Valentino Rossi : "Je resterai pilote toute ma vie"

Au moment d'annoncer la fin de son parcours en MotoGP, Valentino Rossi a confirmé qu'il souhaitait passer à la course automobile, et pas pour faire de la figuration.

Valentino Rossi : "Je resterai pilote toute ma vie"

Prêt à mettre un terme à sa carrière MotoGP à la fin de la saison, Valentino Rossi n'a pas caché que ce choix était contraint, poussé par la mauvaise tendance prise par ses performances. Un choix de raison, cependant, sachant que sa seule option pour prolonger l'aventure aurait été de rejoindre sa propre équipe, le team VR46, qui fera son entrée en 2022 dans la catégorie reine, mais que cela impliquait de découvrir une toute nouvelle moto en prenant le guidon de la Ducati. À 42 ans, il n'a plus le temps pour cela et ce choix radical s'imposait donc.

Lire aussi :

Mais sa retraite du MotoGP ne marquera assurément pas la fin totale de la carrière de Valentino Rossi. "Je resterai pilote toute ma vie", a-t-il promis au moment d'annoncer sa décision, ce jeudi au Red Bull Ring. Il faut dire que depuis plusieurs années déjà, le Docteur mûrit l'idée de sa reconversion. Lui qui a déjà eu l'opportunité de tester des Formule 1 et de courir en WRC au début des années 2000 et qui a, plus récemment, cumulé les expériences en Endurance.

Peu avant la pause estivale, il expliquait déjà souhaiter se tourner vers le GT3. "Comme je l'ai toujours dit, quand j'arrêterai le MotoGP je veux courir en auto. J'ai eu des expériences en rallye, car je suis fan de rallye et j'ai même fait des courses en Championnat du monde, mais pour moi le rallye est difficile car c'est très exigeant. Je veux courir sur circuit, car ça me plaît plus", avait-il expliqué. "J'ai de l'expérience en course en GT3, qui est une catégorie intéressante car il y a beaucoup de voitures d'usines, [pour des marques] importantes comme Ferrari, Porsche, Bentley ou Aston Martin. Je pense donc que je courrais avec ce genre de voiture quand j'arrêterai le MotoGP, mais je ne sais pas dans quel championnat. Il y en a différents avec l'Endurance ou les 24H. Il y a beaucoup de courses, mais j'espère en tout cas y courir."

Aujourd'hui, ces projets restent plus que jamais d'actualité pour Rossi, même s'ils doivent encore s'affiner. "J'adore courir en auto, à peine un tout petit peu moins qu'à moto, alors je pense que je vais courir en auto à partir de l'année prochaine", confirme-t-il. "Pour le moment c'est en cours, ça n'est pas encore décidé. Je pense que je resterai pilote toute ma vie. Je vais juste passer des motos aux autos. Bien sûr, pas au même niveau, mais je crois que je continuerai en tout cas à courir."

"J'ai toujours adoré courir en auto", se souvient Rossi. "J'ai commencé en karting, parce que Graziano [son père, ndlr] avait peur des courses moto étant donné qu'il s'était beaucoup blessé et il pensait que c'était plus sûr en auto. J'ai donc commencé en karting puis, au bout de deux ou trois ans, j'ai essayé la minimoto et ensuite, j'ai couru à moto. Heureusement, car je ne sais pas si j’aurais pu obtenir les mêmes résultats en auto, donc c'était un bon choix. C'est en tout cas resté dans mon cœur, et pendant ma carrière à moto j'ai toujours essayé de m'améliorer en auto, de courir, d'engranger les kilomètres pour être prêt pour ce moment."

"Je ne sais pas quel est mon niveau. Ce n'est pas le même qu'en moto", admet le pilote italien, bien décidé cependant à ne pas faire de la figuration. "On ne court en tout cas jamais juste pour le fun. Si on est un vrai pilote, on court pour être fort, pour gagner, et on essaye d'obtenir de bons résultats. Mais pour le moment je ne sais pas quelle auto, quelles courses. J'ai dit que je voulais faire les 24 Heures du Mans et il y a beaucoup de courses auto dans le monde alors je pense que je peux prendre du plaisir."

#46 Monster VR46 Kessel Ferrari 488 GT3: Valentino Rossi, Luca Marini, Alessio Salucci

Valentino Rossi a déjà fait plusieurs apparitions en GT3 avec Ferrari, notamment en disputant deux courses en Blancpain Endurance Series en 2012, à Monza et au Nürburgring, avec Kessel Racing. C'est avec la même équipe qu'il a disputé les 12 Heures du Golfe, à Abu Dhabi, en 2019, avec à la clé la victoire dans la catégorie Pro-Am et la troisième place au général avec Luca Marini et Uccio Salucci. Ils ont renouvelé l'expérience en janvier pour les 12 Heures de Bahreïn, en terminant à la troisième position.

On se souvient aussi, bien sûr, de ses essais en Formule 1 avec Ferrari ou encore de son échange avec la Mercedes de Lewis Hamilton en 2019. En rallye, il a pris part au Rallye de Grande-Bretagne 2002 et à celui de Nouvelle-Zélande en 2006 sur une Subaru Impreza, et surtout il a fait du Rallye de Monza son rendez-vous hivernal favori, le remportant sept fois.

"La vie d'athlète va beaucoup me manquer"

Quelle que soit sa boulimie de compétition et la manière dont il arrivera à l'assouvir, Valentino Rossi a toutefois bien conscience qu'une page majeure de sa vie et de sa carrière va se tourner à la fin de la saison. Lui qui a plongé dans la course moto à l'adolescence et s'est engagé en Championnat du monde à 17 ans, le voici à l'aube d'un nouveau chapitre désormais âgé de 42 ans, laissant derrière lui un des palmarès les plus étourdissants de la discipline.

"Je pense que la vie d'athlète va beaucoup me manquer, le fait de se lever chaque matin et d'aller s'entraîner pour atteindre un objectif, essayer de gagner. J'aime beaucoup cette vie", admet-il. "En premier lieu, ce qui va me manquer c'est de piloter une MotoGP, car être en piste au guidon d'une MotoGP c'est une grosse émotion. Ensuite, travailler avec mon équipe, à partir du jeudi, et essayer de régler tous les petits détails pour être toujours plus forts, travailler avec des ingénieurs de niveau mondial, les chefs mécaniciens et les analystes données."

"Et puis, les sensations du dimanche matin me manqueront beaucoup, ces deux heures avant la course quand on ne se sent pas à l'aise, parce qu'on a peur, mais qu'on ressent une émotion parce qu'on sait que la course commence à 14h. Je pense que ces choses-là seront difficiles à remplacer."

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Viñales présente ses excuses : "Mon attitude n'est pas la meilleure"

Article précédent

Viñales présente ses excuses : "Mon attitude n'est pas la meilleure"

Article suivant

Retraite de Rossi : Une "légende" pour Quartararo, "idole" pour Zarco

Retraite de Rossi : Une "légende" pour Quartararo, "idole" pour Zarco
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021