MotoGP
26 mars
EL1 dans
26 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
32 jours
16 avr.
Prochain événement dans
46 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
59 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
87 jours
03 juin
Prochain événement dans
94 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
108 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
115 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
129 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
164 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
178 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
192 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
199 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
213 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
220 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
234 jours
28 oct.
Prochain événement dans
241 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
255 jours

Son niveau de 2020 aurait convaincu Rossi de rester en MotoGP

Valentino Rossi affirme que sa compétitivité actuelle l'aurait convaincu de rester en MotoGP en 2021 si ses plans n'avaient pas été contrariés par le chamboulement du calendrier dû à la pandémie de COVID-19.

partages
commentaires
Son niveau de 2020 aurait convaincu Rossi de rester en MotoGP

Ce Grand Prix de Catalogne devrait marquer l'annonce du nouveau contrat de Valentino Rossi, attendu chez Petronas pour la saison 2021. À 41 ans, le nonuple Champion du monde n'était pourtant pas certain de poursuivre sa carrière, d'autant moins que Yamaha a décidé pendant l'hiver de ne pas le conserver dans son équipe officielle à l'issue de son contrat actuel, afin de former un line-up plus jeune pour la suite en associant Maverick Viñales et Fabio Quartararo.

Rossi avait toutefois une option de secours, Yamaha lui ayant garanti de continuer à le soutenir s'il rejoignait l'équipe satellite du groupe. Le pilote devait initialement disputer quelques courses de cette saison 2020 pour prendre sa décision, souhaitant évaluer à la fois son niveau de forme personnel et les performances que la nouvelle M1 lui permettait de réaliser. La crise sanitaire en a décidé autrement, puisque le constructeur a fini par lui poser un ultimatum alors que le report de quatre mois du championnat risquait de poser de complexes problèmes de calendrier à bien des niveaux.

Les négociations menées dès le printemps ont rapidement abouti à une volonté commune des trois parties de s'engager pour que Rossi rejoigne bel et bien le team Petronas avec le soutien de Yamaha, et après plusieurs mois de discussion sur la mise en place du contrat, l'officialisation en bonne et due forme est désormais imminente, ainsi que l'a révélé le pilote lui-même en début de week-end.

Lire aussi :

Mais que serait-il advenu de son avenir s'il avait pu suivre son plan initial et évaluer sa compétitivité durant la première partie de la saison si celle-ci avait pu se dérouler comme prévu ? Les 58 points obtenus en sept courses, avec une troisième place pour meilleur résultat, auraient-ils suffi à le convaincre de poursuivre sa carrière ? "Oui", assure le pilote italien lorsque nous l'interrogeons en ce sens, bien qu'il juge ne pas être assez rapide pour jouer le titre.

"L'année dernière, j'étais très frustré, surtout à partir du Mugello, parce qu'après avoir fait de bonnes courses et quelques podiums sur les premières courses, on a perdu la voie après Le Mans et j'ai eu beaucoup de mal", rappelle-t-il. "Le Mugello a été un cauchemar, Barcelone n'a pas été si mal mais il y a eu l'accident avec Lorenzo. Ensuite, Assen a été un désastre, le Sachsenring a été un désastre, et de même que quelques courses à la fin de l'année comme Aragón ou Valence. Au-delà du résultat, ce qu'il y avait c'est que je n'arrivais pas à piloter la moto et je n'arrivais pas à être assez fort. J'ai donc changé certaines choses dans l'équipe, avec David [Muñoz] et tout cela."

"Donc, ce que je pensais au début de la saison, c'est que si j'avais toujours l'impression de faire ce genre de courses que je viens de citer, il valait mieux que je m'arrête. Mais, en réalité, la situation est bien meilleure, je me sens bien. C'est sûr que c'est difficile, le niveau est très élevé, mais on travaille bien et je pense que l'on peut être forts. Donc, oui, ce genre de résultats m'aurait fait continuer une année de plus."

Un technicien Honda du team LCR positif au COVID-19

Article précédent

Un technicien Honda du team LCR positif au COVID-19

Article suivant

Le tear-off de Quartararo mis aux enchères par Miller

Le tear-off de Quartararo mis aux enchères par Miller
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020