Pour Viñales, une plus large allocation en pneus plutôt positive

Maverick Viñales se dit plutôt satisfait d'avoir pu disposer d'une plus riche allocation pneumatique cette saison, même si cela a renforcé la charge de travail des pilotes et des équipes lors des week-ends de course.

Pour Viñales, une plus large allocation en pneus plutôt positive
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
La moto de Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing, après sa chute

Avec une première partie de saison réussie, au cours de laquelle Yamaha avait décroché quatre victoires en huit courses (trois par l'intermédiaire de son nouveau pilote, Maverick Viñales, et une par l'entremise de Valentino Rossi), le constructeur japonais a longtemps entretenu de légitimes espoirs de renouer avec le titre.

Mais les difficultés de la M1 sous la pluie, des conditions qui ont été récurrentes cette saison, ainsi que le manque de traction du prototype nippon ont empêché la marque aux trois diapasons de constituer un candidat crédible au titre sur la durée. Cependant, contrairement à ce qu'on pourrait penser de prime abord, ce manque d'adhérence à l'arrière renvoie davantage à un problème de châssis qu'à une mauvaise exploitation des gommes, comme les récents essais de Valence ont pu le confirmer.

Au contraire, si la nouvelle réglementation technique, en vigueur depuis 2017 et qui permet à Michelin de proposer trois spécifications de pneus slicks à l'avant ainsi qu'à l'arrière, a généré un championnat plus resserré – cinq pilotes étaient ainsi encore en lice à mi-saison pour le titre – et une plus grande versatilité des résultats, cela s'est traduit dans la vie quotidienne des équipes par une plus grande possibilité de trouver chaussure à son pied.

"Bien sûr, c'est plus difficile, mais c'est aussi beaucoup plus de chances de trouver le bon pneu sur votre moto", confirme ainsi Maverick Viñales. "Pour moi cette année cela s'est plutôt bien déroulé. Je veux dire que j'ai pu à peu près sur chaque week-end essayer tous les pneus, et donc bien m'en sortir."

Le choix du roi pour les pilotes

Cependant, cet embarras du choix n'est pas sans causer des problèmes de riches, puisqu'il contraint les pilotes à rapidement passer en revue le niveau de compétitivité de l'ensemble de la gamme proposée en très peu de temps, en quatre séance représentant une durée de roulage d'à peine plus de trois heures avant la tenue des qualifications. 

Et encore, cela représente le meilleur des cas, quand la pluie ne s'invite pas aux festivités. D'où la nécessité pour les pilotes de se projeter sur le niveau de performance des gommes. "Vous n'avez pas autant de temps que cela pour essayer les pneus, donc dès le premier jour, vous devez extrapoler, ou essayer de décider quel pneu va fonctionner sur votre moto", reprend Viñales. "Parfois, c'est plus facile car vous savez que le pneu soft, en particulier à l'avant, ne va pas fonctionner, mais en d'autres occasions, c'est très difficile. Vous ne comprenez pas vraiment ce qui fonctionne."

À tout prendre, celui qui a fini à la troisième place du championnat préfère cependant conserver un plus large choix d'alternative, ce afin de pouvoir s'adapter à chaque piste rencontrée. "Je préfère avoir plus de choix car sur certaines pistes, si vous n'aimez vraiment pas le feeling avec le pneu dur, vous pouvez prendre l'option la plus tendre", souligne-t-il. "Mais ensuite, le fait d'avoir plusieurs chances peut être difficile car parfois vous n'avez pas suffisamment de temps pour tout essayer."

Arrivé en MotoGP il y a presque trois ans, chez Suzuki, Viñales a eu l'occasion d'évoluer pendant une saison avec les pneus Bridgestone, qui ont eu le monopole dans la catégorie reine entre 2009 et 2015. L'Espagnol détient envers ses anciennes enveloppes un avis également positif, notant que celles-ci procuraient selon lui un meilleur niveau d'adhérence. "Je pense que les Bridgestone étaient également de bons pneus", explique-t-il. "Déjà lorsque je suis arrivé, les Bridgestone ressemblaient vraiment au pneu extra-soft à l'arrière, donc pour nous c'était un peu similaire à cette année en qualifications, mais de toute façon Michelin a fait du bon travail, et je me sentais déjà bien avec les Michelin de 2016."

Si la gamme des pneus slicks s'est élargie cette année, l'allocation des pneus pluie (au nombre de deux pour chaque mélange) a quant à elle posé quelques problèmes. Le point a ainsi été soulevé lors du Grand Prix du Japon, lorsque plusieurs pilotes, au premier rang desquels Dani Pedrosa, ont pointé du doigt le difficile dilemme auquel ils étaient confrontés lors d'un week-end pluvieux de bout en bout, et contraints de sacrifier leur séance de qualifications pour conserver un jeu de pneus adéquats pour la course. 

Autant de points de réglement qui seront peut-être au centre des discussions en vue de l'établissement de la prochaine réglementation technique, qui sera en vigueur en 2018.

partages
commentaires
Lorenzo envisage d'intégrer Debón à son équipe
Article précédent

Lorenzo envisage d'intégrer Debón à son équipe

Article suivant

Création d'un Trophée des équipes et pilotes indépendants en MotoGP

Création d'un Trophée des équipes et pilotes indépendants en MotoGP
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021