Valentino Rossi - "Márquez réduit à être le garde du corps de Lorenzo"

Malgré une course incisive qui l'a vu remonter du fond de la grille jusqu'à la quatrième place finale, Valentino Rossi voit le titre lui échapper face à Jorge Lorenzo.

Valentino Rossi - "Márquez réduit à être le garde du corps de Lorenzo"
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing

Une certaine amertume prévaut chez le pilote italien, à tel point qu'il a une nouvelle fois accusé Marc Márquez d'avoir aidé Lorenzo à coiffer la couronne. Sans démordre des propos qu'il a déjà tenus avant le Grand Prix de Malaisie, Rossi insiste sur le fait que le pilote Honda aurait tout fait pour protéger son compatriote et le favoriser dans la course au titre.

"A partir de Philip Island, il s'est passé une chose étrange, à laquelle personne ne s'était attendu," a déclaré Valentino Rossi à Sky Italia. "Le comportement de Márquez a été très embarrassant, très mauvais pour notre sport. Ça n'était jamais arrivé auparavant. Déjà à Phillip Island, il a commencé à jouer les gardes du corps pour Lorenzo et je me suis retrouvé en situation de devoir me battre contre deux pilotes très forts. A partir de là, tout a changé. La seule chose dont je sois content, c'est qu'aujourd'hui tout le monde ait vu quelle avait été leur stratégie, qui avait déjà commencé en Australie."

De lourdes accusations

Valentino Rossi assure que le déroulement de ce dernier Grand Prix de la saison le conforte dans son interprétation des faits, puisqu'il estime que Marc Márquez aurait pu prendre l'avantage sur Jorge Lorenzo au lieu de rester dans son sillage.

"Cela me rend très triste. Je pense que notre sport a donné une très mauvaise image aux spectateurs et je ne comprends pas l'attitude de Honda : ils permettent à l'un de leurs pilotes de faire volontairement gagner une Yamaha au lieu de faire gagner une autre Honda, étant donné que Márquez n'a sorti l'artillerie lourde qu'avec Pedrosa, en risquant de le faire sortir."

Si le mot d'ordre depuis jeudi était de calmer la tension ambiante notamment en mesurant ses propos, cet après-midi Rossi était en roue libre contre Márquez : "J'espère qu'avec le temps ce comportement se retournera contre lui et que, dans quelques mois, on comprendra ce qu'il a fait. Lorenzo est très bon et ça aurait été beau que l'on se batte à armes égales en piste. Comme ça, ça n'a pas été beau et je ne crois pas que lui aussi soit content."

"Ça me parait triste que [Márquez] en ait été réduit à lui servir de garde du corps. C'est moins de la faute de Jorge que de celle de Márquez, surtout que je pense qu'il n'aurait jamais fait ce qu'a fait Márquez," poursuit Rossi, avant de s'attaquer plus durement à son coéquipier : "Ceci dit, avec les déclarations qu'il a tenues après la Malaisie, pour moi il mérite d'être traité de la même façon que Marc parce qu'il aurait très bien pu se taire et il en serait mieux sorti. Peut-être qu'ils s'étaient mis d'accord. Je l'avais dit dès le jeudi [de Sepang] qu'ils seraient allés jusqu'au bout. C'est moche."

Márquez se défend

Ayant eu vent de ces propos tenus, Marc Márquez a une nouvelle fois démenti toute idée d'alliance visant à le faire perdre. "Aujourd'hui, si j'avais essayé d'être le garde du corps de Lorenzo, j'aurais été à cinq ou six secondes, et je n'aurais pas pris le risque de le suivre," a affirmé le pilote Honda en conférence de presse. "Il l'a déjà dit à Phillip Island. C'est quelque chose que je ne comprends pas parce qu'à Phillip Island, je lui ai donné cinq points [en battant Lorenzo]. (…) Il était venu me voir à la fin de la course, il m'avait serré la main, puis nous sommes arrivés en Malaisie et il s'est passé ce qui s'est passé le jeudi, puis en course, nous nous sommes battus."

Pour Rossi, il s'agit aujourd'hui de digérer la perte d'un titre qui a pu toucher du doigt durant toute la saison. "Je suis assez triste, c'est une grande opportunité qui s'envole. Je ne méritais pas ça, mais c'est comme ça," juge-t-il. "J'avais déjà compris que ça se serait terminé comme ça quand j'ai eu la confirmation que j'allais partir dernier et que je n'allais pas pouvoir jouer ma chance contre Lorenzo. J'ai tout de suite su clairement que Márquez allait le protéger."

"La saison a été très belle. On s'est constitué cette possibilité de lutter pour le titre dès la première course et j'ai toujours été compétitif, je n'ai jamais fait de faute. Je dois être franc, dans la seconde moitié de la saison Jorge a été très bon. Tant que les choses ont été normales, jusqu'à Motegi, j'étais en tête avec 18 points d'avance et j'avais une grande chance de gagner [le titre]."

"Je n'ai pas de regrets si je regarde les courses que j'ai disputées. J'ai toujours donné le maximum. Mon seul regret, c'est Phillip Island où j'étais plus rapide que Lorenzo et où je l'aurais battu. Mon avance aurait augmenté et j'aurais remporté le championnat. C'est là qu'a eu lieu le tournant du championnat," martèle le pilote italien.

partages
commentaires
Championnat - Cinq points pour départager Lorenzo et Rossi
Article précédent

Championnat - Cinq points pour départager Lorenzo et Rossi

Article suivant

"Je mérite vraiment ce titre" juge Jorge Lorenzo

"Je mérite vraiment ce titre" juge Jorge Lorenzo
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021