Valentino Rossi, maître et gourou de Pecco Bagnaia avant sa victoire

Modèle pour les jeunes pilotes de son Academy, Valentino Rossi s'est aussi transformé en une sorte de gourou lorsqu'il a poussé Pecco Bagnaia sur la bonne voie avant sa course.

Valentino Rossi, maître et gourou de Pecco Bagnaia avant sa victoire

Avec le premier succès de Pecco Bagnaia en MotoGP, c'est le palmarès de la VR46 Riders Academy qui s'enrichit un peu plus encore. Après avoir déjà été le deuxième élève du groupe à remporter un titre mondial puis à rejoindre la catégorie reine, le pilote Ducati continue de suivre les traces de Franco Morbidelli, victorieux dans la catégorie reine la saison dernière.

Cette victoire, il l'a touchée du doigt à maintes reprises depuis l'an passé. Entre pépins techniques, soucis de pneus et erreurs personnelles, Bagnaia a attendu, encore et encore. Samedi soir, dans le paddock du MotorLand Aragón, Valentino Rossi ne s'y était toutefois pas trompé : le moment était venu. Son élève venait de décrocher une pole position record et il avait affiché un potentiel incontestable. Il lui restait à faire les bons choix, et son mentor s'est efforcé de le pousser sur la bonne voie.

"Je pense qu'il le mérite parce qu'il a été très rapide toute l'année et il a piloté la Ducati de façon fantastique. Et je pense que c'était le moment", explique Rossi. "[Samedi], je lui ai dit : 'C'est le moment, c'est le moment de gagner'. Il est toujours très rapide, mais parfois il n'a pas de chance avec les pneus. Cette fois, c'était son jour. [Samedi] j'ai essayé de l'hypnotiser, de lui dire 'hard soft hard soft hard soft hard soft hard soft', parce que parfois Pecco prend des décisions étranges avec les pneus. [Dimanche] matin, je l'ai vu et je le lui ai redit."

"J'ai beaucoup insisté pour les pneus", poursuit le vétéran auprès du site officiel du MotoGP. "[Samedi] je lui ai dit : 'À mon avis, demain il faut que tu partes premier, que tu restes devant toute la course et à la fin, tu gagnes. C'est mon idée en termes de stratégie, mais pour faire cela, tu dois prendre les pneus hard-soft'. J'ai essayé de l'hypnotiser ! Et au final, c'était le bon choix."

Lire aussi :

"Quand il m'a dit ça, j'étais beaucoup plus nerveux, parce qu'il ne me l'avait jamais dit", fait savoir Bagnaia. "Je me disais que mon rythme était bon, qu'on avait bien travaillé et qu'on pouvait gagner. Je pensais que Marc avait le meilleur rythme mais que le nôtre était suffisamment bon pour rester avec lui. Je veux prendre Vale dans mes bras et j'aimerais le remercier de m'avoir dit ça !"

Une victoire avec l'art et la manière

Idéalement parti de la pole position, Bagnaia a bouclé chacun des 23 tours en tête, et surtout il a su résister à la pression constante d'un Marc Márquez pourtant sur son terrain. L'Espagnol attendait le bon moment pour l'attaquer, mais ses multiples tentatives dans les derniers tours n'ont finalement pas fait trembler le pilote Ducati, qui a su répliquer à chaque manœuvre et finalement pousser le #93 à la faute.

"Je suis vraiment très heureux pour Pecco", commente Rossi, "tout d'abord à titre personnel parce que je suis un de ses grands amis et on passe beaucoup de temps ensemble pendant la semaine à la maison. Je le félicite, car la première victoire en MotoGP, c'est un moment qu'un pilote moto n'oublie jamais, et une victoire comme celle-ci, avec une bataille jusqu'au dernier tour, c'est vraiment génial."

"Dès vendredi matin, il a piloté la moto d'une manière fantastique. À Silverstone aussi, il était très rapide. C'est le moment, c'est le moment de gagner et je suis très, très heureux pour lui", souligne le Docteur, qui a apprécié de voir son élève triompher avec l'art et la manière. "La course de Pecco vaut un 20/20. Il n'aurait rien pu faire de plus : pole position, tous les tours en tête et victoire finale en s'étant battu le couteau entre les dents jusque dans le dernier tour."

"Je suis aussi très fier du travail de l'Academy. On a pris Pecco en Moto3 et on l'a aidé à atteindre ce niveau", poursuit Valentino Rossi en saluant le travail quotidien mené par ses associés à la direction de ce groupe, mais surtout l'investissement des jeunes pilotes encadrés. "Naturellement, le mérite leur revient, car leur destin est entre leurs mains, mais nous sommes fiers de les avoir aidés à atteindre ce niveau."

"À la fin de l'année j'arrêterai, mais à mon avis Pecco et Franco sont deux top pilotes du MotoGP, deux des pilotes les plus forts de la grille, et c'est magnifique parce que l'année prochaine, l'un aura la Ducati officielle et l'autre la Yamaha officielle, ils seront donc dans des top teams. C'est bien, je suis content, et j'adorerai les suivre et les encourager."

partages
commentaires

Voir aussi :

Espargaró confirme et lorgne sur la 6e place du championnat
Article précédent

Espargaró confirme et lorgne sur la 6e place du championnat

Article suivant

Jorge Martín a ressenti "un arm-pump de la jambe" !

Jorge Martín a ressenti "un arm-pump de la jambe" !
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021