Viñales sent que Ducati creuse l'écart depuis le retour en Europe

Maverick Viñales estime qu'Aprilia n'a pas réussi à faire les mêmes progrès que les autres marques depuis le début de la saison européenne. Aleix Espargaró attribue la baisse des performances à une moto moins à l'aise dans les virages rapides, ce qui est pénalisant sur certains tracés.

Maverick Vinales, Aprilia Racing Team

Après les trois premiers rendez-vous de la saison, Maverick Viñales était le principal rival des Ducati. Le pilote Aprilia occupait la troisième place du championnat, à 34 points de Jorge Martín et trois d'Enea Bastianini, et il avait remporté trois des six courses disputées, le sprint de Portimão et les deux épreuves sur le circuit d'Austin.

Depuis, Viñales ne s'est classé qu'une seule fois parmi les trois premiers, lors du sprint du Mans, et il a glissé au sixième rang du championnat. Il n'a certes qu'un point de retard sur Pedro Acosta, devenu le "meilleur des autres" derrière les quatre hommes forts Ducati, mais il pointe désormais à 71 points de Martín, et il a aussi vu Pecco Bagnaia et Marc Márquez le déborder.

Le retour en Europe a été difficile pour l'Aprilia et le GP de Catalogne presque une désillusion. La marque avait remporté les deux courses et réalisé un doublé dans l'épreuve principale en septembre dernier mais cette fois, elle a dû se contenter d'un succès en course sprint, obtenu par Aleix Espargaró après la chute de Bagnaia dans le dernier tour, et elle n'a placé aucun pilote sur le podium en course principale. Viñales n'a pu prendre que la 12e place en Catalogne, suivi d'une huitième position guère plus réjouissante en Italie.

"Franchement, j'ai le sentiment que c'était le maximum de la part de la moto", a commenté Viñales au sujet des performances lors des dernières épreuves. "Évidemment, j'ai fait une course où j'ai été rapide et régulier [au Mugello], et où à la fin j'étais P8 ! Alors il est certain qu'on attendait plus en termes de résultat, mais pour le reste on progresser."

Viñales sent que le retour en Europe a permis à Ducati de creuser l'écart, tandis que KTM est revenu sur Aprilia : "Il faut qu'on franchisse un pas, c'est important. D'une manière ou d'une autre, quand on est rentrés en Europe, les autres ont fait un petit pas en avant, surtout chez Ducati, et tout en faisant une très bonne course on a fait P8 derrière eux. Alors, oui, ils ont progressé. Je ne sais pas si c'est ponctuellement, dû à la piste du Mugello, mais au Mans aussi j'ai fait une très bonne course et j'ai fait P5 !"

"Il faut qu'on progresse, je pense que c'est important. On verra ce qu'il en sera à Assen, qui est une piste qui peut mieux convenir à notre moto que, par exemple, le Mugello."

Maverick Vinales, Aprilia Racing Team

Maverick Viñales

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Les 11"683 de retard de Viñales sur Bagnaia à l'arrivée du GP d'Italie n'étaient pas le plus gros écart de la saison passée, mais il estime néanmoins que Ducati s'est échappé en gérant mieux le pneu arrière, masquant les améliorations apportées à l'Aprilia. "J'ai progressé de 35 secondes par rapport à la course de l'année dernière", a-t-il souligné. "Mais je suis P8 ! Et au Mans aussi, j'étais très rapide mais j'ai fait cinquième."

"En ce moment c'est comme ça. Je pense qu'ils ont progressé. Il faut qu'on comprenne comment. Je pense qu'un des points c'est qu'ils font durer le pneu tendre jusqu'au bout, avec beaucoup de performance, alors c'est un signe. Il faut qu'on voie si on met beaucoup de température sur l'arrière ou pas, il faut qu'on comprenne. [...] Il faut qu'on travaille à Assen. Ce que je ressens, c'est qu'après cinq tours avec le pneu soft, je sens beaucoup de chaleur et je commence alors à perdre en traction et surtout je perds le grip en entrée de virage, c'est ça mon problème. Il faut qu'on travaille là-dessus."

Espargaró perçoit une faiblesse dans les virages rapides

Pour Aleix Espargaró, il n'y a pas que l'écart relatif avec Ducati à prendre en compte. L'Aprilia est certes une meilleure moto que l'an passé mais elle a aussi perdu une certaine force dans les courbes rapides, ce qui s'est payé sur les deux derniers tracés visités.

"Pour moi, dans l'ensemble, si on prend en compte tout le calendrier, la moto est meilleure", a souligné Espargaró. "On arrive à mieux l'arrêter et c'était le plus gros problème la saison dernière. Mais dans le turning, l'année dernière on était les meilleurs – je me souviens que dans le dernier virage, [au Mugello], j'étais à un autre niveau [par rapport aux autres] – et ça n'est plus cas."

Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team

Aleix Espargaró

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

"Mais ça fait partie du jeu. Il faut trouver l'équilibre, ne pas penser uniquement au Mugello mais aux 22 courses. La moto est clairement meilleure mais sur des circuits rapides comme [le Mugello], Barcelone, Silverstone ou le Qatar, la moto reste bonne mais sans l'être autant que l'année dernière."

"La moto est beaucoup plus lourde", a détaillé le vétéran du plateau. "On a plus d'appuis, mais ils sont surtout différents et ça a pas mal d'effet sur la moto. Notre position est aussi un petit peu différente, donc on charge différemment l'avant. On travaille sur l'ensemble, pour essayer de comprendre... C'est la première fois qu'on peut envisager d'avoir deux set-ups, un pour les pistes plutôt stop-and-go, où on a beaucoup progressé, et un autre pour essayer de ne pas trop perdre sur les pistes rapides."

La situation a été particulièrement frustrante pour Aleix Espargaró au GP de Catalogne, où il se sentait moins apte à faire la différence que l'an passé : "À Barcelone, j'étais assez en colère par rapport aux virages 13 et 14. Je n'arrivais pas à reproduire la vitesse de la moto de 2023, Raúl [Fernández, qui dispose de l'ancien modèle jusqu'à la pause estivale] était meilleur que moi à ces endroits-là. Par contre, j'étais plus rapide dans le virage 1 que je l'étais en 2023, beaucoup plus. Au virage 10 aussi. Il faut qu'on comprenne l'équilibre pour la suite parce qu'on a encore toute la saison à faire."

Avec Léna Buffa

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Zarco adopte un "pilotage extrême" sur une Honda très physique
Article suivant Pourquoi l'union Pramac-Yamaha s'impose à toutes les parties concernées

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France