Viñales : Buriram ? "Les pires" essais depuis qu'il est chez Yamaha

Le pilote espagnol n'a pas caché son incompréhension et sa déception à l'issue des trois jours de tests en Thaïlande, desquels il a terminé à la huitième place des temps combinés.

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas dans le clan Yamaha. En effet, alors qu'il pensait avoir trouvé la solution hier à ses problèmes d'équilibre avec la M1, avec un quatrième temps qui laissait espérer que l'équipe Yamaha officielle ait enfin trouvé le chemin de la rédemption, Maverick Viñales est de nouveau reparti dans ses travers ce dimanche.  

Il n'y a qu'à constater le classement du jour de l'Espagnol pour se faire une idée des problèmes persistants dont souffre le numéro 25 – ainsi que Valentino Rossi. Le 12e temps n'est clairement pas à la hauteur des ambitions de la marque aux trois diapasons, qui ambitionne cette année de se battre de nouveau pour le titre sur le long terme.

Mais au soir des tests de Buriram, le constat ne pouvait être qu'amer pour Viñales, pour qui ces trois jours d'essais en Thaïlande ont été les pires qu'il a vécus depuis son arrivée chez Yamaha. "Pour moi, les tests en Malaisie, c'était les plus mauvais que j'avais pu faire avec Yamaha, mais là c'est encore pire", déclare sans détour l'Ibère.

Recours au châssis de 2016

Le désarroi de celui qui a fini troisième du championnat en 2017 est également perceptible dans le déroulé de cette dernière journée, au cours de laquelle celui-ci a recouru au châssis utilisé par Johann Zarco, datant de 2016. Le même procédé que lors du dernier Grand Prix de l'an passé à Valence, avec toujours aussi peu de succès pourtant.

"Je ne sais pas, honnêtement je ne sais pas parce que nous essayons tout et rien ne marche, donc nous devons continuer à travailler comme je l'ai dit. C'est difficile tout de suite parce que dans certains domaines Yamaha fonctionne vraiment bien", souligne Viñales, bien conscient que chez Tech3 on est pour le moment plus à même d'extraire le potentiel des M1. "Et nous, nous sommes en difficulté en tant qu'équipe d'usine. Je ne sais pas. J'utilise ce châssis et il n'y a pas de solution. Nous avons différents moteurs, différents réglage d'électronique, donc je ne sais pas."

Preuve des difficultés des pilotes officiels, le meilleur temps de Viñales ce dimanche est plus de trois dixièmes plus lent que celui qu'il avait enregistré la veille, à l'heure où la majorité du plateau s'est risqué à une séance de time attack pour se situer dans la hiérarchie.

Un bilan d'autant plus frustrant que l'Ibère pensait avoir résolu ses problèmes hier. "Aujourd'hui, nous avons rencontré bien plus de difficulté qu'hier", convient-il. "Je pensais que nous avions trouvé la solution, mais au final ce n'est pas le cas, et nous devons donc continuer à travailler. Nous devons continuer à essayer de trouver quel est le problème."

Mais le résultat de la veille avait sans doute été biaisé par la monte de gommes neuves, qui ont temporairement effacé les points faibles de la nouvelle M1. "C'était peut-être avec le nouveau pneu et j'étais excité par les tours incroyables, mais finalement ce matin quand je me suis remis sur la moto, c'était exactement le même problème, comme toujours", déplore le jeune pilote de 23 ans.

Une chose est sûre : Yamaha repart de Thaïlande le moral bas et avec bien peu de certitudes en vue de la prochaine saison. Il reste néanmoins encore une séance d'essais à l'équipe japonaise pour tenter de rebondir, du 1er au 3 mars prochains au Qatar.  

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement Essais de février à Buriram
Sous-évènement Dimanche
Circuit Chang International Circuit
Pilotes Maverick Viñales
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Réactions