MotoGP
26 mars
EL1 dans
26 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
32 jours
16 avr.
Prochain événement dans
46 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
59 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
87 jours
03 juin
Prochain événement dans
94 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
108 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
115 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
129 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
164 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
178 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
192 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
199 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
213 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
220 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
234 jours
28 oct.
Prochain événement dans
241 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
255 jours

Viñales croit dur comme fer au titre si Yamaha suit son approche

Maverick Viñales assure que ce n'est pas en tentant de corriger à tout prix les problèmes d'adhérence à l'arrière de la Yamaha qu'il disposera d'une chance de coiffer la couronne mondiale qui lui tend mathématiquement les bras.

partages
commentaires
Viñales croit dur comme fer au titre si Yamaha suit son approche

L'étrange championnat MotoGP 2020 voit un pilote n'ayant pas remporté le moindre Grand Prix (ni cette saison, ni au cours de sa carrière en catégorie reine) mener le classement général après dix courses. Et alors que Joan Mir vient donc de prendre les commandes du championnat, six points devant le triple vainqueur Fabio Quartararo, un autre homme dans le clan Yamaha peut raisonnablement croire en ses chances de victoire finale, avec encore seulement quatre épreuves demeurent à disputer. Troisième du général avec seulement 12 unités de retard sur son jeune compatriote de l'équipe Suzuki, Maverick Viñales compte un succès en Italie et deux arrivées en seconde position, sur les deux premières épreuves de la saison disputées à Jerez.  

Lire aussi :

L'impression générale donnée par Viñales est celle d'une irrégularité chronique. Et pour cause, l'Espagnol a pointé en pole position en trois occasions et a par ailleurs pris le départ de trois autres courses depuis la première ligne et quatre de la seconde, avant d'irrémédiablement sombrer dans le ventre mou du peloton de manière si répétée que le scénario en est presque devenu un fait de course habituel. Néanmoins, derrière cette perception se trouve une autre réalité : le #12 n'a en effet manqué l'arrivée dans les points qu'une seule fois, lors de la seconde manche disputée sur le Red Bull Ring, tandis que les deux prétendants qui le précèdent ont échoué à faire bouger leur compteur en deux occasions.  

Viñales ne se voile donc pas la face : avec seulement 100 points maximum à prendre sur les dernières courses au menu, l'heure n'est pas seulement à la régularité mais à la performance. C'est ainsi que même si le discours peut sembler étonnant, l'Espagnol est bien déterminé à poursuivre sa quête des performances le samedi afin de se positionner aussi haut que possible sur la grille en vue de la course. Car le pilote Yamaha factory le sait : difficile de se dépêtrer d'une Suzuki efficace partout ou d'une Ducati habile à la relance en course, et alors que les Honda deviennent elles aussi des trouble-fêtes entre les mains d'Álex Márquez, Takaaki Nakagami et Cal Crutchlow.

"Je pense qu'on peut fortement progresser, c'est clair", estime-t-il au micro du site officiel MotoGP en amont du Grand Prix de Teruel, qui se dispute de nouveau sur le tracé de MotorLand Aragón. "On va essayer d'être plus constant avec le pneu. Cela veut donc dire que l'on va travailler un peu plus sur les réglages de la moto. Je comprends très bien ce que j'ai besoin de faire sur un tour pour tourner en 1'46 et il est également très important d'être en première ligne. On va donc suivre le même objectif : avant tout être en première ligne, et ensuite prendre un bon départ."  

Ne pas se battre contre des moulins à vent

Au championnat, les choses sont simples : "C'est difficile mais on n'a rien à perdre !" sourit le protagoniste, qui souhaite que son team se décomplexe totalement sur les qualités de sa machine au lieu de tenter d'en corriger les points faibles sans succès. Dissiper le temps et les efforts sur les causes perdues est à exclure. "Notre mentalité est bonne, il faut que l'on continue comme ça. On se rend maintenant sur de bonnes pistes pour moi. On va essayer d'extraire les points forts de la Yamaha, on sait qu'on peut très bien le faire."

"Aragón est une bonne piste pour moi, Valence aussi. À Portimão, j'ai l'impression que j'étais rapide avec la moto de route, et avec la MotoGP ce sera beaucoup mieux. Je pense qu'à chaque fois que nous essayons de corriger nos points faibles, la course n'est pas bonne. Donc nous devons nous concentrer sur l'ADN de la Yamaha, ce dont la Yamaha a besoin. Nous devons rendre les points forts plus forts − à savoir la vitesse en courbe, on le sait déjà, et la stabilité à l'avant." 

Lire aussi :

Arrivé quatrième le week-end dernier en Aragón, Viñales estime qu'il n'était "pas rapide cette fois". Mais la prochaine fois, "j'essaierai d'être plus rapide en courbe", prévient-il. "Nous devons plus travailler sur l'avant, pour me donner plus de confiance, et je pourrai alors conserver plus de vitesse. Il n'y a que comme ça que nous pourrons aller plus vite."

L'Espagnol n'a de cesse de le marteler : il faut cesser de tenter de trouver à tout prix plus de grip à l'arrière en se perdant dans le processus. "Chercher à trouver plus d'adhérence à l'arrière, cela fait trois ans que nous n'y sommes pas parvenus. Nous allons donc nous concentrer sur l'avant pour essayer d'être rapides et de profiter de la vitesse en courbe, et nous verrons si les chronos sont meilleurs. Sur un tour, le chrono est déjà fantastique, mais nous devons progresser parce que nos concurrents progressent [aussi]. Honda semble avoir trouvé comment rendre Álex et Nakagami rapides, et ils sont aussi nos concurrents. Nakagami était très proche de nous."  

Voir aussi :

Comment expliquer que la Honda ne soit plus la moto d'un seul pilote ?

Article précédent

Comment expliquer que la Honda ne soit plus la moto d'un seul pilote ?

Article suivant

Michelin poursuit l'analyse des données du pneu de Quartararo

Michelin poursuit l'analyse des données du pneu de Quartararo
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Maverick Viñales
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Guillaume Navarro
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020