprendre l'avenir de ma vie."

Lire aussi :

"Je sais que ce sera dur, mais je veux essayer aussi l'année prochaine", poursuit-il. "Ne pas rouler, j'aimerais éviter, ça ne me plairait pas beaucoup. Par contre, j'étais un peu inquiet à l'idée de rester à la maison, de ne pas bouger, et d'être dans la condition mentale de ne pas avoir la pression des courses. De vivre une vie normale, en somme. Au début, ça m'inquiétait un peu, mais au final je me suis senti très bien et j'aime rester à la maison sans rien faire, me reposer, rester au lit, ne pas avoir la pression des courses."

"Ça m'a plu, et ça fait que j'ai aussi pris cette décision le cœur plus léger, au sens où je vais essayer mais je sais aussi que je suis bien à la maison", souligne le pilote de Tavullia. Dans la continuité de cette réflexion, il souhaite s'engager d'abord pour un an, mais surtout en laissant une porte ouverte à une seconde saison : "J'ai eu cette réflexion et je n'aimais pas l'idée d'aller chez Petronas en sachant que ce serait assurément ma dernière année. On a beaucoup parlé avec Lin [Jarvis] et Yamaha, et la situation est très claire : le contrat est pour 2021 plus une option pour 2022. Et l'année prochaine, pendant la pause estivale, on décidera si on veut continuer ou si ce sera la dernière année."

partages
commentaires
Quartararo : Difficile de vite s'adapter à la Yamaha de 2020

Article précédent

Quartararo : Difficile de vite s'adapter à la Yamaha de 2020

Article suivant

Petrucci commence par une grosse chute, piégé par de l'huile

Petrucci commence par une grosse chute, piégé par de l'huile
Charger les commentaires
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021