MotoGP
26 mars
EL1 dans
26 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
32 jours
16 avr.
Prochain événement dans
46 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
59 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
87 jours
03 juin
Prochain événement dans
94 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
108 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
115 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
129 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
164 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
178 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
192 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
199 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
213 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
220 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
234 jours
28 oct.
Prochain événement dans
241 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
255 jours

Rossi était prêt pour d'autres courses après le Portugal

Son infection par le COVID-19 n'était plus qu'un mauvais souvenir pour Valentino Rossi à l'heure de boucler le dernier Grand Prix de 2020, pourtant cela a contribué à alimenter sa frustration de ne pas avoir d'autres manches pour faire ses preuves.

partages
commentaires
Rossi était prêt pour d'autres courses après le Portugal

Valentino Rossi a fini la saison sur un goût d'inachevé, lui qui a si peu récolté durant la seconde moitié du championnat. Revenu dans les points lors des deux dernières courses après une parenthèse de deux mois qui a définitivement gâché son année, le pilote Yamaha n'a, certes, pas terminé la saison au niveau de performance qu'il ambitionnait d'afficher, mais il avait le sentiment de s'être relancé lorsque le drapeau à damier s'est finalement abaissé.

"Le moment qui suit la dernière course, c'est un bon moment parce qu'on part en vacances. En plus, cette année il n'y a même pas de tests et on peut donc prendre un peu de repos, un repos dont j'ai besoin parce que ça a été une année difficile avec ce calendrier si compliqué, puis le fait que j'aie été malade, etc. Mais je dois dire que je ne suis pas particulièrement content, s'il y avait eu d'autres courses, je les aurais faites."

Lire aussi :

"S'il y avait d'autres courses, sur des pistes qui me plaisent − parce que cette année on a fait une grande partie du championnat sur des pistes qui ne sont pas tellement mes amies − je serais prêt", assurait-il en bouclant le Grand Prix du Portugal, une épreuve qui comme la précédente lui a valu la 12e place.

Auparavant, on avait vu le #46 quatrième à l'arrivée du Grand Prix de Saint-Marin, début septembre, avant qu'il n'entre dans une spirale comme jamais encore sa carrière n'en avait connu. Trois abandons consécutifs sur chute, puis deux forfaits à cause du COVID-19, et encore un nouvel abandon, mécanique cette fois, à son retour : il aura fallu deux mois à Rossi pour retrouver les points, lui qui a plongé au passage de la sixième à la 15e place du championnat.

Isolé pratiquement trois semaines à cause de son infection au COVID-19, Rossi assurait être en pleine forme lors de ce 14e et dernier Grand Prix d'une saison condensée en quatre mois. "J'ai complètement récupéré. Ça a tout de suite été le cas, au bout de cinq jours j'allais bien. Ensuite j'ai décidé d'attendre dix jours avant de recommencer à m'entraîner, puis j'ai repris à raison de trois heures par jour et mes performances sont restées les mêmes", décrivait-il, rassurant des journalistes qui s'inquiétaient de le voir un peu faible : "Peut-être que vous voyez juste que je suis lent ! Mais physiquement je vais très bien. J'ai utilisé ce temps pour m'entraîner et je me sens plutôt en forme. Ça n'est pas ça. Malheureusement, je suis juste lent ! [rires]"

Lire aussi :

"Naturellement, beaucoup de monde déteste cette année 2020. Depuis le début de l'année, on dit 'année bissextile, année de malheur' [en italien, ndlr] et tout a en effet mal tourné dès le début. Mais je ne sais pas… espérons que ça vienne juste de l'année ! On attend tous que ça se termine", concédait le pilote de Tavullia.

"On a tout le temps eu trois courses consécutives et ce n'était pas facile. On a besoin d'un peu de repos, mais on doit se préparer pour l'an prochain", anticipait-il déjà auprès du site officiel du MotoGP. "Je crois que l'an prochain, ce ne sera pas une saison normale, malheureusement, mais j'espère que ce sera mieux que cette année. On espère rouler sur les pistes européennes au moment approprié, et on essaiera d'être prêt."

L'agenda MotoGP prévoit désormais une pause de pratiquement trois mois pour les pilotes titulaires, qui doivent retrouver la piste en février pour les tests de pré-saison à Sepang, si la situation sanitaire le permet. Le championnat doit quant à lui débuter le 28 mars au Qatar.

Voir aussi :

Dovizioso serait heureux même si sa carrière MotoGP s'arrêtait là

Article précédent

Dovizioso serait heureux même si sa carrière MotoGP s'arrêtait là

Article suivant

Suzuki s'offre un sponsor majeur pour la saison 2021

Suzuki s'offre un sponsor majeur pour la saison 2021
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020