Son expérience est "parfois un problème" pour Valentino Rossi

Trop vieux ou trop expérimenté ? Valentino Rossi a parfois le sentiment de payer le prix de plus de 20 ans passés dans la catégorie reine des Grands Prix moto, même s'il a déjà su se réinventer quand c'était nécessaire.

Son expérience est "parfois un problème" pour Valentino Rossi

Son retour sur le podium, lors du deuxième Grand Prix de la saison, a semblé marquer un tournant pour Valentino Rossi, qui a retrouvé des sensations familières après un début de championnat poussif.

Malgré un travail prometteur effectué sur la M1 pendant l'hiver, le premier Grand Prix l'avait de nouveau confronté au casse-tête qui lui a tant coûté l'année passée, avec de mauvaises sensations sur sa machine et un pneu arrière manquant de grip et vite usé. La déception était si forte qu'il en était arrivé à s'interroger sur la pertinence d'un nouveau contrat, sur lequel il s'est pourtant engagé oralement. "Ce résultat était trop mauvais pour être réel, même si je suis vieux ! Pas à ce point !" lâchait-il, avouant s'être interrogé avec son équipe et s'être dit, déconcerté, qu'il "était peut-être temps de rester à la maison".

Lire aussi :

Ces doutes ont finalement été balayés par le fruit d'un changement de réglages obtenu aux forceps, face à des ingénieurs Yamaha pas franchement convaincus au premier abord. Ce n'est toutefois pas la première fois que Rossi, 41 ans, connaît de telles interrogations sur son avenir. "Quand je courais pour Ducati, en 2011 et 2012, je n'étais pas sûr d'être au niveau pour continuer", avoue-t-il. "C'est comme ça pour tous les pilotes. Quand on ne pilote pas la moto comme on le voudrait et que l'on n'obtient pas de résultats, c'est facile de penser que c'est fini, surtout quand on pense qu'on est vieux, alors ce résultat est important aussi pour ça."

Après le premier gros creux qu'a connu sa carrière lorsqu'il a tenté le pari de rejoindre Ducati, Rossi a réussi à rebondir et à relancer la machine à gagner. "J'ai eu beaucoup de chance parce que Yamaha m'a repris et m'a donné dix ans de carrière de plus !" salue-t-il, lui qui a depuis signé dix victoires supplémentaires et a surtout joué le titre en 2015.

Malgré son palmarès, se retrouver confronter à un constructeur qui l'incitait à suivre l'exemple des jeunes pilotes du groupe, comme ce fut le cas ces derniers mois, n'était finalement pas si nouveau pour le #46, déjà obligé de se réinventer plus d'une fois en deux décennies de carrière au plus haut niveau. L'émergence d'un jeune pilote au style affirmé comme Marc Márquez ou encore un changement de manufacturier sont autant de situations qui ont poussé Rossi à faire évoluer son propre pilotage.

"Ces dernières années, le style de conduite a beaucoup changé en MotoGP. Dans beaucoup d'endroits, dans beaucoup de virages, il faut plus que bien rouler, il faut faire ce qu'il faut pour les pneus", explique-t-il. "Ce n'est pas facile, parce que j'ai certes beaucoup d'expérience, mais parfois mon expérience est un problème car il faut avoir l'esprit ouvert pour changer différentes choses. On change beaucoup le réglage de la moto, l'équilibre, pour essayer d'entrer plus vite dans les virages et d'utiliser mon style. J'essaie de m'adapter le plus possible au style moderne du MotoGP avec ces pneus, mais nous devons aussi adapter la moto à moi. J'ai donc besoin de quelque chose de différent."

Lire aussi :

Grâce à un changement venu de l'équilibre de la M1, le résultat probant de cette deuxième course a conforté Rossi et l'a convaincu qu'il devait "continuer dans cette voie". Requinqué, il a obtenu la preuve que son âge n'était pas rédhibitoire. "Je ne prenais plus de plaisir, je bouclais les tours en étant fatigué de ne pas être rapide. C'est là qu'on commence à penser qu'on est vieux, qu'on a 40 ans et que ça fait 25 ans qu'on court. Mais aujourd'hui je me suis à nouveau amusé sur la piste", assurait-il à DAZN à sa descente de moto.

"[Ce résultat] est très important parce qu'il arrive après une longue période sans podiums et beaucoup de courses difficiles. Y arriver ici, à Jerez, qui ces dernières années a été une piste difficile pour moi, et avec cette chaleur, c'est très positif. Le challenge est très dur, le niveau très élevé, beaucoup de pilotes sont très forts, mais si on suit notre voie on peut aussi être compétitifs à Brno."

partages
commentaires
Dovizioso n'écarte pas Márquez : "Sous pression, il est encore meilleur"

Article précédent

Dovizioso n'écarte pas Márquez : "Sous pression, il est encore meilleur"

Article suivant

Marc Márquez à nouveau opéré : la plaque était endommagée

Marc Márquez à nouveau opéré : la plaque était endommagée
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021