Viñales confiant et positif après avoir dominé la première journée

Leader incontesté de premiers essais du Grand Prix d'Aragón, Maverick Viñales affiche sa grande confiance pour la suite du week-end, déjà prêt à affiner son pilotage samedi matin pour parfaire sa copie.

Viñales confiant et positif après avoir dominé la première journée

Leader de chacune des deux séances de ce vendredi sur le MotorLand Aragón, Maverick Viñales avait la tête des bons jours à l'heure de dresser le bilan des premiers essais. Meneur d'un triplé Yamaha que personne n'a pu briser en EL1 comme en EL2, le pilote espagnol a affiché ce petit quelque chose en plus face à ses deux rivaux internes. Un début idéal pour celui qui a toujours pour objectif de se qualifier le plus haut possible et de filer seul en tête à l'extinction des feux.

"L'objectif est clair : partir fort et attaquer, c'est la clé pour se mette à l'abri du trafic au départ, parce qu'on a un bon rythme et si on part seuls c'est beaucoup mieux pour nous. On verra comment seront les Ducati demain. Aujourd'hui, il y avait beaucoup de vent et elles ont souffert, mais demain elles seront là, c'est sûr, et Miller sera devant," prévient Viñales, qui reste sur ses gardes malgré des Ducati toutes reléguées hors du top 10 pour le moment. "L'année dernière, à la mi-course, je ne m'étais pas suffisamment détaché et je m'étais fait rattraper par les Ducati. On sait les erreurs que l'on a commises − beaucoup d'erreurs au freinage − et on y travaille pour que cela ne se reproduise pas."

Lire aussi :

"La journée s'est bien passée, même si les conditions ont été très, très difficiles. J'ai pu très bien piloter la moto, ce qui est très important, j'ai pu très vite m'adapter à la piste. On a pas mal poussé dès le début", se félicite le pilote Yamaha, auteur du seul chrono du jour en 1'47 et heureux d'avoir pu gagner du temps là où il le souhaitait.

"On sait qu'ici on peut être rapides, on l'était déjà beaucoup l'année dernière. Mais je crois que l'année dernière on avait juste besoin de progresser dans certains virages et on l'a pas mal fait cette année. Les sensations sont bonnes", explique-t-il au site officiel du MotoGP. "J'ai progressé dans le virage 2 et dans le troisième secteur. L'année dernière, j'y était assez lent et maintenant j'ai progressé, ce qui me rend très heureux."

Auteur des meilleurs partiels dans les trois premiers secteurs de la piste, Viñales peut également se targuer d'un très bon temps (le quatrième) dans la dernière portion, qu'il craignait pourtant puisqu'elle comporte la plus longue ligne droite de la piste. "Le secteur 4 est meilleur que ce à quoi je m'attendais. On ne perd pas tellement de temps, alors ça veut dire qu'on a une bonne traction en sortie de virage", retient-il, satisfait.

"Globalement, je pense que ce sera un bon week-end pour nous parce que je me sens très positif. La moto fonctionne. Certes, la longue ligne droite est difficile, mais on peut combler notre retard dans les virages, où je me suis très bien senti aujourd'hui", poursuit Viñales. Quid de sa capacité à dépasser dans les portions les plus sinueuses ? "J'ai roulé ce matin avec différents pilotes. Ici je me sens bien pour dépasser. Il y a beaucoup de virages dans lesquels il n'y a pas besoin de puissance, il faut juste relâcher les freins et laisser aller, alors c'est bien. Je pense qu'on a plus de potentiel que sur les courses précédentes pour dépasser."

Toutes les cases semblent cochées pour Maverick Viñales après cette première journée, mais encore faut-il confirmer cette bonne entame durant les deux prochaines journées, lui qui a trop vu ses performances s'effondrer au cours des week-ends. Cela passe d'abord par des EL3 qui, demain matin, s'annoncent piégeux malgré un horaire repoussé afin d'éviter la fraîcheur la plus extrême.

"Je ne vais prendre aucun risque, on peut très facilement tomber quand il fait froid. Je vais travailler sur mes trajectoires, mon pilotage, et attendre l'après-midi", anticipe-t-il. "J'ai fait un bon temps aujourd'hui. Tout le monde ne roulera pas en 1'47. Mon temps a été rapide et je me suis assuré de passer en Q2. Essayer de faire mieux en EL3, c'est prendre le risque de tomber, surtout dans le virage 2, le 13 et au freinage du virage 14, où je patinais beaucoup ce matin."

"À la fin, tout le monde va être fort. Je vais me concentrer sur moi-même. Fabio [Quartararo] et Joan [Mir] vont se battre entre eux, et je vais faire mon propre truc", ajoute Maverick Viñales. "Je pense que Franco [Morbidelli] est bien, alors il va faire sa propre course et il va attaquer fort, tout comme je vais attaquer fort aussi. Je ne pense pas au championnat, mais juste à cette course pour en tirer le maximum. C'est clair qu'à voir ses chronos, Franco a été très fort pendant toutes les séances, alors il sera là. Il faut surtout qu'on contrôle les dix derniers tours, car l'année dernière j'ai beaucoup souffert à ce moment-là, et on va travailler là-dessus demain."

Avec Germán Garcia Casanova

partages
commentaires
Quartararo surpris par son temps comme par sa chute

Article précédent

Quartararo surpris par son temps comme par sa chute

Article suivant

Joan Mir espère combler le "petit avantage" de Yamaha en Aragón

Joan Mir espère combler le "petit avantage" de Yamaha en Aragón
Charger les commentaires
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021