Viñales : "Je n'ai dépassé la limite à aucun endroit"

partages
commentaires
Viñales :
Par : Léna Buffa
21 avr. 2017 à 21:42

Ses 0"390 de retard sur le leader du jour ne sauraient être représentatifs du potentiel détenu par le pilote Yamaha sur la piste d'Austin, un terrain de jeu où il espère poursuivre sa série de succès.

Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing, Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Le logo de Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing

Maverick Viñales a pris aujourd'hui ses marques sur le Circuit of the Americas, une piste qui a jusqu'à présent été la chasse gardée de Marc Márquez mais que le pilote Yamaha a bien l'intention d'accrocher à son propre palmarès. Si le meilleur temps du jour est revenu au maître des lieux, le pilote de Figueres est apparu toujours aussi en confiance ce soir, à l'heure d'analyser sa journée.

C'est bien lui, ce matin, qui a porté la première attaque en dominant la première séance avec un chrono de 2'04"923. Cet après-midi, il a abaissé sa performance de près d'une demi-seconde, mais a vu son rival prendre l'avantage en flirtant avec les 2'03, et Johann Zarco le faire à son tour rétrograder.

Or le pilote Yamaha rappelle qu'il n'a pas monté de pneu soft ni neuf pour le time attack de la fin des EL2, lui qui a consacré l'essentiel de sa journée à un travail de fond, avec les gommes medium et un rapide test du pneu avant dur. "J'aurais aimé, mais Ramón [Forcada] ne m'a pas laissé. J'ai insisté pour qu'on monte un pneu neuf, mais Ramón a dit 'Non, tu dois travailler' !" sourit-il en évoquant son ingénieur.

Au-delà du verdict final du chronomètre, Maverick Viñales retient donc l'essentiel : sa performance en conditions de course et les points forts qu'il a d'emblée identifiés avec la YZR-M1 sur cette longue et exigeante piste.

"La Yamaha est une moto fantastique, elle fonctionne vraiment bien ici. Je sais que j'ai une moto vraiment stable, je peux donc être très fort dans les secteurs 1 et 4", s'enthousiasme-t-il. "Je peux être très rapide dans les changements de direction. Ce matin j'étais vraiment fort dans le premier secteur et maintenant aussi, même sans avoir utilisé de pneus neufs."

Quant aux points plus perfectibles, ils sont eux aussi identifiés. "Il faut encore qu'on progresse dans le deuxième secteur. On n'utilise pas encore notre moto à 100% à l'accélération, il nous reste beaucoup de travail à cet endroit", suggère d'abord l'Espagnol, qui concède plus de deux dixièmes à Márquez dans cette portion de la piste texane.

Puis vient le secteur 3, où la perte est très similaire, ce que le pilote Yamaha explique par le nombre de virages lents. "Dans les virages lents, on doit encore progresser. Pendant toute la pré-saison et certaines courses… On doit être beaucoup plus rapide dans les virages lents, on y est très lent", insiste-t-il. "Pour moi, c'est dans la dernière partie du freinage qu'on peut progresser, quand on relâche les freins et que l'on entre dans le virage. Ça n'est peut-être pas quelque chose que l'on peut améliorer d'un jour à l'autre, mais on progressera assurément pendant les courses."

Quant au bitume très bosselé, qui a suscité bien des plaintes dans les rangs du MotoGP aujourd'hui, l'Espagnol n'en a pas fait grand cas. "Je me sens bien sur les bosses, mais je me sentais bien aussi l'année dernière. Peut-être que mon style de pilotage aide un peu en cela, mais de toute façon notre moto est vraiment stable dans tous les virages, même dans les points de freinage", souligne un Viñales conquis par une Yamaha qui fait valoir ici sa stabilité autant que sa maniabilité.

"Je suis content de cela, parce que je me sens en sécurité sur la moto, je n'ai dépassé la limite à aucun endroit de la piste. C'est important de se sentir comme ça, de sentir que la moto est là quand il y a des bosses", conclut le pilote espagnol.

Demain, le leader du championnat tentera de confirmer cette bonne entame pour créer un premier événement : priver Marc Márquez de la pole position du Grand Prix des Amériques pour la première fois depuis que l'épreuve figure au calendrier.

Article suivant
Zarco en position de trouble-fête au Texas

Article précédent

Zarco en position de trouble-fête au Texas

Article suivant

Micro-fracture de la cheville pour Karel Abraham

Micro-fracture de la cheville pour Karel Abraham
Charger les commentaires