MotoGP

Rossi était prêt pour d'autres courses après le Portugal

Son infection par le COVID-19 n'était plus qu'un mauvais souvenir pour Valentino Rossi à l'heure de boucler le dernier Grand Prix de 2020, pourtant cela a contribué à alimenter sa frustration de ne pas avoir d'autres manches pour faire ses preuves.

Valentino Rossi a fini la saison sur un goût d'inachevé, lui qui a si peu récolté durant la seconde moitié du championnat. Revenu dans les points lors des deux dernières courses après une parenthèse de deux mois qui a définitivement gâché son année, le pilote Yamaha n'a, certes, pas terminé la saison au niveau de performance qu'il ambitionnait d'afficher, mais il avait le sentiment de s'être relancé lorsque le drapeau à damier s'est finalement abaissé.

"Le moment qui suit la dernière course, c'est un bon moment parce qu'on part en vacances. En plus, cette année il n'y a même pas de tests et on peut donc prendre un peu de repos, un repos dont j'ai besoin parce que ça a été une année difficile avec ce calendrier si compliqué, puis le fait que j'aie été malade, etc. Mais je dois dire que je ne suis pas particulièrement content, s'il y avait eu d'autres courses, je les aurais faites."

Lire aussi :

"S'il y avait d'autres courses, sur des pistes qui me plaisent − parce que cette année on a fait une grande partie du championnat sur des pistes qui ne sont pas tellement mes amies − je serais prêt", assurait-il en bouclant le Grand Prix du Portugal, une épreuve qui comme la précédente lui a valu la 12e place.

Auparavant, on avait vu le #46 quatrième à l'arrivée du Grand Prix de Saint-Marin, début septembre, avant qu'il n'entre dans une spirale comme jamais encore sa carrière n'en avait connu. Trois abandons consécutifs sur chute, puis deux forfaits à cause du COVID-19, et encore un nouvel abandon, mécanique cette fois, à son retour : il aura fallu deux mois à Rossi pour retrouver les points, lui qui a plongé au passage de la sixième à la 15e place du championnat.

Isolé pratiquement trois semaines à cause de son infection au COVID-19, Rossi assurait être en pleine forme lors de ce 14e et dernier Grand Prix d'une saison condensée en quatre mois. "J'ai complètement récupéré. Ça a tout de suite été le cas, au bout de cinq jours j'allais bien. Ensuite j'ai décidé d'attendre dix jours avant de recommencer à m'entraîner, puis j'ai repris à raison de trois heures par jour et mes performances sont restées les mêmes", décrivait-il, rassurant des journalistes qui s'inquiétaient de le voir un peu faible : "Peut-être que vous voyez juste que je suis lent ! Mais physiquement je vais très bien. J'ai utilisé ce temps pour m'entraîner et je me sens plutôt en forme. Ça n'est pas ça. Malheureusement, je suis juste lent ! [rires]"

Lire aussi :

"Naturellement, beaucoup de monde déteste cette année 2020. Depuis le début de l'année, on dit 'année bissextile, année de malheur' [en italien, ndlr] et tout a en effet mal tourné dès le début. Mais je ne sais pas… espérons que ça vienne juste de l'année ! On attend tous que ça se termine", concédait le pilote de Tavullia.

"On a tout le temps eu trois courses consécutives et ce n'était pas facile. On a besoin d'un peu de repos, mais on doit se préparer pour l'an prochain", anticipait-il déjà auprès du site officiel du MotoGP. "Je crois que l'an prochain, ce ne sera pas une saison normale, malheureusement, mais j'espère que ce sera mieux que cette année. On espère rouler sur les pistes européennes au moment approprié, et on essaiera d'être prêt."

L'agenda MotoGP prévoit désormais une pause de pratiquement trois mois pour les pilotes titulaires, qui doivent retrouver la piste en février pour les tests de pré-saison à Sepang, si la situation sanitaire le permet. Le championnat doit quant à lui débuter le 28 mars au Qatar.

Article précédent

Dovizioso serait heureux même si sa carrière MotoGP s'arrêtait là

Article suivant

Suzuki s'offre un sponsor majeur pour la saison 2021

Vidéos les plus récentes

Dernières actus

My Personal Information

Motorsport Network

Téléchargez nos apps