MotoGP
25 mars
Prochain événement dans
27 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
35 jours
16 avr.
Prochain événement dans
49 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
62 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
90 jours
03 juin
Prochain événement dans
97 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
111 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
118 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
132 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
167 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
181 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
195 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
202 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
216 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
223 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
237 jours
28 oct.
Prochain événement dans
244 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
258 jours

Valentino Rossi et le "long cauchemar" d'un mois marqué par le COVID-19

Depuis qu'il a été infecté par le coronavirus, Valentino Rossi a eu bien du mal à obtenir des tests PCR négatifs, au point qu'une nouvelle alerte cette semaine a mis en doute sa participation au Grand Prix de Valence.

partages
commentaires
Valentino Rossi et le "long cauchemar" d'un mois marqué par le COVID-19

Valentino Rossi a admis avoir eu l'impression de ne pas réussir à sortir d'un long cauchemar lorsqu'un énième test PCR réalisé mardi lui est revenu avec des résultats quelque peu alarmants. Sans être positif de façon nette, a-t-il expliqué, le test gardait toutefois des traces de l'infection qui lui a déjà fait manquer deux Grands Prix, et il a dû attendre deux autres confirmations de sa négativité dans les deux jours suivants pour avoir l'assurance de disputer le Grand Prix de Valence au programme cette semaine.

Lire aussi :

"En réalité, je n'ai pas été à nouveau positif, mais dans le test de mardi il y avait quelque chose qui n'était pas clair. Le médecin m'a dit que c'est quelque chose qui arrive souvent, surtout pour les personnes qui ont eu le COVID-19 comme moi", a-t-il expliqué. "Mais j'ai été très inquiet parce que, putain, ça fait un mois que c'est oui, non, oui, non… C'est un long cauchemar. Alors je suis fatigué, c'est normal. Mais le médecin m'a dit : 'Vale, ne t'inquiète pas, ça arrive parfois, et je te promets que tu seras négatif', et c'est le cas."

"Le médecin m'a dit qu'on ne pouvait pas dire que j'étais positif, qu'il n'était pas possible que je le redevienne. Mais le test [de mardi] n'était pas clair, alors il fallait le refaire et en refaire un aussi jeudi matin. Il m'a dit que je serais négatif, d'autant que je l'étais déjà la semaine dernière. Le test d'hier ayant été négatif, ça m'a beaucoup tranquillisé. Mais au bout d'un mois on est fatigué et on se demande si ça va finir un jour !"

Annoncé positif au COVID-19 le 15 octobre, quelques jours après le Grand Prix de France, Valentino Rossi a dû attendre le 5 novembre, trois semaines plus tard, pour faire son retour dans le paddock, ce qui lui a fait reprendre la compétition au deuxième jour du Grand Prix d'Europe. Entre-temps, il a expliqué avoir ressenti les symptômes de la maladie deux à trois jours, mais avoir surtout subi la frustration de l'isolement et de son éloignement des circuits lorsqu'il allait déjà mieux. Cette nouvelle alerte a donc été un épisode de plus dans le parcours déjà complexe qui a été le sien depuis un mois.

"C'est difficile parce qu'on est déjà fatigué. Ça m'a pris énormément de temps pour redevenir négatif. On ne m'a pas dit que j'étais positif, mais on m'a dit que quelque chose n'allait pas avec le test, mais ça arrive très souvent à ceux qui ont eu le COVID-19. Mais rien qu'avec ça, on a un peu l'impression de retourner dans le tunnel alors qu'on pense s'en être sorti", a-t-il admis.

"Je suis content, je suis ici, et c'est bien parce que je peux faire un week-end normal, en roulant dès vendredi", se félicite à présent le pilote Yamaha. "L'important c'est que je sois là. Je me sens bien physiquement, je n'ai eu aucun problème et c'est important de commencer demain matin car le week-end semble différent. La semaine dernière, ça a été très difficile pour tous les pilotes Yamaha. Maintenant la météo semble meilleure et les prévisions sont bonnes pour tout le week-end, alors j'espère qu'on aura plus de grip et qu'on sera plus compétitifs. Mais je suis bien, je suis là, j'ai travaillé avec mon équipe, j'ai vu ma moto, alors tout va bien."

Cal Crutchlow "en discussions très avancées" avec Yamaha

Article précédent

Cal Crutchlow "en discussions très avancées" avec Yamaha

Article suivant

Fabio Quartararo veut avant tout "prendre du plaisir" à Valence

Fabio Quartararo veut avant tout "prendre du plaisir" à Valence
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Valence
Lieu Valencia Grand Prix Circuit
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020