Valentino Rossi juge la Yamaha 2021 "très similaire" à celle de 2020

L'un pilote une Yamaha d'usine, l'autre non, et pourtant entre Valentino Rossi et Franco Morbidelli ce n'est pas forcément le mieux loti en termes de matériel qui dresse le meilleur bilan après la première partie des essais de pré-saison de Losail.

Valentino Rossi juge la Yamaha 2021 "très similaire" à celle de 2020

Les camions de Yamaha étaient chargés de caisses de matériel un peu plus précieuses que d'autres durant le premier week-end de présence du paddock à Losail. Un nouveau châssis, fruit du travail réalisé pendant l'intersaison sur la base des corrections jugées nécessaires après le championnat 2020, a été confié aux trois pilotes officiels parmi les quatre titulaires que compte la marque dans la catégorie reine, avec un objectif annoncé : celui de retrouver un caractère similaire à celui de la moto de 2019, spécification avec laquelle brille Franco Morbidelli (agrémentée toutefois de quelques évolutions).

Maverick Viñales a repoussé l'évaluation approfondie de cette nouveauté à la seconde phase du test, qui débutera mercredi, préférant dans un premier temps chercher à extraire toujours plus de potentiel de la machine 2020. Fabio Quartararo, en revanche, utilisait ce nouveau châssis au moment de poster dimanche le meilleur temps du week-end, estimant être "en bonne voie" avec cette nouveauté malgré un travail encore en cours.

Valentino Rossi, pour sa part, dressait dimanche soir un constat plus radical, déjà convaincu qu'il n'y a pas de grande différence après les tests comparatifs qu'il a pu mener. "Mon impression à la fin des deux jours c'est que la moto est très similaire à celle de l'année dernière, et pas tellement au châssis de 2019. Ça se situe quelque part entre les deux, mais quand je la pilote je la sens très similaire à celle de 2020", a-t-il commenté, décrivant des problèmes de traction récurrents.

Lire aussi :

"Je perds beaucoup de temps en sortie de virage et à l'accélération, parce que je manque un peu de grip et je suis donc en difficulté. On a essayé de nouvelles choses, on a testé le châssis, mais le feeling est très similaire à celui de l'année dernière. On a d'autres choses à essayer et on le fera dans les trois prochains jours, mais c'est comme si on devait chercher un équilibre différent sur la moto pour un peu mieux sortir des virages."

L'un des rares pilotes à ne pas avoir amélioré son temps entre samedi et dimanche, Rossi n'occupe que la 19e place au classement combiné, à 1"644 du leader, Fabio Quartararo. "Il est clair que ma position n'est pas géniale, et mon chrono non plus. Mais je ne me sentais pas très à l'aise avec la moto et à la fin je n'ai pas attaqué en pneus soft, sans quoi j'aurais pu faire un peu mieux, mais ça n'est en tout cas pas le problème. Le problème c'est que je n'ai pas été assez rapide. Maintenant, il faut que l'on regarde les données avec le team et que l'on essaye de suivre une autre voie pour le prochain test."

Beaucoup de petites mises à jour pour Morbidelli

De l'autre côté du stand, Franco Morbidelli ne touchera pas à ce châssis. Il a en revanche reçu de la part de Yamaha toute une série d'évolutions, dont il tente de se satisfaire et d'extraire le maximum de performance. Ce qu'il décrit comme "beaucoup, beaucoup de petites choses, de petits détails" lui a été présenté par son chef mécanicien samedi, à l'heure de reprendre le guidon. "Je ne peux pas entrer dans le détail, car je ne les connais pas, mais Ramón [Forcada] m'a montré une feuille avec toutes les choses qui ont été changées sur la moto et il y en avait beaucoup. Ce sont de petites choses, bien sûr, car la moto semble être la même et quand je la pilote c'est en effet l'impression qu'elle me donne, mais on a vu qu'il y a des améliorations."

Franco Morbidelli, Petronas Yamaha SRT

"Mon feeling après ce premier test est très bon", se félicite-t-il. "Je dois remercier Yamaha parce qu'ils ont quand même apporté des mises à jour pour ma moto et c'était vraiment sympa à voir, c'était une très bonne surprise pour moi. J'ai des améliorations sur mon package. Dans ce milieu, pour au moins se maintenir là où l'on se trouve, il faut aller de l'avant. Je pense donc que l'on a déjà amélioré le package par rapport à ces dernières années, et pendant ce test on a au moins pu se maintenir à une position et un niveau similaires à ceux de l'année dernière, et c'est positif."

Beaucoup plus compétitif que son nouveau coéquipier pendant ces deux jours, Morbidelli a réussi à clore la séance par un time attack. "Ça a été une deuxième journée positive pour nous. Ça s'est tout de suite bien passé et dès [dimanche] matin mes sensations se sont améliorées. On a pu passer en revue de petites pièces pendant la journée, certaines étaient bonnes et d'autres non. On a donc écarté ce qui n'était pas bon et on a gardé ce qui l'était. Au final, j'ai pu essayer un time attack et j'ai été assez proche de Fabio, ce qui est assez encourageant et déjà bon. Je suis donc très content de ces deux jours d'essais."

Par ailleurs, et bien qu'il ait enregistré une V-max légèrement inférieure à celle qu'il avait affichée pendant les tests de Losail l'an dernier, son déficit par rapport aux machines les plus rapides en ligne droite a ravi Franco Morbidelli. "Ça m'a frappé d'être aussi rapide que les Yamaha officielles ou en tout cas très, très proche", souligne le pilote italien, qui n'a concédé que 3,2 km/h et 2,1 km/h à ses collègues. "Pendant la séance, j'ai le classement des vitesses sur mon écran et j'ai donc la possibilité de voir en live où je me situe. D'habitude, l'année dernière, pour me trouver il suffisait de regarder en bas du classement, mais cette année j'étais dans le groupe alors je suis très content ! C'est ce qui m'a frappé le plus positivement."

partages
commentaires
Maverick Viñales "surpris" par son rythme et sa régularité

Article précédent

Maverick Viñales "surpris" par son rythme et sa régularité

Article suivant

Suzuki partage ses tests entre 2021 et 2022

Suzuki partage ses tests entre 2021 et 2022
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021