Valentino Rossi - "Plus déçu qu'en colère"

Valentino Rossi a pris acte aujourd'hui d'une première décision du Tribunal Arbitral du Sport, qui a rejeté sa demande de surseoir à l'exécution de la pénalité qui lui a été infligée à Sepang.

La traduction de ce verdict? Il devra prendre le départ du Grand Prix de Valence de la dernière place sur la grille. Si cela ne lui ôte pas ses chances d'être sacré dimanche, c'est tout de même une nouvelle qui complique la donne au point, d'après lui, de fortement réduire la probabilité de le voir coiffer la couronne.

"Plus qu'en colère, je suis déçu," résume Valentino Rossi. "Je suis déçu de ne pas pouvoir jouer ma chance, que je m'étais construite depuis le début de l'année, et même avant. On m'enlève toute possibilité de jouer ma chance. Ça me rend amer et ça me déçoit, mais c'est comme ça." Il se plie néanmoins à cette décision : "Ce sont les règles du jeu, il faut les accepter."

Une démarche assumée

En s'exprimant cet après-midi face à la presse à Valence, le pilote italien a expliqué sa décision de recourir au TAS, prise dans les jours qui ont suivi le GP de Malaisie. "Beaucoup de personnes ont parlé et ont donné leur avis sur la course et sur l'incident. Moi qui étais sur la moto, je sais comment se sont passées les choses," a-t-il souligné. "J'ai décidé de lancer cette procédure auprès du TAS pour essayer de comprendre s'il était possible que je me batte pour le titre d'une façon normale."

La réponse rendue aujourd'hui par le TAS ne concerne que la demande de mise en sursis de la pénalité. La procédure se poursuit donc afin de répondre à l'autre demande de Rossi qui est de réduire ou d'annuler la sanction - aussi contradictoire que cela puisse paraître, compte tenu de l'effet immédiat que risque d'avoir ladite pénalité sur le duel pour le titre.

"Ils ont besoin de temps pour décider," a précisé le pilote, tempérant rapidement : "Au fond, il faut être réaliste. La réalité du moment c'est que, malheureusement, je vais devoir partir dernier. On verra bien ce qu'il en sera dans deux mois et quel sera mon état d'esprit aussi."

Peu de regrets

S'il a avoué dans un éclat de rire avoir été "surpris" par la demande d'intervention de Jorge Lorenzo dans  cette procédure, Valentino Rossi n'en dira pas plus sur ses relations avec son coéquipier, évitant soigneusement les sujets les plus polémiques à l'instar des autres pilotes qui se sont exprimés cet après-midi.

"Carmelo [Ezpeleta] et la FIM nous ont dit de ne rien dire au sujet du passé et au sujet de Sepang. Je suis d'accord parce qu'on doit disputer la dernière course et on doit se concentrer sur notre objectif et donner le meilleur de nous-mêmes pour ce week-end," a-t-il indiqué.

Un seul regret a fini par percer dans son discours, celui d'avoir commis la faute qui lui a précisément valu d'être pénalisé : "Je regrette juste d'avoir élargi ma trajectoire et de ne pas avoir suivi ma ligne normale. A part ça, il vaut mieux qu'on parle de ce week-end."

Une course qui s'annonce compliquée

L'enjeu de la procédure qu'il a entamée auprès du TAS était, justement, de se donner une chance équitable face à Lorenzo lors de ce dernier Grand Prix décisif. "Malheureusement, le fait de partir dernier en grille rend le tout plus difficile," regrette désormais l'Italien.

Malgré la déception et l'amertume, Rossi promet de participer aux qualifications comme lors d'un week-end classique et de vivre les séances normalement : "Je suis ici et on doit faire de notre mieux. On doit rester concentré et faire du bon travail pendant le week-end pour être aussi compétitif et aussi rapide que possible dimanche pour la course. Ensuite je prendrai le départ et on verra bien."

"Pendant dix jours, je pensais avoir la possibilité de partir normalement et ça m'a tranquillisé, alors j'ai préparé ma course comme je le fais toujours, avec ma routine habituelle. Aujourd'hui je sais que je vais devoir partir dernier. L'important c'est que ça ne change pas mon attitude. Avec tout mon team, on est concentré et on doit essayer, on doit prendre cela comme une motivation positive."

Tout le monde va faire sa course, c'est le sport. C'est à moi d'être assez rapide ou assez fort pour remonter.

Valentino Rossi

A combien Rossi estime-t-il ses chances d'être sacré malgré tout? "Il est très difficile de dire combien de chances j'ai de gagner ou de perdre," hésite-t-il. "A mon avis, je vais devoir faire la meilleure course possible, essayer de ne pas faire d'erreurs et de remonter le plus possible."

"Quand vous partez dernier en grille, il est très difficile de prévoir une stratégie. Avant tout, il faut bien travailler en essais et être compétitif, avoir un bon rythme. La course sera très longue et, évidemment, les risques sont amplifiés quand on essaye de récupérer des places. Il est trop tôt pour le dire, j'ai besoin de comprendre quel est mon potentiel, de voir quels seront les choix de réglages et de pneus, quelles seront aussi les conditions, et ensuite de faire mon maximum."

Qu'attend-il de la part des autres pilotes, à qui de nombreux fans ont demandé de s'écarter pour le laisser passer? "Une attitude normale, évidemment. Tout le monde va faire sa course, c'est normal et c'est le sport. C'est à moi d'être assez rapide ou assez fort pour remonter."

Au final, Valentino Rossi a voulu rappeler dans un clin d'oeil que le MotoGP sait réserver des surprises : "En 2006, je suis parti de la pole et j'ai perdu le titre [à Valence]. Cette année ce sera le contraire!"

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP de Valence
Circuit Valencia
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Actualités
Tags sepang clash